Bible Sacy/I Machabées

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   6.   7.   8.   9.   10.   11.   12.   13.   14.   15.   16.   Livres


LES


MACHABÉES


LIVRE PREMIER
________




Victoires d’Alexandre-le-Grand. Sa mort. Partage de ses états. Antiochus Épiphane vient à Jérusalem, et y commet plusieurs actions impies et cruelles.


APRÈS qu’Alexandre, roi de Macédoine, fils de Philippe, qui régna premièrement dans la Grèce, fut sorti du pays de Céthim, et qu’il eut vaincu Darius, roi des Perses et des Mèdes,

2. Il donna plusieurs batailles, prit les villes les plus fortes de toutes les nations, et tua les rois de la terre ;

3. Il passa jusqu’à l’extrémité du monde, s’enrichit des dépouilles des nations, et la terre se tut devant lui.

4. Il assembla de grandes troupes, et fit une armée très-forte ; son cœur s’éleva et s’enfla :

5. Il se rendit maître des peuples et des rois, et il se les rendit tributaires.

6. Après cela il tomba malade, et il reconnut qu’il devait bientôt mourir.

7. Et il appela les grands de sa cour, qui avaient été nourris avec lui dès leur jeunesse, et il leur partagea son royaume lorsqu’il vivait encore.

8. Alexandre régna donc douze ans, et il mourut.

9. Et les grands de sa cour se firent rois chacun dans son gouvernement :

10. Ils prirent tous le diadème après sa mort, et leurs enfants après eux pendant plusieurs années ; et les maux se multiplièrent sur la terre.

11. C’est de là que sortit cette racine de péché, Antiochus, surnommé l’Illustre, fils du roi Antiochus qui avait été envoyé en otage à Rome, et qui régna la cent trente-septième année du règne des Grecs.

12. En ce temps-là il sortit d’Israël des enfants d’iniquité, qui donnèrent ce conseil à plusieurs : Allons, et faisons alliance avec les nations qui nous environnent, parce que, depuis que nous nous sommes retirés d’avec elles, nous sommes tombés dans beaucoup de maux.

13. Et ce conseil leur parut bon.

14. Quelques-uns du peuple furent donc députés pour aller trouver le roi ; et il leur donna pouvoir de vivre selon les coutumes des Gentils.

15. Et ils bâtirent dans Jérusalem un collège à la manière des nations :

16. Ils ôtèrent de dessus eux les marques de la circoncision, ils se séparèrent de l’alliance sainte, et se joignirent aux nations, et ils se vendirent pour faire le mal.

17. Et Antiochus s’étant établi dans son royaume de Syrie, commença à vouloir régner aussi dans l’Égypte, pour se rendre roi de ces deux royaumes.

18. C’est pourquoi il entra dans l’Égypte avec une puissante armée, avec des chariots, des éléphants, de la cavalerie, et un grand nombre de vaisseaux :

19. Il fit la guerre à Ptolémée, roi d’Égypte, et Ptolémée eut peur devant lui ; et il s’enfuit avec perte de beaucoup des siens.

20. Et Antiochus prit les villes les plus fortes de l’Égypte, et s’enrichit de ses dépouilles.

21. Et après avoir ravagé l’Égypte en la cent quarante-troisième année, il revint, et marcha contre Israël,

22. Et s’avança vers Jérusalem avec une puissante armée.

23. Il entra plein d’orgueil dans le lieu saint ; il prit l’autel d’or, le chandelier où étaient les lampes avec tous ses vases, la table où les pains étaient exposés, les bassins, les coupes, les encensoirs d’or, le voile, les couronnes, et l’ornement d’or qui était devant le temple, et il brisa tout.

24. Il prit l’argent, l’or, et tous les vaisseaux précieux, et les trésors cachés qu’il trouva ; et ayant tout enlevé, il retourna en son pays.

25. Il fit un grand carnage d’hommes, et il parla avec grand orgueil.

26. Alors il y eut un grand deuil parmi le peuple d’Israël, et dans tout leur pays :

27. Les princes et les anciens furent dans les gémissements, les vierges et les jeunes hommes dans l’abattement ; et la beauté des femmes fut toute changée.

28. Tous les maris s’abandonnèrent aux pleurs, et les femmes assises sur leur lit nuptial fondaient en larmes ;

29. La terre fut tout émue de la désolation de ses habitants, et toute la maison de Jacob fut couverte de confusion.

30. Deux ans après, le roi envoya dans les villes de Juda un surintendant des tributs, qui vint à Jérusalem avec une grande suite.

31. Il leur parla d’abord avec une douceur feinte, et comme s’il fût venu dans un esprit de paix ; et ils le crurent.

32. Mais il se jeta tout d’un coup sur la ville, y fit un grand carnage, et tua un fort grand nombre du peuple d’Israël.

33. Il prit les dépouilles de la ville, et la brûla ; il en détruisit les maisons, et les murs qui l’environnaient :

34. Ils emmenèrent les femmes captives, et ils se rendirent maîtres de leurs enfants et de leurs troupeaux.

35. Et ils fortifièrent la ville de David avec une grande muraille, et ils en firent leur forteresse :

36. Ils y mirent une race de péché, des hommes corrompus, qui s’y établirent puissamment ; ils y apportèrent des armes et des vivres ; ils y assemblèrent et y mirent en réserve les dépouilles de Jérusalem ;

37. Et ils devinrent un filet très-dangereux pour prendre les hommes.

38. Ils dressèrent sans cesse des embûches à tous ceux qui venaient se sanctifier, et ils furent comme le mauvais démon d’Israël :

39. Ils répandirent le sang innocent devant le lieu saint, et ils souillèrent le sanctuaire.

40. Les habitants de la ville de Jérusalem s’enfuirent à cause d’eux ; elle devint la demeure des étrangers, et étrangère à ses citoyens ; et ses propres enfants l’abandonnèrent.

41. Son temple saint fut tout désolé, et devint une solitude ; ses jours de fêtes se changèrent en des jours de pleurs, ses jours de sabbat furent en opprobre, et tous ses honneurs furent anéantis.

42. Le comble de son ignominie a égalé celui de sa gloire, et sa haute élévation a été changée en deuil et en larmes.

43. Alors le roi Antiochus écrivit des lettres à tout son royaume, afin que tous les peuples n’en fissent plus qu’un, et que chaque peuple abandonnât sa loi particulière.

44. Toutes les nations consentirent à cette ordonnance du roi Antiochus ;

45. Et plusieurs des Israélites embrassèrent cette servitude qu’il leur imposait ; ils sacrifièrent aux idoles, et ils violèrent le sabbat.

46. Et le roi envoya des lettres par des hommes exprès à Jérusalem et à toutes les villes de Juda, afin qu’ils eussent à suivre les lois des nations de la terre ;

47. Qu’ils empêchassent qu’on n’offrit dans le temple de Dieu des holocaustes, des sacrifices, et des oblations pour l’expiation du péché,

48. Et qu’on ne célébrât le sabbat et les fêtes solennelles :

49. Et il recommanda qu’on souillât les lieux saints, et le saint peuple d’Israël :

50. Qu’on bâtit des autels et des temples, qu’on dressât des idoles, qu’on sacrifiât de la chair de pourceau, et d’autres bêtes immondes ;

51. Qu’on laissât les enfants mâles incirconcis, et qu’ils souillassent leurs âmes par toutes sortes de viandes impures et d’abominations, en sorte qu’ils oubliassent la loi de Dieu, et qu’ils renversassent toutes ses ordonnances ;

52. Et que si quelqu’un n’obéissait pas à cet ordre du roi Antiochus, il fut aussitôt puni de mort.

53. Il écrivit de cette sorte dans tout son royaume, et il établit des officiers pour contraindre le peuple d’obéir à cet édit.

54. Ils commandèrent donc aux villes de Juda de sacrifier.

55. Et plusieurs du peuple vinrent se joindre à ceux qui avaient abandonné la loi du Seigneur, et ils firent beaucoup de maux dans le pays ;

56. Ils contraignirent le peuple d’Israël de s’enfuir dans des lieux écartés, et de chercher des retraites où ils pussent se cacher dans leur fuite.

57. Le quinzième jour du mois de casleu, en la cent quarante-cinquième année, le roi Antiochus dressa l’abominable idole de la désolation sur l’autel de Dieu ; on bâtit des autels de tous côtés dans toutes les villes de Juda ;

58. Et ils offraient de l’encens, et sacrifiaient devant les portes des maisons et au milieu des rues ;

59. Ils déchirèrent les livres de la loi de Dieu, et les jetèrent au feu ;

60. Et si l’on trouvait chez quelqu’un les livres de l’alliance du Seigneur, et s’il observait la loi du Seigneur, il était tué aussitôt, selon l’édit du roi.

61. C’est ainsi qu’ils traitaient avec violence tout le peuple d’Israël qui se trouvait chaque mois dans toutes les villes.

62. Et le vingt-cinq du mois ils sacrifiaient sur l’autel qui était opposé â l’autel de Dieu.

63. Les femmes qui avaient circoncis leurs enfants étaient tuées, selon le commandement du roi Antiochus :

64. Ils pendaient les enfants au cou de leurs mères dans toutes les maisons où ils les avaient trouvés, et ils tuaient ceux qui les avaient circoncis.

65. Alors plusieurs du peuple d’Israël résolurent en eux-mêmes de ne rien manger de ce qui serait impur, et ils aimèrent mieux mourir que de se souiller par des viandes impures ;

66. Ils ne voulurent point violer la loi sainte de Dieu, et ils furent tués ;

67. Et une grande colère tomba alors sur le peuple.



Mathathias et les siens résistent aux ordres d’Antiochus ; ils se retirent dans les montagnes. Mort de Mathathias ; il laisse son fils Judas a la tête du peuple demeuré fidèle.


1. En ce temps-là Mathathias, fils de Jean, fils de Simon, prêtre d’entre les enfants de Joarib, sortit de Jérusalem, et se retira sur la montagne de Modin.

2. Il avait cinq fils : Jean, surnommé Gaddis ;

3. Simon, surnommé Thasi ;

4. Judas, appelé Machabée ;

5. Éléazar, surnommé Abaron ; et Jonathas, surnommé Apphus.

6. Ils considérèrent les maux qui se faisaient parmi le peuple de Juda et dans Jérusalem ;

7. Et Mathathias dit ces paroles : Malheur à moi ! suis-je donc né pour voir l’affliction de mon peuple, et le renversement de la ville sainte, et pour demeurer en paix lorsqu’elle est livrée entre les mains de ses ennemis ?

8. Son sanctuaire est entre les mains des étrangers ; son temple est traité comme un homme infâme.

9. Les vases consacrés à sa gloire ont été enlevés comme des captifs dans une terre étrangère ; ses vieillards ont été assassinés dans les rues, et ses jeunes hommes sont tombés morts sous l’épée de leurs ennemis.

10. Quelle nation n’a point hérité de son royaume, et ne s’est point enrichie de ses dépouilles ?

11. Toute sa magnificence lui a été enlevée : celle qui était libre est devenue esclave.

12. Tout ce que nous avions de saint, de beau et d’éclatant, a été désolé et profané par les nations.

13. Pourquoi donc vivons-nous encore ?

14. Alors Mathathias et ses fils déchirèrent leurs vêtements ; ils se couvrirent de cilices, et ils firent un grand deuil.

15. En même temps ceux que le roi Antiochus avait envoyés, vinrent pour contraindre ceux qui s’étaient retirés dans la ville de Modin de sacrifier, et de brûler de l’encens, et d’abandonner la loi de Dieu.

16. Plusieurs du peuple d’Israël y consentirent, et se joignirent à eux ; mais Mathathias et ses fils demeurèrent fermes.

17. Et ceux qu’Antiochus avait envoyés dirent à Mathathias : Vous êtes le premier, le plus grand, et le plus considéré de cette ville, et vous recevez encore une nouvelle gloire de vos fils et de vos frères :

18. Venez donc le premier exécuter le commandement du roi, comme ont fait toutes les nations, les hommes de Juda, et ceux qui sont demeurés dans Jérusalem ; et vous serez, vous et vos fils, au rang des amis du roi, comblés d’or et d’argent, et de grands présents.

19. Mathathias leur répondit en haussant la voix : Quand toutes les nations obéiraient au roi Antiochus, et que tous ceux d’Israël abandonneraient la loi de leurs pères pour se soumettre à ses ordonnances ;

20. Nous obéirons toujours néanmoins, mes enfants, mes frères, et moi. à la loi de nos pères.

21. A Dieu ne plaise que nous en usions autrement ! il ne nous est pas utile d’abandonner la loi et les ordonnances de Dieu, qui sont pleines de justice.

22. Nous n’obéirons point au commandement du roi Antiochus, ni ne prendrons point une autre voie que celle que nous avons suivie, pour offrir des sacrifices en violant les ordonnances de notre loi.

23. Comme il cessait de parler, un certain Juif s’avança pour sacrifier aux idoles devant tout le monde sur l’autel qu’on avait dressé dans la ville de Modin, selon le commandement du roi ;

24. Mathathias le vit, et fut saisi de douleur, ses entrailles en furent émues et troublées ; et sa fureur s’étant allumée selon l’esprit de la loi, il se jeta sur cet homme et le tua sur l’autel.

25. Il tua aussi en même temps l’officier que le roi Antiochus avait envoyé pour contraindre les Juifs de sacrifier ; et il renversa l’autel,

26. Étant transporté du zèle de la loi, comme le fut Phinées lorsqu’il tua Zamri, fils de Salomi.

27. Alors Mathathias cria à haute voix dans la ville : Quiconque est zélé pour la loi, et veut demeurer ferme dans l’alliance du Seigneur, me suive ;

28. Et il s’enfuit avec ses fils sur les montagnes, et ils abandonnèrent tout ce qu’ils avaient dans la ville.

29. Alors plusieurs qui cherchaient à vivre selon la loi et la justice, s’en allèrent dans le désert ;

30. Et ils y demeurèrent avec leurs fils, et leurs femmes, et leurs troupeaux, parce qu’ils se voyaient accablés de maux de tous côtés.

31. Les officiers du roi, et l’armée qui était à Jérusalem, la ville de David, furent avertis que quelques gens qui avaient foulé aux pieds l’édit du roi s’étaient retirés dans les lieux déserts, et que plusieurs les avaient suivis.

32. Ils marchèrent aussitôt à eux, et se préparèrent à les attaquer le jour du sabbat ;

33. Et ils leur dirent : Résisterez-vous encore à présent ! Sortez, et obéissez à l’édit du roi Antiochus, afin que vous viviez.

34. Ils leur répondirent : Nous ne sortirons point, et nous ne violerons point le jour du sabbat pour obéir au roi Antiochus.

35. Ces gens les attaquèrent donc.

36. Et ils ne leur répondirent rien, ils ne jetèrent pas une seule pierre contre eux ; et ils ne bouchèrent point les lieux les plus retirés ;

37. Mais ils dirent : Mourons tous dans la simplicité de notre cœur, et le ciel et la terre seront témoins que vous nous faites mourir injustement.

38. Les ennemis les attaquèrent donc le jour du sabbat ; et ils furent tués, eux, leurs femmes et leurs enfants, avec leurs bestiaux : mille personnes périrent en ce lieu-là.

39. Mathathias et ses amis en reçurent la nouvelle, et ils firent un grand deuil de leur perte.

40. Alors ils se dirent les uns aux autres : Si nous faisons tous comme nos frères ont fait, et que nous ne combattions point contre les nations pour notre vie et pour notre loi, ils nous extermineront en peu de temps de dessus la terre.

41. Ils prirent donc ce jour-là cette résolution : Qui que ce soit, dirent-ils, qui nous attaque le jour du sabbat, ne faisons point de difficulté de combattre contre lui ; et ainsi nous ne mourrons point tous, comme nos frères sont morts dans les lieux du désert.

42. Alors les Assidéens, qui étaient des plus vaillants d’Israël, s’assemblèrent tous, et se joignirent à eux ; tous ceux qui s’étaient attachés volontairement à la loi,

43. Et tous les autres qui fuyaient les maux dont ils étaient menacés, vinrent s’unir à eux, et fortifièrent leurs troupes.

44. Ils firent donc un corps d’armée, et ils se jetèrent sur les prévaricateurs dans leur colère, et sur les méchants dans leur indignation, et les tuèrent ; et tout le reste s’enfuit vers les nations pour y trouver sa sûreté.

45. Et Mathathias alla partout avec ses amis, et ils détruisirent les autels ;

46. Ils circoncirent tous les enfants incirconcis qu’ils trouvèrent dans tout le pays d’Israël, et ils agirent avec grand courage.

47. Ils poursuivirent les enfants d’orgueil, et ils réussirent dans toutes leurs entreprises ;

48. Ils délivrèrent la loi de l’asservissement des nations, et de la puissance des rois ; et ils ne permirent point au pécheur d’abuser impunément de son pouvoir.

49. Après cela le jour de la mort de Mathathias s’approchant, il dit à ses fils : Le règne de l’orgueil s’est affermi ; voici un temps de châtiment et de ruine, d’indignation et de colère :

50. Soyez donc maintenant, mes enfants, de vrais zélateurs de la loi, et donnez vos vies pour l’alliance de vos pères.

51. Souvenez-vous des œuvres qu’ont faites vos ancêtres chacun dans son temps, et vous recevrez une grande gloire et un nom éternel.

52. Abraham n’a-t-il pas été trouvé fidèle dans la tentation, et ne lui a-t-il pas été imputé à justice ?

53. Joseph a gardé les commandements de Dieu pendant le temps de son affliction, et il est devenu le seigneur de toute l’Égypte.

54. Phinées, notre père, en brûlant de zèle pour la loi de Dieu, a reçu la promesse d’un sacerdoce éternel.

55. Josué, accomplissant la parole du Seigneur, est devenu le chef d’Israël.

56. Caleb, en rendant témoignage dans l’assemblée de son peuple, a reçu un héritage.

57. David, par sa douceur, s’est acquis pour jamais le trône royal.

58. Élie étant embrasé de zèle pour la loi, a été enlevé dans le ciel.

59. Ananias, Azarias et Misael, croyant fermement, ont été sauvés des flammes

60. Daniel, dans la simplicité de son cœur, a été délivré de la gueule des lions.

61. Ainsi considérez tout ce qui s’est passé de race en race, et vous trouverez que tous ceux qui espèrent en Dieu ne s’affaiblissent point.

62. Ne craignez donc pas les paroles de l’homme pécheur, parce que toute sa gloire n’est que de l’ordure et que la pâture des vers :

63. Il s’élève aujourd’hui, et disparaîtra demain, parce qu’il sera retourné dans la terre d’où il est venu, et que toutes ses pensées se seront évanouies.

64. Vous donc, mes enfants, armez-vous de courage, et agissez vaillamment pour la défense de la loi, parce que c’est elle qui vous comblera de gloire.

65. Vous voyez ici Simon, votre frère ; je sais qu’il est homme de conseil ; écoutez-le toujours, et il vous tiendra lieu de père.

66. Judas Machabée a été fort et vaillant dès sa jeunesse : qu’il soit le général de vos troupes, et il conduira votre peuple dans la guerre.

67. Joignez à vous tous les observateurs de la loi, et vengez votre peuple de ses ennemis.

68. Rendez aux nations le mal qu’elles vous ont fait, et soyez toujours attentifs aux préceptes de la loi.

69. Après cela il les bénit, et il fut réuni à ses pères.

70. Il mourut en sa cent quarante-sixième année, et fut enseveli à Modin, par ses enfants, dans le sépulcre de ses pères ; et tout Israël le pleura, et fit un grand deuil à sa mort.



Victoires de Judas Machabée sur Apollonius, sur Séron, sur Lysias. Antiochus passe l’Euphrate, et va en Arménie.


1. Alors Judas, son fils, surnommé Machabée, prit sa place :

2. Il était assisté par tous ses frères, et par tous ceux qui s’étaient joints à son père ; et ils combattaient avec joie pour la défense d’Israël.

3. Ce fut lui qui accrut la gloire de son peuple ; il se revêtit de la cuirasse comme un géant, il se couvrait de ses armes dans les combats, et son épée était la protection de tout le camp.

4. Il devint semblable à un lion dans ses grandes actions, et à un lionceau qui rugit en voyant sa proie.

5. Il poursuivit les méchants en les cherchant de tous côtés ; et il brûla ceux qui troublaient son peuple :

6. La terreur de son nom fit fuir ses ennemis devant lui ; tous les ouvriers d’iniquité furent dans le trouble, et son bras procura le salut du peuple.

7. Ses grandes actions irritèrent plusieurs rois, et furent en même temps la joie de Jacob ; et son nom sera éternellement sa bénédiction.

8. Il parcourut les villes de Juda, il en chassa les impies, et il détourna la colère de dessus Israël.

9. Son nom devint célèbre jusqu’aux extrémités du monde, et il rassembla ceux qui étaient près de périr.

10. Alors Apollonius assembla les nations, et leva de Samarie une grande et puissante armée pour combattre Israël.

11. Et Judas en ayant été averti marcha contre lui, le défit, et le tua ; et un grand nombre des ennemis fut taillé en pièces, et le reste mis en fuite :

12. Il en rapporta les dépouilles, et il prit l’épée d’Apollonius, et s’en servit dans les combats toute la vie.

13. Séron, général de l’armée de Syrie, ayant appris que Judas avait rassemblé auprès de lui une grande troupe de ceux qui étaient fidèles à sa loi,

14. Dit en lui-même : Je m’acquerrai de la réputation et de la gloire dans tout le royaume, par la défaite de Judas et de tous ceux qui sont avec lui, qui méprisent les ordres du roi.

15. Il se prépara donc pour le combattre ; et l’armée des impies le suivit avec un puissant secours, pour se venger des enfants d’Israël.

16. Ils s’avancèrent jusqu’à Béthoron, et Judas vint au-devant d’eux avec peu de gens.

17. Mais ceux-ci ayant vu marcher contre eux l’armée ennemie, ils lui dirent : Comment pourrons-nous combattre contre une armée si grande et si forte, nous qui sommes en si petit nombre, et fatigués du jeûne d’aujourd’hui ?

18. Judas leur dit : Il est aisé que peu de gens en battent beaucoup ; et quand le Dieu du ciel nous veut sauver, il n’y a pas de différence à son égard entre un grand et un petit nombre ;

19. Car la victoire ne dépend point de la grandeur des armées, mais c’est du ciel que nous vient toute la force.

20. Ils marchent contre nous avec une multitude de gens superbes et insolents, pour nous perdre tous avec nos femmes et nos enfants, et pour s’enrichir de nos dépouilles ;

21. Mais pour nous, nous combattons pour notre vie et pour notre loi :

22. Et le Seigneur brisera lui-même tous leurs efforts devant nous ; c’est pourquoi ne les craignons point.

23. Quand il eut cessé de parler, il se jeta aussitôt sur eux ; et Séron fut renversé devant lui avec son armée ;

24. Judas le poursuivit à la descente de Béthoron jusqu’à la plaine, et huit cents hommes des ennemis furent tués ; mais le reste s’enfuit au pays des Philistins.

25. Alors la terreur de Judas et de ses frères se répandit de tous côtés parmi les nations voisines :

26. Son nom fut connu du roi même, et de tous les peuples qui parlaient des combats et des victoires de Judas.

27. Lors donc que le roi Antiochus eut reçu ces nouvelles, il entra dans une grande colère ; et il envoya dans tout son royaume lever des troupes, dont il fit une puissante armée :

28. Il ouvrit son trésor, il paya ses gens pour un an, et il leur commanda d’être prêts à tout.

29. Mais ayant vu que l’argent de ses trésors avait manqué, et qu’il retirait peu de tributs du pays de Judée, à cause des troubles qu’il y avait excités, et des maux qu’il y avait faits, en leur ôtant la loi qu’ils avaient gardée de tout temps ;

30. Il eut peur de n’avoir pas de quoi fournir comme auparavant aux frais de la guerre, et aux grandes libéralités qu’il avait accoutumé de faire avec une largesse extraordinaire, ayant été magnifique plus que tous les rois qui l’avaient précédé.

31. Dans cette grande consternation où il se trouvait, il résolut d’aller en Perse pour y lever les tributs des peuples, et y amasser beaucoup d’argent.

32. Il laissa donc Lysias, prince de la maison royale, pour avoir soin des affaires du royaume, et commander depuis le fleuve de l’Euphrate jusqu’au fleuve de l’Égypte ;

33. Et pour avoir soin de l’éducation de son fils Antiochus, jusqu’à ce qu’il fût de retour.

34. Il lui laissa la moitié de l’armée et des éléphants, et il lui donna ses ordres pour tout ce qu’il voulait faire, et pour ce qui regardait aussi les peuples de la Judée et les habitants de Jérusalem ;

35. Lui commandant d’y envoyer une armée, pour perdre et exterminer entièrement toutes les troupes d’Israël et les restes de Jérusalem, et pour effacer de ce lieu tout ce qui en pourrait renouveler la mémoire ;

36. D’établir des étrangers dans tout leur pays pour l’habiter, et de distribuer au sort toutes leurs terres.

37. Le roi prit la moitié de l’armée qui lui restait, partit d’Antioche, capitale de son royaume, en la cent quarante-septième année, passa l’Euphrate et traversa le haut pays.

38. Et Lysias choisit Ptolémée, fils de Dorymini, Nicanor et Gorgias, qui étaient des hommes puissants entre les amis du roi ;

39. Et envoya avec eux quarante mille hommes de pied, et sept mille chevaux ; il leur donna ordre d’aller dans le pays de Juda, et de ruiner tout, selon que le roi l’avait commandé.

40. Ils s’avancèrent donc avec toutes leurs troupes, et vinrent camper près d’Emmaüs, le long de la plaine.

41. Les marchands des pays voisins ayant su leur arrivée, prirent beaucoup d’or et d’argent, et des serviteurs, et vinrent au camp, afin d’acheter les enfants d’Israël que l’on devait faire esclaves ; et l’armée de Syrie se joignit à eux avec celle du pays des étrangers.

42. Judas et ses frères reconnurent alors que leurs maux s’étaient multipliés, et que l’armée ennemie s’approchait de leur pays : ils surent l’ordre que le roi avait donné de perdre leur peuple, et de le détruire entièrement ;

43. Et ils se dirent les uns aux autres : Relevons les ruines de notre nation, et combattons pour notre peuple et pour les choses saintes de noire religion.

44. Ils s’assemblèrent donc pour se préparer à combattre, et pour prier le Seigneur, et implorer sa bonté et ses miséricordes.

45. Jérusalem n’était point alors habitée, mais paraissait comme un désert ; on ne voyait plus aucun de ses enfants y entrer ou en sortir ; son sanctuaire était foulé aux pieds ; les étrangers demeuraient dans la forteresse, qui était devenue la retraite des nations ; toute la joie de Jacob en était bannie, et on n’y entendait plus le son de la flûte ni de la harpe.

46. Ils s’assemblèrent donc, et vinrent à Maspha, vis-à-vis de Jérusalem, parce qu’il y avait eu autrefois à Maspha un lieu de prière dans Israël.

47. Ils jeûnèrent ce jour-là, se revêtirent de cilices, se mirent de la cendre sur la tête, et déchirèrent leurs vêtements ;

48. Ils ouvrirent les livres de la loi, où les Gentils cherchaient à trouver quelque chose qui eût du rapport avec leurs idoles ;

49. Ils apportèrent les ornements sacerdotaux, les prémices et les décimes ; et ils firent venir les Nazaréens qui avaient accompli leurs jours ;

50. Et élevant leurs voix, ils poussèrent leurs cris jusqu’au ciel, en disant : Que ferons-nous à ceux-ci, et où les mènerons-nous ?

51. Votre sanctuaire a été souillé et foulé aux pieds, vos prêtres sont dans les larmes et dans l’humiliation.

52. Vous voyez que ces nations se sont assemblées pour nous perdre ; vous savez les desseins qu’elles ont formés contre nous.

53. Comment pourrons-nous subsister devant eux, si vous-même, ô Dieu, ne ne nous assistez ?

54. Et ils firent retentir les trompettes avec un grand bruit.

55. Après cela Judas établit des officiers pour commander l’armée, des tribuns, des capitaines de cent hommes, et des officiers de cinquante et de dix.

56. Et il dit à ceux qui venaient de bâtir des maisons, d’épouser des femmes, et de planter des vignes, et à tous ceux qui étaient timides, de retourner chacun en leur maison selon la loi.

57. Alors l’armée marcha, et vint camper près d’Emmaüs, du côté du midi.

58. Et Judas leur dit : Prenez vos armes ; et remplissez-vous de courage ; tenez-vous prêts pour demain au matin, afin de combattre contre ces nations assemblées contre nous pour nous perdre, et pour renverser notre sainte religion ;

59. Car il nous est meilleur de mourir dans le combat que de voir les maux de notre peuple, et la destruction de toutes les choses saintes.

60. Mais que ce qui est ordonné par la volonté de Dieu dans le ciel s’accomplisse !



Judas Machabée attaque séparément Nicanor et Gorgias,et les met en déroute ; Il combat ensuite l’armée envoyée par Lysias, et remporte encore la victoire. Il va à Jérusalem, et fait la dédicace du temple.


1. Alors Gorgias prit cinq mille hommes de pied, et mille chevaux choisis, et il décampa la nuit,

2. Pour venir attaquer le camp des Juifs, et les accabler tout d’un coup sans qu’ils y pensassent ; et ceux de la forteresse leur servaient de guides.

3. Mais Judas en fut averti, et il marcha aussitôt avec les plus vaillants de ses troupes pour aller attaquer le gros de l’armée du roi, qui était à Emmaüs ;

4. Car une partie de cette armée était encore dispersée hors du camp.

5. Gorgias étant donc venu pendant la nuit au camp de Judas, n’y trouva personne ; et il les cherchait sur les montagnes, en disant : Ces gens-ci fuient devant nous.

6. Lorsque le jour fut venu, Judas parut dans la plaine accompagné seulement de trois mille hommes, qui n’avaient ni boucliers ni épées ;

7. Et ils reconnurent que l’armée des nations était forte, et environnée de cuirassiers et de cavaliers, qui étaient tous gens aguerris et exercés au combat.

8. Alors Judas dit à ceux qui étaient avec lui : Ne craignez point cette grande multitude, et n’appréhendez point leur choc.

9. Souvenez-vous de quelle manière nos pères furent sauvés dans la mer Rouge, lorsque Pharaon les poursuivait avec une grande armée.

10. Crions donc maintenant au ciel, et le Seigneur nous fera miséricorde ; il se souviendra de l’alliance qu’il a faite avec nos pères, et il brisera aujourd’hui toute la force de cette armée devant nos yeux ;

11. Et toutes les nations reconnaîtront qu’il y a un rédempteur et un libérateur d’Israël.

12. Alors les étrangers levant les yeux, aperçurent les gens de Judas qui marchaient contre eux.

13. En même temps ils sortirent de leur camp pour les combattre, et ceux qui étaient avec Judas sonnèrent de la trompette,

14. Et les chargèrent ; et les troupes des nations furent battues, et s’enfuirent dans la plaine.

15. Les derniers furent tous taillés en pièces, et Judas avec ses gens les poursuivit jusqu’à Gezeron, et jusqu’aux campagnes d’Idumée, d’Azot, et de Jamnias ; et il en demeura sur la place jusqu’à trois mille.

16. Judas retourna avec son armée qui le suivait,

17. Et il dit à ses gens : Ne vous laissez point emporter au désir du butin, parce que nous avons encore des ennemis à combattre,

18. Et que Gorgias avec son armée est près de nous sur la montagne ; mais demeurez fermes maintenant contre nos ennemis, et achevez de les défaire ; et après cela vous emporterez leurs dépouilles en sûreté.

19. Lorsque Judas parlait encore, on vit paraître quelques troupes qui regardaient de dessus la montagne.

20. Et Gorgias vit que ses gens avaient été mis en fuite, et son camp brûlé ; car la fumée qui paraissait lui faisait voir ce qui était arrivé.

21. Ce qu’ayant aperçu, et voyant Judas avec son armée dans la plaine, tout prêt à combattre, ils eurent grande frayeur ;

22. Et ils s’enfuirent tous au pays des étrangers.

23. Ainsi Judas retourna pour enlever le butin du camp ; ils emportèrent beaucoup d’or et d’argent, de l’hyacinthe, de la pourpre marine, et de grandes richesses.

24. Et en revenant ils chantaient des hymnes, et bénissaient Dieu hautement, en disant, qu’il est bon, et que sa miséricorde s’étend dans tous les siècles.

25. En ce jour-là Israël remporta une grande victoire, qui fut son salut.

26. Ceux des étrangers qui échappèrent en vinrent porter la nouvelle à Lysias, et lui dirent tout ce qui était arrivé.

27. Ce qu’ayant appris, il en fut tout consterné, et pensa mourir de douleur, à cause qu’il n’avait pu réussir dans ses desseins contre Israël, ni dans l’exécution des ordres qu’il avait reçus du roi.

28. L’année suivante, Lysias leva une armée de soixante mille hommes choisis, et de cinq mille chevaux, pour exterminer les Juifs.

29. Cette armée marcha en Judée, et campa près de Béthoron ; et Judas vint au-devant d’eux avec dix mille hommes.

30. Ils reconnurent que l’armée ennemie était forte, et Judas fit sa prière, et dit : Soyez béni, Sauveur d’Israël, vous qui brisâtes la force d’un géant par la main de votre serviteur David, et qui livrâtes le camp des étrangers entre les mains de Jonathas, fils de Saùl, et de son écuyer !

31. Livrez maintenant cette armée de nos ennemis entre les mains de votre peuple d’Israël ; et qu’ils soient couverts de confusion avec toutes leurs troupes et leur cavalerie.

32. Frappez-les de crainte, faites-les sécher de frayeur en abattant cette audace que leur inspirent leurs forces, qu’ils soient renversés et brisés en votre présence.

33. Détruisez-les par l’épée de ceux qui vous aiment, afin que tous ceux qui connaissent votre nom publient vos louanges dans leurs cantiques.

34. Le combat fut donné en même temps, et cinq mille hommes de l’armée de Lysias furent taillés en pièces.

35. Lysias voyant la fuite des siens, et l’audace des Juifs, et cette disposition où ils étaient de vivre ou de mourir généreusement, s’en alla à Antioche, et y leva de nouveaux soldats, pour revenir en Judée avec plus de troupes qu’auparavant.

36. Alors Judas et ses frères dirent : Voilà nos ennemis défaits ; allons maintenant purifier et renouveler le temple.

37. Aussitôt toute l’armée s’assembla, et ils montèrent à la montagne de Sion.

38. Ils virent les lieux saints tout déserts, l’autel profané, les portes brûlées, le parvis rempli d’épines et d’arbrisseaux, comme on en voit dans un bois et sur les montagnes, et les chambres joignant le temple toutes détruites.

39. Ils déchirèrent leurs vêtements, firent un grand deuil, et se mirent la cendre sur la tête ;

40. Ils se prosternèrent le visage contre terre, firent retentir les trompettes dont on donnait le signal, et poussèrent leurs cris jusqu’au ciel.

41. Alors Judas commanda des gens pour combattre ceux qui étaient dans la forteresse, jusqu’à ce qu’ils eussent purifié les lieux saints.

42. Et il choisit des prêtres sans tache, religieux observateurs de la loi de Dieu ;

43. Ils purifièrent les lieux saints, et ils emportèrent en un lieu impur les pierres profanes.

44. Et Judas délibéra de ce qu’il ferait de l’autel des holocaustes qui avait été profané.

45. Et ils prirent un bon conseil, qui fut de le détruire, de peur qu’il ne leur devînt un sujet d’opprobre, ayant été souillé par les nations ; ainsi ils le démolirent,

46. Et ils en mirent les pierres sur la montagne du temple, dans un lieu propre, en attendant qu’il vînt un prophète qui déclarât ce qu’on en ferait.

47. Et ils prirent des pierres entières, selon l’ordonnance de la loi, et en bâtirent un autel nouveau, semblable au premier ;

48. Ils rebâtirent le sanctuaire, et ce qui était au dedans du temple, et sanctifièrent le temple et le parvis.

49. Ils firent de nouveaux vases sacrés, et placèrent dans le temple le chandelier, l’autel des parfums et la table.

50. Ils mirent l’encens sur l’autel, allumèrent les lampes qui étaient sur le chandelier, et qui éclairaient dans le temple.

51. Ils posèrent les pains sur la table, suspendirent les voiles, et enfin achevèrent tout ce qu’ils avaient commencé.

52. Le vingt-cinquième du neuvième mois, nommé casleu, la cent quarante-huitième année, ils se levèrent avant le point du jour ;

53. Et ils offrirent le sacrifice, selon la loi, sur le nouvel autel des holocaustes qu’ils avaient bâti.

54. Il fut dédié de nouveau au bruit des cantiques, des harpes, des lyres, et des cymbales, dans le même temps et le même jour qu’il avait été souillé par les nations.

55. Tout le peuple se prosterna le visage contre terre, ils adorèrent Dieu, et poussèrent jusqu’au ciel les bénédictions qu’ils donnaient à celui qui les avait fait réussir si heureusement dans leur entreprise.

56. Ils célébrèrent la dédicace de l’autel pendant huit jours ; ils offrirent des holocaustes avec joie, et un sacrifice d’actions de grâces et de louanges.

57. Ils parèrent le devant du temple avec des couronnes d’or et de petits écussons ; ils renouvelèrent les entrées du temple, et les chambres des côtés, et y mirent des portes.

58. Tout le peuple fut comblé de joie, et l’opprobre des nations fut banni du milieu d’eux.

59. Et Judas avec ses frères, et toute l’assemblée d’Israël, ordonna que dans la suite des temps on célébrerait ce jour-là la dédicace de l’autel chaque année pendant huit jours, à commencer le vingt-cinquième du mois de casleu, avec beaucoup de réjouissance et d’allégresse.

60. En ce même temps ils fortifièrent la montagne de Sion, et l’environnèrent de hauts murs et de fortes tours, de peur que les nations ne vinssent la profaner de nouveau, comme elles avaient fait auparavant.

61. Il y mit des gens de guerre pour la garder, et la fortifia pour assurer encore Bethsura, afin que le peuple eût une forteresse contre l’Idumée.



Guerre de Judas Machabée contre l’Idumée et le pays de Galaad. Simon, son frère, va dans la Galilée. Joseph et Azarias ayant combattu contre les ordres de Judas, sont vaincus. Autre expédition de Judas en Galaad et contre Azot.


1. Aussitôt que les nations d’alentour eurent appris que l’autel et le sanctuaire avaient été rebâtis comme auparavant, elles entrèrent dans une grande colère :

2. Elles résolurent d’exterminer ceux de la race de Jacob qui étaient parmi eux, et commencèrent à tuer quelques uns du peuple, et à poursuivre les autres.

3. Cependant Judas était occupé à battre les enfants d’Ésaü dans l’Idumée, et ceux qui étaient dans Acrabathane, parce qu’ils tenaient toujours les Israélites comme investis ; et il en fit un grand carnage.

4. Il se souvint aussi de la malice des enfants de Béan, qui étaient comme un piège et un filet pour prendre le peuple, en lui dressant des embûches dans le chemin.

5. Il les contraignit de se renfermer dans des tours où il les tint investis, et il les anathématisa, et brûla leurs tours, avec tous ceux qui étaient dedans.

6. Il passa de là aux enfants d’Ammon, où il trouva de fortes troupes, et un peuple fort nombreux, et Timothée qui en était le chef ;

7. Il donna contre eux divers combats, et il les défit, et les tailla en pièces ;

8. Et il prit la ville do Gazer avec les villes qui en dépendaient ; après quoi il revint en Judée.

9. Et les nations qui étaient en Galaad s’assemblèrent pour exterminer les Israélites qui étaient dans leur pays ; mais ils s’enfuirent dans la forteresse de Datheman,

10. Et ils envoyèrent des lettres à Judas et à ses frères, pour leur dire : Les nations se sont assemblées de tous côtés pour nous perdre ;

11. Elles se préparent pour venir prendre la forteresse où nous nous sommes retirés ; et Timothée est le général de leur armée.

12. Venez donc maintenant pour nous délivrer de leurs mains, parce que nous avons déjà perdu plusieurs des nôtres.

13. Ils ont fait mourir tous nos frères qui étaient aux environs de Tubin ; ils ont emmené leurs femmes captives avec leurs enfants, ils ont enlevé leurs dépouilles, et ont tué en ce lieu-là près de mille hommes.

14. On lisait encore leurs lettres, lorsqu’il vint d’autres gens envoyés de Galilée, qui avaient leurs habits déchirés, et qui apportaient des nouvelles semblables aux autres,

15. En disant que ceux de Ptolémaïde, de Tyr, et de Sidon, s’étaient assemblés contre eux, et que toute la Galilée était pleine d’étrangers qui les voulaient perdre.

16. Judas et tout le peuple, ayant appris ces nouvelles, tinrent une grande assemblée afin de délibérer de ce qu’ils feraient pour secourir leurs frères qui étaient dans la dernière affliction, et près de périr par la violence de leurs ennemis.

17. Alors Judas dit à son frère Simon : Prenez des gens avec vous, et allez délivrer vos frères qui sont dans la Galilée ; pour moi et mon frère Jonathas, nous irons en Galaad

18. Il laissa Joseph, fils de Zacharie, et Azarias, pour être les chefs du peuple, et pour garder la Judée avec le reste des troupes ;

19. Et il leur donna cet ordre : Gouvernez ce peuple, et ne combattez point contre les nations, jusqu’à ce que nous soyons revenus.

20. On donna à Simon trois mille hommes pour aller en Galilée, et à Judas huit mille pour aller en Galaad.

21. Simon étant donc allé dans la Galilée, livra plusieurs combats aux nations, qui furent défaites et s’enfuirent devant lui ; et il les poursuivit jusqu’à la porte de Ptolémaïde :

22. Il y en eut près de trois mille de tués, et il emporta leurs dépouilles ;

23. Il prit avec lui ceux qui étaient dans la Galilée et dans Arbates, avec leurs femmes et leurs enfants, et tout ce qui leur appartenait, et il les emmena en Judée dans une grande réjouissance.

24. Cependant Judas Machabée et Jonathas son frère ayant passé le Jourdain, marchèrent durant trois jours dans le désert.

25. Et les Nabuthéens vinrent au-devant d’eux, et ils les reçurent avec amitié et dans un esprit de paix ; ils leur racontèrent tout ce qui était arrivé à leurs frères en Galaad,

26. Et comment plusieurs d’entre eux avaient été enfermés dans Barasa, dans Bosor, dans Alimas, dans Casphor, dans Mageth, et dans Carnaïm, qui étaient toutes de grandes et de fortes villes.

27. Ils ajoutèrent qu’on les tenait encore renfermés dans les autres villes de Galaad, et que leurs ennemis avaient résolu de faire marcher le lendemain leur armée contre ces villes, afin de les prendre, et de les perdre tous en un même jour.

28. Judas marcha aussitôt avec son armée vers le désert de Bosor, et surprit la ville tout d’un coup : il fit passer tous les mâles au fil de l’épée, enleva tout le butin qu’il trouva, et brûla la ville.

29. Ils en sortirent pendant la nuit, et marchèrent jusqu’à la forteresse.

30. Et au point du jour, levant les yeux, ils aperçurent une troupe innombrable de gens qui portaient des échelles et des machines pour se saisir de cette forteresse, et prendre ceux de dedans.

31. Judas vit donc que l’attaque était commencée, et que le bruit des combattants montait jusqu’au ciel comme le son d’une trompette, et qu’il s’élevait aussi un grand cri de la ville ;

32. Alors il dit à son armée : Combattez aujourd’hui pour vos frères.

33. Et il marcha en trois corps derrière les ennemis ; ils firent en même temps retentir les trompettes, et poussèrent des cris vers Dieu dans leurs prières.

34. Les gens de Timothée reconnurent aussitôt que c’était Machabée, et ils fuirent devant lui : Judas en fit un fort grand carnage, et il en demeura ce jour-là près de huit mille sur la place.

35. Judas alla de là à Maspha ; il la força, et la prit, tua tous les mâles, en remporta les dépouilles, et brûla la ville.

36. Il se rendit maître ensuite de Casbon, de Mageth, de Bosor, et des autres villes de Galaad.

37. Après cela Timothée assembla une autre armée, et se campa vis-à-vis de Raphon, au-delà du torrent.

38. Judas envoya reconnaître cette armée, et ses gens revinrent lui dire : Toutes les nations qui nous environnent se sont assemblées près de Timothée, et l’armée qu’elles composent est extraordinairement grande ;

39. Ils ont fait venir les Arabes à leur secours ; ils sont campés au-delà du torrent, et ils se préparent pour vous venir attaquer. Judas marcha aussitôt contre eux.

40. Alors Timothée dit aux principaux officiers de son armée : Lorsque Judas sera venu avec ses gens près du torrent, s’il passe vers nous le premier, nous ne pourrons soutenir le choc, parce qu’il aura tout l’avantage sur nous ;

41. Mais s’il craint de passer, et s’il se campe au-delà du fleuve, passons à eux, et nous le battrons.

42. Judas étant arrivé au bord du torrent, mit le long de l’eau ceux qui commandaient le peuple, et leur dit : Ne laissez demeurer ici aucun homme, mais que tous viennent combattre.

43. En même temps il passa l’eau le premier, et toute l’armée le suivit, et les ennemis furent tous défaits par eux ; ils jetèrent leurs armes, et s’enfuirent dans le temple de Carnaïm.

44. Judas prit la ville, et brûla le temple, avec tous ceux qui étaient dedans ; et Carnaïm fut réduite à la dernière humiliation, et elle ne put subsister devant Judas.

45. Alors Judas assembla tous les Israélites qui étaient en Galaad, depuis le plus grand jusqu’au plus petit, avec leurs femmes et leurs enfants, et il composa une fort grande armée, pour les emmener dans le pays de Juda.

46. Étant arrivés à Éphron, ils trouvèrent que cette ville, qui est située à l’entrée du pays, était grande et extrêmement forte, et qu’on ne pouvait se détourner ni à droite ni à gauche, mais qu’il fallait nécessairement passer par le milieu.

47. Ceux qui étaient dans la ville s’y renfermèrent, et bouchèrent les portes avec des pierres. Judas leur envoya porter des paroles de paix,

48. Et leur fit dire : Trouvez bon que nous passions par votre pays pour aller au nôtre ; nul ne vous fera aucun tort ; nous passerons sans nous arrêter. Mais ils ne voulurent point lui ouvrir.

49. Alors Judas fit publier dans le camp que chacun attaquât la ville par l’endroit où il était.

50. Les plus vaillants hommes s’attachèrent donc aux murailles ; il donna l’assaut à la ville pendant tout le jour et toute la nuit, et elle fut livrée entre ses mains.

51. Ils firent passer tous les mâles au fil de l’épée, il détruisit la ville jusqu’aux fondements, en emporta tout le butin qui s’y trouva, et passa tout au travers sur les corps morts.

52. Ils passèrent ensuite le Jourdain dans la grande plaine qui est vis-à-vis de Bethsan

53. Et Judas était à l’arrière-garde ralliant les derniers, et encourageant le peuple dans tout le chemin, jusqu’à ce qu’ils fussent arrivés au pays de Juda.

54. Ils montèrent sur la montagne de Sion dans une grande réjouissance, et ils offrirent des holocaustes en actions de grâces de ce qu’ils étaient revenus en paix, sans qu’aucun d’eux eût été tué.

55. Pendant que Judas avec Jonathas était au pays de Galaad, et Simon, son frère, dans la Galilée devant Ptolémaïde,

56. Joseph, fils de Zacharie, et Azarias, général des Juifs, apprirent leurs heureux succès, et les combats qu’ils avaient donnés,

57. Et ils dirent : Rendons aussi nous-mêmes notre nom célèbre, et allons combattre contre les nations qui nous environnent.

58. Il donna donc ses ordres à ses troupes, et elles marchèrent contre Jamnia.

59. Gorgias sortit de la ville avec ses gens, et alla au-devant d’eux pour les combattre.

60. Et Joseph et Azarias furent battus, et s’enfuirent jusqu’à la frontière de Judée ; il demeura sur la place environ deux mille hommes des Israélites, et la déroute du peuple fut grande,

61. Parce qu’ils n’avaient pas suivi les ordres de Judas et de ses frères, s’imaginant qu’ils signaleraient leur courage.

62. Mais ils n’étaient point de la race de ces hommes par qui le Seigneur a sauvé Israël.

63. Or les troupes de Judas furent en grand honneur dans tout Israël, et parmi tous les peuples où l’on entendit parler de leur nom.

64. Et tout le monde vint au-devant d’eux avec de grandes acclamations de joie.

65. Judas marcha ensuite avec ses frères, et alla réduire les enfants d’Ésaü, dans le pays qui est vers le midi ; il prit par force Chebron avec les villes qui en dépendent, et brûla les murs et les tours qui l’environnaient.

66. Après cela il décampa pour aller au pays des étrangers, et il parcourut toute la Samarie.

67. En ce temps-là des prêtres furent tués à la guerre, en voulant signaler leur courage, et s’engageant sans ordre dans le combat.

68. Et Judas se détourna pour marcher contre Azot, au pays des étrangers ; il renversa leurs autels, et brûla les statues de leurs dieux : il prit le butin qui se trouva dans leurs villes, et revint dans le pays de Juda.



Mort d’Antiochus Épiphanes ; Eupator son fils lui succède. Eupator vient en Judée avec une irès-puissante armée. Prise de BeIhsura. Les Juifs sont assiègés dans le temple. Paix entre EupaIor et les Juifs.


1. Cependant Antiochus parcourant les hautes provinces, apprit qu’Élymaïde était une des plus célèbres villes de Perse, qu’il y avait une grande quantité d’or et d’argent,

2. Et un temple très-riche, où étaient les voiles d’or, les cuirasses, et les boucliers qu’y avait laissés Alexandre, roi de Macédoine, fils de Philippe, qui établit le premier la monarchie des Grecs.

3. Il marcha donc vers cette ville, et il s’efforça de la prendre et de la piller ; mais il ne le put, parce que les citoyens en avaient été avertis :

4. Ils sortirent contre lui et le chargèrent ; et il s’enfuit, se retira avec une grande tristesse, et revint à Babylone.

5. Lorsqu’il était encore en Perse, il reçut la nouvelle que son armée avait été défaite dans le pays de Juda ;

6. Et que Lysias ayant marché contre les Juifs avec une armée très-forte, avait été mis en fuite ; que les armes et les dépouilles qu’ils avaient prises dans son camp après la déroute de ses troupes les avaient rendus encore plus forts ;

7. Qu’ils avaient renversé l’idole abominable qu’il avait fait élever sur l’autel de Jérusalem, et environné leur temple de hautes murailles, comme auparavant, aussi bien que leur ville de Bethsura.

8. Le roi, ayant appris ces nouvelles, en fut saisi d’étonnement, et tout troublé ; il fut obligé de se mettre au lit, et tomba dans la langueur par l’excès de sa tristesse, voyant qu’il était arrivé tout le contraire de ce qu’il s’était imaginé.

9. Il demeura là pendant plusieurs jours, parce que sa tristesse se renouvelait et croissait de plus en plus, et il crut qu’il allait mourir.

10. Il appela donc tous ses amis, et leur dit : Le sommeil s’est éloigné de mes yeux, mon cœur est tout abattu, et je me sens défaillir à cause du grand chagrin dont je suis saisi ;

11. J’ai dit au fond de mon cœur : A quelle affliction suis-je réduit, et en quel abîme de tristesse me vois-je plongé maintenant, moi qui étois auparavant si content, et si chéri au milieu de la puissance qui m’environnait !

12. Je me souviens à présent des maux que j’ai faits dans Jérusalem, ayant emporté toutes ses dépouilles en or et en argent, et envoyé exterminer sans sujet ceux qui habitaient dans la Judée.

13. Je reconnais donc que c’est pour cela que je suis tombé dans tous ces maux ; et l’excès de ma tristesse me fait périr maintenant dans une terre étrangère.

14. Alors il appela Philippe, l’un de ses amis, et il l’établit régent sur tout son royaume ;

15. Il lui mit entre les mains son diadème, sa robe royale, et son anneau, afin qu’il allât quérir son fils Antiochus, qu’il prît soin de son éducation, et le fît régner.

16. Le roi Antiochus mourut là, en l’année cent quarante-neuf.

17. Lysias ayant appris la mort du roi, établit roi en sa place Antiochus son fils, qu’il avait nourri tout jeune ; et il l’appela Eupator.

18. Or ceux qui étaient dans la forteresse tenaient investies et fermaient à Israël toutes les avenues autour du temple, et ils ne cherchaient qu’à leur faire du mal, et à fortifier le parti des nations.

19. Judas résolut de les perdre, et il fit assembler tout le peuple pour les assiéger.

20. Ainsi s’y étant rendus tous ensemble, ils les assiégèrent en la cent cinquantième année, et ils firent des instruments pour jeter des pierres, et d’autres machines de guerre.

21. Alors quelques-uns des assiégés sortirent, et quelques impies des enfants d’Israël s’étant joints à eux,

22. Ils allèrent trouver le roi, et lui dirent : Jusqu’à quand différerez-vous à nous faire justice, et à venger nos frères ?

23. Nous nous sommes engagés à servir votre peuple, à nous conduire selon ses ordres, et à obéir à ses édits :

24. Ceux de notre peuple nous ont pris en aversion pour ce sujet ; ils ont tué tous ceux d’entre nous qu’ils ont trouvés, et ils ont pillé nos héritages ;

25. Ils ont étendu leurs violences non-seulement sur nous, mais sur tout notre pays ;

26. Et maintenant ils sont venus attaquer la forteresse de Jérusalem pour s’en rendre maîtres, et ils ont fortifié Bethsura ;

27. Que si vous ne vous hâtez de les prévenir, ils feront encore plus de mal qu’ils n’en ont fait jusqu’à présent, et vous ne pourrez plus les assujettir.

28. Le roi ayant entendu tout cela en fut irrité ; il fit venir tous ses amis, les principaux officiers de son armée, et ceux qui commandaient la cavalerie :

29. Des troupes auxiliaires des royaumes étrangers, et des pays maritimes, qu’il entretenait à ses dépens, vinrent encore se joindre aux siennes.

30. Ainsi son armée était composée de cent mille hommes de pied, de vingt mille chevaux, et de trente-deux éléphants dressés au combat.

31. Ils marchèrent par l’Idumée, et vinrent assiéger Bethsura ; ils l’attaquèrent durant plusieurs jours, et ils firent pour cela des machines ; mais les assiégés étant sortis les brûlèrent, et combattirent avec grand courage.

32. Judas, qui était parti de devant la forteresse, marcha avec son armée vers Bethzachara, vis-à-vis du camp du roi.

33. Et le roi s’étant levé avant le jour, fit marcher impétueusement toutes ses troupes sur le chemin de Bethzachara ; les armées se préparèrent au combat, et ils sonnèrent des trompettes :

34. Ils montrèrent aux éléphants du jus de raisin et de mûres, afin de les animer au combat ;

35. Ils partagèrent les bêtes par légions, et mille hommes armés de cottes de mailles et de casques d’airain accompagnaient chaque éléphant ; et cinq cents chevaux choisis avaient ordre de se tenir toujours près de chaque bête.

36. Ces gens se hâtaient de prévenir en tous lieux les éléphants ; ils allaient partout où chaque éléphant allait, et il ne l’abandonnaient jamais.

37. Il y avait aussi sur chaque bête une forte tour de bois destinée pour la mettre à couvert, et des machines dessus, et dans chaque tour trente-deux des plus vaillants hommes, qui combattaient d’en haut, avec un Indien qui conduisait la bête.

38. Il rangea le reste de la cavalerie sur les deux ailes, pour exciter son armée par le son des trompettes, et pour animer son infanterie serrée dans ses bataillons.

39. Lorsque le soleil eut frappé de ses rayons les boucliers d’or et d’airain, il en rejaillit un éclat sur les montagnes d’alentour, qui brillèrent comme des lampes ardentes.

40. Une partie de l’armée du roi allait le long des hautes montagnes, et l’autre marchait dans la plaine ; et ils marchaient avec précaution et avec ordre.

41. Tous les habitants des environs étaient épouvantés des cris de cette multitude de soldats, du bruit de leur marche, et du fracas de leurs armes qui se touchaient, parce que l’armée était très-grande et très-forte.

42. Et Judas s’avança avec son armée pour combattre les ennemis, et six cents hommes de l’armée du roi furent taillés en pièces.

43. Alors Éléazar, fils de Saura, voyant un des éléphants tout encuirassé, tout couvert des armes du roi, et plus grand que tous les autres, crut que le roi même était dessus ;

44. Et il exposa sa vie pour délivrer son peuple, et pour s’acquérir un nom immortel.

45. Car il courut hardiment au milieu de la légion, tuant à droite et à gauche, et faisant tomber tout ce qui se présentait devant lui.

46. Et étant allé se mettre sous le ventre de l’éléphant, il le tua, et le fit tomber par terre ; et Éléazar, sur qui il tomba, mourut sous lui.

47. Mais les Juifs voyant les grandes troupes du roi, et l’impétuosité de son armée, se retirèrent du combat.

48. En même temps l’armée du roi marcha contre eux vers Jérusalem, et elle vint en Judée, et campa près du mont de Sion.

49. Le roi écouta les propositions de paix que lui firent faire ceux qui étaient dans Bethsura ; et ils sortirent de la ville, n’ayant plus de vivres, parce que c’était l’année du sabbat et du repos de la terre.

50. Ainsi le roi prit Bethsura, et y mit garnison pour la garder.

51. Il fit ensuite marcher ses troupes vers le lieu saint, où il demeura longtemps ; il y dressa divers instruments de guerre, et plusieurs machines pour lancer des feux, pour jeter des pierres et des dards, des arbalètes pour lancer des flèches et des frondes.

52. Les assiégés firent aussi des machines contre leurs machines, et ils combattirent durant plusieurs jours.

53. Mais il n’y avait point de vivres dans la ville, parce que c’était la septième année, et que ceux d’entre les nations qui étaient demeurés dans la Judée avaient consommé les restes de ce qu’on avait mis en réserve.

54. Il ne demeura donc que peu de gens pour la garde des lieux saints, parce que étant pressés par la famine, chacun s’en retourna chez soi.

55. Cependant Lysias apprit que Philippe, qui avait été choisi par le roi Antiochus, lorsqu’il vivait encore, pour élever Antiochus son fils, et pour le faire régner en sa place,

56. était revenu de Perse et de la Médie avec l’armée qui l’y avait accompagné, et qu’il se préparait à prendre le gouvernement des affaires du royaume,

57. Il se hâta donc d’aller dire au roi et aux généraux de l’armée : Nous nous consumons ici tous les jours ; nous avons très-peu de vivres, la place que nous assiégeons est bien fortifiée, et nous sommes obligés de mettre ordre aux affaires du royaume.

58. Composons donc avec ces gens-ci, faisons la paix avec eux, et avec toute leur nation ;

59. Et permettons-leur de vivre selon leurs lois comme auparavant ; car c’a été le mépris que nous avons fait de leurs lois qui les a si fort animés, et qui leur a fait faire tout ce qu’ils ont fait jusqu’à présent.

60. Cette proposition plut au roi et à ses principaux officiers : il envoya aussitôt traiter de la paix avec les Juifs, qui l’acceptèrent ;

61. Et le roi et ses officiers l’ayant confirmée avec serment, ceux qui défendaient la forteresse se retirèrent.

62. Alors le roi entra sur la montagne de Sion, et en vit les fortifications ; et il viola aussitôt le serment qu’il avait fait, car il commanda qu’on abattît tous les murs qui l’environnaient.

63. Il partit ensuite en grande diligence, et retourna à Antioche, où il trouva que Philippe s’était rendu maître de la ville ; et après avoir combattu contre lui, il la reprit.



Démétrius Soter arrive en Syrie, et fait tuer Antiochus Eupator et Lysias. Alcime est établi grand-prêtre des Juifs. Il vient en Judée avec Bacchide, et y commet plusieurs cruautés. Judas s’oppose a lui, et l’oblige a retourner à Antioche. Nicanor est envoyé contre Judas ; il est vaincu, et sa tête est suspendue aux murs de Jérusalem.


1. En la cent cinquante-unième année, Démétrius, fils de Séleucus, étant sorti de la ville de Rome, vint avec peu de gens dans une ville sur la côte de la mer, et commença à y régner.

2. Et lorsqu’il fut entré dans la maison du royaume de ses pères, l’armée se saisit d’Antiochus et de Lysias pour les emmener à Démétrius.

3. Lorsqu’il en fut averti, il leur dit : Ne me faites point voir leur visage.

4. Ils furent donc tués par l’armée, et Démétrius s’assit sur le trône de son royaume.

5. Alors des hommes d’Israël méchants et impies le vinrent trouver, ayant à leur tête Alcime, qui aspirait à être établi grand-prêtre ;

6. Et ils accusèrent le peuple devant le roi, en lui disant : Judas et ses frères ont fait périr tous vos amis, et il nous a même chassés de notre pays.

7. Envoyez donc maintenant un homme dont vous soyez assuré, afin qu’il reconnaisse tous les maux qu’il nous a fait souffrir et aux provinces qui appartiennent au roi, et qu’il punisse tous ses amis, et tous ceux qui le soutiennent.

8. Et le roi choisit d’entre ses amis Bacchide, qui commandait dans son royaume au-delà du grand fleuve, et qui lui était fidèle.

9. Il l’envoya reconnaître tous les maux qu’avait faits Judas ; et il établit grand-prêtre l’impie Alcime, et lui ordonna de punir les enfants d’Israël.

10. Ils vinrent donc en diligence avec une grande armée dans le pays de Juda, et ils députèrent vers Judas et vers ses frères pour leur faire des propositions de paix dans le dessein de les surprendre.

11. Mais ils n’eurent aucun égard à leurs paroles, voyant qu’ils étaient venus avec une puissante armée.

12. Cependant les docteurs de la loi, s’étant assemblés, vinrent trouver Alcime et Bacchide pour leur faire des propositions très-justes.

13. Ceux d’entre les enfants d’Israël, appelés Assidéens, étaient les premiers de cette assemblée, et ils voulaient leur demander la paix ;

14. Car ils disaient : C’est un prêtre de la race d’Aaron qui vient à nous, il ne nous trompera pas.

15. Alcime leur répondit comme un homme qui n’aurait eu que des pensées de paix, et leur dit avec serment : Nous ne vous ferons aucun mal, ni à vos amis.

16. Ils le crurent ; mais il en fit arrêter soixante, qu’il fit mourir tous en un même jour, selon cette parole de l’Écriture :

17. Ils ont fait tomber les corps de vos saints, et ils ont répandu leur sang autour de Jérusalem, sans que personne les ensevelît.

18. Et tout le peuple fut saisi de crainte et de frayeur, et ils se disaient les uns aux autres : Il n’y a ni vérité ni justice parmi eux ; car ils ont violé la parole qu’ils avaient donnée, et le serment qu’ils avaient fait.

19. Bacchide étant parti de Jérusalem, alla camper près de Bethzecha ; et il envoya prendre plusieurs de ceux qui avaient quitté son parti, et il tua quelques-uns du peuple qu’il fit jeter dans un grand puits.

20. Après cela il remit toute la province entre les mains d’Alcime, à qui il laissa des troupes pour le soutenir ; et il retourna trouver le roi.

21. Cependant Alcime faisait tous ses efforts pour s’affermir dans la principauté du sacerdoce ;

22. Et tous ceux qui troublaient le peuple s’étant assemblés près de lui, se rendirent maîtres du pays de Juda, et firent un grand carnage dans Israël.

23. Judas, considérant que tous les maux qu’Alcime et ceux qui étaient avec lui avaient faits aux enfants d’Israël, étaient beaucoup plus grands que tout ce que les nations leur avaient fait,

24. Alla de tous côtés dans la Judée, et punit les déserteurs de son parti ; et depuis ce temps-là ils ne firent plus de courses dans le pays.

25. Mais lorsque Alcime eut reconnu que Judas et ses gens étaient les plus forts, et qu’il eut senti qu’il ne pouvait leur résister, il retourna vers le roi, et les accusa de plusieurs crimes.

26. Alors le roi envoya Nicanor, l’un des principaux seigneurs de sa cour, qui était un des plus grands ennemis d’Israël, et lui commanda de perdre ce peuple.

27. Nicanor vint donc à Jérusalem avec une grande armée, et il députa vers Judas et ses frères, pour les surprendre, sous prétexte de traiter de la paix avec eux.

28. Il leur fit dire : Qu’il n’y ait point de guerre entre vous et moi. Je viendrai avec peu de gens pour vous voir, et pour vous parler de paix.

29. Il vint ensuite trouver Judas, et ils se saluèrent comme amis ; et les ennemis se préparaient à se saisir de Judas.

30. Mais Judas reconnut qu’il était venu à lui pour le surprendre, et ayant eu peur de lui, il ne voulut plus le voir.

31. Nicanor voyant que son dessein était découvert, marcha contre Judas pour le combattre près de Capharsalama.

32. Et il y eut près de cinq mille hommes de l’armée de Nicanor qui demeurèrent sur la place, et le reste s’enfuit dans la ville de David.

33. Après cela Nicanor monta sur la montagne de Sion, et quelques-uns des prêtres le vinrent saluer avec un esprit de paix, et lui montrèrent les holocaustes qui s’offraient pour le roi.

34. Mais il les méprisa en les raillant ; il les traita comme des personnes profanes, et leur parla avec grand orgueil ;

35. Il leur dit en colère et en jurant : Si on ne me livre entre les mains Judas avec son armée, aussitôt que je serai revenu victorieux, je brûlerai ce temple ; et il s’en alla plein de fureur.

36. Alors les prêtres étant entrés, se présentèrent devant l’autel et devant le temple, et ils dirent en pleurant :

37. Seigneur, vous avez choisi cette maison afin que votre nom y fût invoqué, et qu’elle fût une maison d’oraison et de prière pour votre peuple.

38. Faites éclater votre vengeance contre cet homme et contre ses troupes, et qu’ils tombent sous le tranchant de l’épée. Souvenez-vous de leurs blasphèmes, et ne permettez pas qu’ils subsistent longtemps sur la terre.

39. Nicanor étant parti de Jérusalem, vint camper près de Béthoron, où l’armée de Syrie le vint joindre.

40. Et Judas alla camper près d’Adarsa avec trois mille hommes ; et il fit sa prière, en disant :

41. Seigneur, lorsque ceux qui avaient été envoyés par le roi Sennachérib vous blasphémèrent, un ange vint, qui leur tua cent quatre-vingt-cinq mille hommes.

42. Exterminez de même aujourd’hui cette armée devant nous, afin que tous les autres sachent que Nicanor a déshonoré par ses blasphèmes votre maison sainte ; et jugez-le selon sa malice.

43. La bataille fut donc donnée le treizième jour du mois d’adar ; et l’armée de Nicanor fut défaite, et lui tué le premier dans le combat.

44. Ses troupes voyant que leur général était mort, jetèrent leurs armes, et prirent la fuite ;

45. Et les gens de Judas les poursuivirent une journée de chemin, depuis Adazer jusqu’à l’entrée de Gazara ; et ils sonnèrent des trompettes derrière eux pour avertir tout le monde de leur victoire.

46. Et les peuples de tous les villages de la Judée qui étaient aux environs, les chargèrent avec une grande vigueur et revenant attaquer de front ceux qui étaient demeurés derrière, ils les taillèrent tous en pièces, en sorte qu’il n’en échappa pas un seul.

47. Ils s’enrichirent ensuite de leurs dépouilles ; ils coupèrent la tête de Nicanor, et sa main droite, qu’il avait étendue insolemment contre le temple ; et les ayant apportées, ils les suspendirent à la vue de Jérusalem.

48. Le peuple ressentit une grande joie, et ils passèrent ce jour dans une réjouissance publique.

49. On ordonna que ce même jour seroit célébré tous les ans comme une fête, au treizième jour du mois d’adar.

50. Et le pays de Juda demeura en repos pendant peu de jours.



Alliance des Juifs avec les Romains.


1. Le nom des Romains fut alors connu de Judas : il sut qu’ils étaient puissants, qu’ils étaient toujours prêts à accorder toutes les demandes qu’on leur faisait ; qu’ils avaient fait amitié avec tous ceux qui s’étaient venus joindre à eux, et que leur puissance était grande.

2. Il avait aussi ouï parler des combats qu’ils avaient donnés, et des grandes actions qu’ils avaient faites dans la Galatie, et comment ils s’étaient rendus maîtres de ces peuples ; et les avaient rendus tributaires ;

3. Il avait encore appris tout ce qu’ils avaient fait dans l’Espagne ; de quelle manière ils avaient réduit en leur puissance les mines d’or et d’argent qui sont en ce pays-là, et avaient conquis toutes ces provinces par leur conseil et leur patience ;

4. Qu’ils avaient assujetti des pays très-éloignés d’eux ; qu’ils avaient vaincu des rois qui étaient venus les attaquer de l’extrémité du monde, et avaient fait un grand carnage de leurs armées ; et que les autres leur payaient tribut tous les ans ;

5. Qu’ils avaient vaincu Philippe, et Persée, roi des Cétéens, et les autres qui avaient pris les armes contre eux, et qu’ils s’étaient rendus maîtres de leur pays ;

6. Qu’Antiochus-le-Grand, roi d’Asie, les ayant attaqués avec une puissante armée, avec six vingts éléphants, et beaucoup de cavalerie et de chariots, ils l’avaient défait entièrement ;

7. Qu’ils l’avaient pris vif, et l’avaient obligé, lui et les rois ses successeurs, de payer un grand tribut, et de leur donner des otages, et tout ce dont ils étaient convenus ;

8. Savoir, le pays des Indiens, des Mèdes, et des Lydiens, les plus belles de leurs provinces, qu’ils avaient ensuite données au roi Eumène ;

9. Que ceux de la Grèce ayant voulu marcher contre eux pour les perdre, ils en furent avertis,

10. Et qu’ils avaient envoyé contre eux un de leurs généraux ; qu’ils les combattirent, et en tuèrent un grand nombre ; qu’ils emmenèrent leurs femmes captives avec leurs enfants, pillèrent et assujettirent leur pays, détruisirent les murailles de leurs villes, et les réduisirent en servitude comme ils sont encore aujourd’hui ;

11. Qu’ils avaient ruiné et soumis A leur empire les autres royaumes, et toutes les îles qui leur avaient résisté ;

12 Mais qu’ils conservaient soigneusement les alliances qu’ils avaient faites avec leurs amis et avec ceux qui s’étaient donnés à eux ; que les royaumes, soit voisins ou éloignés, leur avaient été assujettis, parce qu’ils étaient redoutés de tous ceux qui entendaient seulement prononcer leur nom ;

13. Qu’ils faisaient régner tous ceux à qui ils voulaient assurer le royaume, et qu’au contraire ils le faisaient perdre à ceux qu’ils voulaient ; et qu’ainsi ils s’étaient élevés à une très-grande puissance ;

14. Que néanmoins nul d’entre eux ne portait le diadème, et ne se revêtait de la pourpre pour paraître plus grand que les autres ;

15. Mais qu’ils avaient établi un sénat parmi eux, et qu’ils consultaient tous les jours les trois cent vingt sénateurs, tenant toujours conseil touchant les affaires du peuple, afin qu’ils agissent d’une manière qui fût digne d’eux ;

16. Et qu’ils confiaient chaque année leur souveraine magistrature à un seul homme pour commander dans tous leurs états ; et qu’ainsi tous obéissaient à un seul, sans qu’il y eût d’envie ni de jalousie parmi eux.

17. Judas choisit donc Eupolémus. fils de Jean, qui était fils de Jacob, et Jason, fils d’Éléazar ; et il les envoya à Rome pour faire amitié et alliance avec eux,

18. Et afin qu’ils les délivrassent du joug des Grecs, parce qu’ils virent qu’ils réduisaient en servitude le royaume d’Israël.

19. Ils partirent donc, et après un long chemin ils arrivèrent à Rome, où étant entrés dans le sénat, ils dirent :

20. Judas Machabée, et ses frères, et le peuple des Juifs, nous ont envoyés pour faire alliance avec vous, et pour établir la paix entre nous, afin que vous nous mettiez au nombre de vos alliés et de vos amis.

21. Cette proposition leur plut.

22. Et voici le rescrit qu’ils firent graver sur des tables d’airain, et qu’ils envoyèrent à Jérusalem, afin qu’il y demeurât comme un monument de la paix et de l’alliance qu’ils avaient faite avec les Juifs :

23. Que les Romains et le peuple juif soient comblés de biens à jamais sur mer et sur terre, et que l’épée et l’ennemi s’écartent loin d’eux !

24. S’il survient une guerre aux Romains, ou à leurs alliés, dans toute l’étendue de leur domination,

25. Les Juifs les assisteront avec une pleine volonté, selon que le temps le leur permettra ;

26. Sans que les Romains donnent et fournissent aux gens de guerre ni blé, ni armes, ni argent, ni vaisseaux ; car c’est ainsi qu’il a plu aux Romains ; et ces soldats juifs leur obéiront sans rien recevoir d’eux.

27. Et de même s’il survient une guerre au peuple juif, les Romains les assisteront de bonne foi, selon que le temps le leur permettra ;

28. Et les Juifs ne fourniront point à ceux que l’on enverra à leur secours, ni blé, ni armes, ni argent, ni vaisseaux ; c’est ainsi qu’il a plu aux Romains, et ils leur obéiront sincèrement.

29. C’est là l’accord que les Romains font avec les Juifs.

30. Que si à l’avenir les uns ou les autres veulent ôter ou ajouter quelque chose à ce qui est écrit ici, ils le pourront faire de concert ; et tout ce qui en sera ôté, ou ajouté, demeurera ferme.

31. Et pour ce qui est des maux que le roi Démétrius a faits au peuple juif, nous lui en avons écrit en ces termes : Pourquoi avez-vous accablé d’un joug si pesant les Juifs qui sont nos amis et nos alliés ?

32. Sachez donc que s’ils reviennent se plaindre à nous de nouveau, nous leur ferons toute sorte de justice, et nous vous attaquerons par mer et par terre.



Démétrius envoie de nouveau contre les Juifs. Judas est tué ; Jonathas lui succède.


1. Cependant Démétrius ayant appris que Nicanor avait été tué dans le combat, et son armée défaite, envoya de nouveau en Judée Bacchide et Alcime, avec l’aile droite de ses troupes.

2. Ils marchèrent par le chemin qui mène à Galgala, et campèrent à Masaloth, qui est en Arbelles ; et ils prirent cette ville, et y tuèrent un grand nombre d’hommes.

3. Au premier mois de l’année cent cinquante-deux ils se rendirent avec toute l’armée près de Jérusalem ;

4. Et vingt mille hommes allèrent à Bérée, avec deux mille chevaux.

5. Or Judas s’était campé à Laïse avec trois mille hommes choisis.

6. Et ses gens voyant une si grande armée furent saisis de frayeur ; et plusieurs se retirèrent du camp, en sorte qu’il n’en demeura que huit cents.

7. Lorsque Judas vit son armée réduite à ce petit nombre, et la nécessité où il était de combattre, il en eut le cœur abattu, parce qu’il n’avait pas le temps de les rassembler, et il se sentit comme défaillir.

8. Il dit à ceux qui étaient restés : Allons, et marchons à nos ennemis pour les combattre, si nous pouvons.

9. Mais ses gens l’en détournaient, en lui disant : Nous ne le pourrons jamais ; mais pensons présentement à assurer notre vie, et retournons à nos frères, et après cela nous reviendrons combattre contre eux ; car nous sommes trop peu de gens.

10. Judas leur dit : Dieu nous garde d’en user ainsi, et de fuir devant eux ! si notre heure est arrivée, mourons courageusement pour nos frères, et ne souillons notre gloire par aucune tache.

11. L’armée ennemie étant sortie de son camp, vint au-devant d’eux, et la cavalerie fut divisée en deux corps ; les frondeurs et les archers marchaient à la tète de l’armée, et tous ceux qui les suivaient au premier rang étaient les plus fermes et les plus vaillants.

12. Bacchide était à l’aile droite, et les bataillons marchèrent des deux côtés, et firent retentir le bruit des trompettes.

13. Les gens de Judas sonnèrent aussi de la trompette de leur côté, la terre retentit du bruit des armes, et le combat dura depuis le matin jusqu’au soir.

14. Judas ayant reconnu que l’aile droite de Bacchide était la plus forte, fit un effort avec les plus vaillants de ses troupes :

15. Ils rompirent cette aile droite, et les poursuivirent jusqu’à la montagne d’Azot.

16. Mais ceux qui étaient à l’aile gauche, voyant que l’aile droite avait été défaite, suivirent par-derrière Judas et ses gens ;

17. Et le combat fut longtemps opiniâtre ; plusieurs de part et d’autre furent blessés et tués.

18. Judas lui-même tomba mort, et tous les autres s’enfuirent.

19. Jonathas et Simon emportèrent le corps de Judas leur frère, et le mirent dans le sépulcre de leurs pères, dans la ville de Modin.

20. Tout le peuple d’Israël fit un grand deuil à sa mort, et ils le pleurèrent plusieurs jours,

21. Et ils disaient : Comment cet homme invincible est-il tombé, lui qui sauvait le peuple d’Israël !

22. Les autres guerres de Judas, les actions extraordinaires qu’il a faites, et la grandeur de son courage, ne sont pas ici décrites, parce qu’elles sont eu trop grand nombre.

23. Après la mort de Judas, les méchants parurent de tous côtés dans Israël ; et tous les hommes d’iniquité s’élevèrent de toutes parts.

24. En ce même temps il survint une fort grande famine, et tout le pays avec ses habitants se rendit à Bacchide.

25. Bacchide choisit des hommes impies, et leur donna le gouvernement de tout le pays :

26. Ils faisaient une très-exacte recherche des amis de Judas, et les amenaient à Bacchide, qui exerçait sa vengeance sur eux, et les traitait avec insulte.

27. Et Israël fut accablé d’une si grande affliction, qu’on n’en avait point vu de semblable depuis le temps qu’il ne paraissait plus de prophète dans Israël.

28. Alors tous les amis de Judas s’assemblèrent, et dirent à Jonathas :

29. Depuis que votre frère Judas est mort, il ne se trouve point d’homme semblable à lui pour marcher contre Bacchide, et les autres ennemis de notre nation.

30. C’est pourquoi nous vous avons aujourd’hui choisi pour être notre prince et notre chef en sa place, et pour nous conduire dans toutes nos guerres.

31. Jonathas reçut donc alors le commandement, et prit la place de Judas son frère.

32. Bacchide en fut averti, et il cherchait les moyens de le tuer.

33. Mais Jonathas, et Simon son frère, et tous ceux qui les accompagnaient, l’ayant su, ils s’enfuirent dans les déserts de Thécua, et s’arrêtèrent près des eaux du lac d’Asphar.

34. Bacchide le sut, et vint lui-même avec toute son armée, le jour du sabbat, au-delà du Jourdain.

35. Alors Jonathas envoya son frère qui commandait le peuple, et pria les Nabuthéens qui étaient leurs amis, de leur prêter leur équipage qui était fort grand.

36. Mais les fils de Jambri étant sortis de Madaba, prirent Jean avec tout ce qu’il avait, et l’enlevèrent avec eux.

37. Après cela, on vint dire à Jonathas, et à son frère Simon, que les fils de Jambri faisaient un mariage célèbre, et qu’ils menaient de Madaba en grande pompe une nouvelle fiancée, qui était fille d’un des premiers princes de Chanaan.

38. Ils se souvinrent alors du sang de Jean leur frère, et ils s’allèrent cacher derrière une montagne qui les mettait à couvert.

39. Ayant levé les yeux, ils virent un grand tumulte et un appareil magnifique ; le nouveau marié parut avec ses amis et ses parents, et vint au-devant de la fiancée, au son des tambours et des instruments de musique, accompagné de beaucoup de gens armés.

40. En même temps ils sortirent de leur embuscade, et fondant sur eux, ils en tuèrent un grand nombre ; le reste s’enfuit sur les montagnes, et ils emportèrent toutes leurs dépouilles :

41. Ainsi les noces se changèrent en deuil, et les concerts de musique en cris lamentables.

42. Ils vengèrent de cette sorte le sang de leur frère, et ils retournèrent sur les bords du Jourdain.

43. Bacchide en fut averti, et il vint avec une puissante armée le jour du sabbat sur le bord du Jourdain.

44. Alors Jonathas dit à ses gens : Allons combattre nos ennemis ; car il n’en est pas de ce jour comme d’hier ou du jour d’auparavant ;

45. Nous avons les ennemis en tête et derrière nous, l’eau du Jourdain, avec les marais et le bois à droite et à gauche, et il ne nous reste aucun moyen d’échapper.

46. C’est pourquoi criez au ciel, afin que vous soyez délivrés des mains de vos ennemis. En même temps la bataille se donna.

47. Et Jonathas étendit la main pour frapper Bacchide ; mais Bacchide évita le coup en se retirant en arrière :

48. Enfin Jonathas et ceux qui étaient avec lui se jetèrent dans le Jourdain, et le passèrent à la nage devant eux.

49. Mille hommes de l’armée de Bacchide demeurèrent ce jour-là sur la place ; et il retourna avec ses gens à Jérusalem.

50. Ils bâtirent des villes fortes dans la Judée, et fortifièrent de hautes murailles, de portes et de serrures, les citadelles qui étaient à Jéricho, à Ammaiis, et à Béthoron, à Béthel, à Thamnata, à Phara, et à Thopo ;

51. Et il y mit des garnisons pour faire des courses contre Israël.

52. Il fortifia aussi Bethsura, et Gazara, et la forteresse ; il y mit des gens pour les garder, avec une grande provision de vivres.

53. Il prit pour otages les enfants des premières personnes du pays, et il les tint prisonniers dans la forteresse de Jérusalem.

54. En la cent cinquante-troisième année, au second mois, Alcime commanda qu’on abattît les murailles de la partie intérieure du temple, et qu’on détruisît les ouvrages des prophètes ; et il commença à les faire abattre.

55. Mais il fut frappé de Dieu en ce même temps, et il ne put achever ce qu’il avait commencé ; sa bouche fut fermée, il devint perclus par une paralysie, et il ne put plus dire une seule parole, ni mettre aucun ordre à sa maison.

56. Alcime mourut de la sorte, étant tourmenté de grandes douleurs.

57. Bacchide voyant qu’Alcime était mort, s’en retourna vers le roi ; et le pays demeura en repos pendant deux ans.

58. Au bout de ce temps tous les méchants formèrent entre eux ce dessein : Jonathas, dirent-ils, et ceux qui sont avec lui vivent maintenant en paix et en assurance : faisons donc venir Bacchide, et il les surprendra tous en une nuit.

59. Ainsi ils allèrent le trouver, et lui donnèrent ce conseil.

60. Bacchide se hâta donc de venir avec une grande armée, et il envoya en secret des lettres à ceux qui étaient de son parti dans la Judée, pour les avertir de se saisir de Jonathas et de ceux qui étaient avec lui ; mais ils ne le purent, parce que leur entreprise fut découverte.

61. Et Jonathas ayant pris cinquante hommes du pays, qui étaient les chefs d’un dessein si malicieux, il les fit mourir.

62. Il se retira ensuite avec son frère Simon, et ceux qui l’accompagnaient, à Bethbessen qui est au désert ; il en répara les ruines, et en fit une place forte.

63. Bacchide le sut ; et ayant assemblé toutes ses troupes, et fait avertir ceux qui étaient en Judée,

64. Il vint camper au-dessus de Bethbessen ; il la tint longtemps assiégée, et fit dresser des machines de guerre.

65. Mais Jonathas ayant laissé dans la ville son frère Simon, sortit à la campagne, marcha avec un assez grand nombre de gens,

66. Défit Odaren et ses frères, et les enfants de Phaseron dans leurs tentes ; et il commença à tailler en pièces ses ennemis, et à devenir célèbre par ses grandes actions.

67. Cependant Simon sortit de la ville avec ses gens, et ils brûlèrent les machines des ennemis ;

68. Ils attaquèrent l’armée de Bacchide, et la défirent ; et ils lui causèrent une extrême douleur, parce qu’il vit que ses desseins et toute son entreprise étaient sans effet.

69. C’est pourquoi il entra dans une grande colère contre ces hommes d’iniquité qui lui avaient conseillé de venir en leur pays ; et il en tua plusieurs, et résolut de s’en retourner en son pays avec le reste de son armée.

70. Jonathas en ayant été averti, lui envoya des ambassadeurs pour faire la paix avec lui, et lui offrir de lui rendre les prisonniers.

71. Bacchide reçut favorablement cette ouverture ; il consentit à ce qu’il voulait, et il jura que de sa vie il ne lui ferait aucun mal.

72. Il lui rendit les prisonniers qu’il avait pris dans le pays de Juda ; et étant retourné en son pays, il ne revint plus depuis en Judée.

73. Ainsi la guerre cessa dans Israël ; et Jonathas demeura à Machmas, où il commença à juger le peuple ; et il extermina les impies du milieu d’Israël.



Démetrius et Alexandre recherchent l’amitié de Jonathas ; il accepte celle d’Alexandre.


1. En la cent soixantième année, Alexandre, fils d’Antiochus, surnommé l’Illustre, s’empara de Ptolémaïde, où il fut reçu par les habitants ; et il commença à y régner.

2. Le roi Démétrius en ayant été averti, leva une puissante armée, et marcha à lui pour le combattre.

3. Il envoya en même temps à Jonathas une lettre qui ne respirait que la paix, et où il relevait beaucoup son mérite.

4. Car il disoit : Hâtons-nous de faire la paix avec lui, avant qu’il la fasse avec Alexandre contre nous.

5. Car il se souviendra de tous les maux que nous lui avons faits, à lui, à son frère, et à toute sa nation.

6. Il lui donna donc pouvoir de lever une armée, et de faire faire des armes ; il le déclara son allié, et commanda qu’on lui remît ses otages qui étaient dans la forteresse.

7. Jonathas étant venu à Jérusalem, lut ses lettres devant tout le peuple, et devant ceux qui étaient dans la forteresse.

8. Et ils furent saisis d’une grande crainte, lorsqu’ils apprirent que le roi lui avait donné le pouvoir de mettre une armée sur pied.

9. Les otages furent remis entre les mains de Jonathas, et il les rendit à leurs parents ;

10. Il demeura dans Jérusalem, et il commença à bâtir et à renouveler la ville.

11. Il commanda à ceux qui y travaillaient de bâtir tout autour de la montagne de Sion des murs de pierres de taille pour la fortifier ; et ils le firent comme il leur avait dit.

12. Alors les étrangers qui étaient dans les forteresses que Bacchide avait bâties s’enfuirent ;

13. Ils quittèrent tous le lieu où ils étaient, et s’en retournèrent en leur pays.

14. Il resta seulement dans Bethsura quelques-uns de ceux qui avaient abandonné la loi et les ordonnances de Dieu, parce que cette ville leur servait de retraite.

15. Cependant le roi Alexandre apprit les promesses que Démétrius avait faites à Jonathas ; on lui raconta aussi les combats que lui et ses frères avaient donnés, les victoires qu’ils avaient gagnées, et les grands travaux qu’ils avaient soufferts ;

16. Et il dit : Pourrons-nous trouver un autre homme tel que celui-ci ? songeons donc a le faire aussi notre ami et notre allié.

17. Ainsi il lui écrivit, et lui envoya une lettre conçue en ces termes :

18. Le Roi Alexandre, à son frère Jonathas, salut.

19. Nous avons appris que vous êtes un homme puissant, et propre pour être notre ami ;

20. C’est pourquoi nous vous établissons aujourd’hui grand-prêtre de votre nation ; nous vous donnons la qualité d’ami du roi, et nous voulons que vous soyez toujours attaché à nos intérêts, et que vous conserviez l’amitié avec nous ; il lui envoya en même temps une robe de pourpre et une couronne d’or.

21. En l’année cent soixante, au septième mois, Jonathas se revêtit de la robe sainte en la fête solennelle des tabernacles ; il leva une armée, et fit faire une grande quantité d’armes.

22. Démétrius l’ayant su, en fut extrêmement affligé, et il dit :

23. Comment avons-nous permis qu’Alexandre nous ait prévenus, et que pour fortifier son parti il ait gagné l’amitié des Juifs ?

24. Je veux leur écrire aussi d’une manière obligeante, et leur offrir des dignités et des dons, afin qu’ils se joignent à moi pour me secourir.

25. Il leur écrivit donc en ces termes : Le Roi Démétrius, au peuple juif, salut.

26. Nous avons appris avec joie que vous avez gardé l’alliance que vous aviez faite avec nous ; que vous êtes demeurés dans notre amitié, et que vous ne vous êtes point unis à nos ennemis.

27. Continuez donc maintenant à nous conserver toujours la même fidélité, et nous vous rendrons avantageusement ce que vous aurez fait pour nous ;

28. Nous vous remettrons beaucoup de choses qui vous avaient été imposées, et nous vous ferons de grands dons.

29. Et dès à présent je vous remets, et à tous les Juifs les tributs que vous aviez accoutumé payer ; les impôts de sel, les couronnes, la troisième partie de la semence,

30. Et ce que j’avais droit de prendre pour la moitié des fruits des arbres ; je vous quitte toutes ces choses dès à présent, et pour l’avenir, ne voulant plus qu’on les lève sur le pays de Juda, ni sur les trois villes qui lui ont été ajoutées de Samarie et de Galilée, à commencer depuis ce jour et dans toute la suite.

31. Je veux aussi que Jérusalem soit sainte et libre avec tout son territoire, et que les dîmes et les tributs lui appartiennent.

32. Je remets aussi entre vos mains la forteresse qui est dans Jérusalem, et je la donne au grand-prêtre, afin qu’il y établisse, pour la garder, les gens que lui-même aura choisis.

33. Je donne encore la liberté, sans aucune rançon, à tous les Juifs qui ont été emmenés captifs du pays de Juda, qui se trouveront en tout mon royaume ; et je les affranchis tous des tributs et des charges mêmes qu’ils devaient pour leurs bestiaux.

34. Je veux aussi que toutes les fêtes solennelles, les jours de sabbat, les nouvelles lunes, les fêtes instituées, les trois jours de devant une fête solennelle, et les trois jours d’après, soient des jours d’immunités et de franchises pour tous les Juifs qui sont en mon royaume ;

35. Et qu’il ne soit permis alors à personne d’agir en justice contre eux, ni de leur faire aucune peine, pour quelque affaire que ce puisse être.

36. J’ordonne de plus qu’on fera entrer dans les troupes du roi jusqu’à trente mille Juifs, qui seront entretenus comme le doivent être toutes les troupes des armées du roi, et qu’on en choisira d’entre eux pour les mettre dans les forteresses du grand roi ;

37. Que l’on commettra aussi à quelques-uns d’eux les affaires importantes du royaume qui demandent le plus de fidélité, et qu’ils en auront l’intendance en vivant toujours selon leurs lois, comme le roi l’a ordonné pour le pays de Juda ;

38. Et que les trois villes du pays de Samarie qui ont été annexées à la Judée soient censées être de la Judée, afin qu’elles ne dépendent que d’un chef, sans obéir à aucune autre puissance qu’à celle du souverain prêtre.

39. Je donne aussi Ptolémaide et son territoire en don au sanctuaire de Jérusalem, pour fournir toute la dépense nécessaire à l’entretien des choses saintes.

40. Je donnerai outre cela tous les ans quinze mille sicles d’argent, à prendre sur les droits du roi et sur les revenus qui m’appartiennent.

41. J’ordonne aussi que ceux qui gouvernaient mes finances les années passées, paieront pour les ouvrages de la maison du Seigneur tout ce qui reste de ces années, qu’ils n’ont point encore payé.

42. Pour ce qui est des cinq mille sicles d’argent qui se prenaient sur le sanctuaire chaque année, ils seront remis aux prêtres, comme appartenant à ceux qui font les fonctions du saint ministère.

43. Je veux encore que tous ceux qui, étant redevables au roi, pour quelque affaire que ce puisse être, se réfugieront dans le femple de Jérusalem, et dans son territoire, soient en sûreté, et qu’on leur laisse la libre jouissance de tout ce qu’ils ont dans mon royaume.

44. On donnera aussi, de l’épargne du roi, de quoi fournir aux bâtiments ou aux réparations des lieux saints ;

45. Et on prendra encore, des mêmes deniers, de quoi bâtir et fortifier les murailles de Jérusalem, et des autres villes qui sont en Judée.

46. Jonathas et le peuple ayant entendu ces propositions de Démétrius, ne les crurent point sincères, et ne les reçurent point, parce qu’ils se ressouvinrent des grands maux qu’il avait faits à Israël, et de quelle manière il les avait accablés.

47. Ils se portèrent donc à favoriser plutôt Alexandre, parce qu’il leur avait parlé le premier de paix ; et ils l’assistèrent toujours dans la suite.

48. Après cela le roi Alexandre leva une grande armée, et marcha contre Démétrius.

49. Les deux rois donnèrent bataille ; et l’armée de Démétrius s’enfuit : Alexandre les poursuivit, et fondit sur eux.

50. Le combat fut rude et opiniâtre, et dura jusqu’au coucher du soleil ; et Démétrius y fut tué.

51. Alexandre envoya ensuite des ambassadeurs à Ptolémée, roi d’Égypte, et lui écrivit en ces termes :

52. Comme je suis rentré dans mon royaume, que je suis assis sur le trône de mes pères, que j’ai recouvré mon empire et tous les pays qui m’appartenaient par la défaite de Démétrius,

53. A qui j’ai donné bataille, et que j’ai défait avec toute son armée, étant ainsi remonté sur le siège du royaume qu’il occupait ;

54. Faisons maintenant amitié ensemble ; donnez-moi votre fille en mariage, et je serai votre gendre, et je vous ferai, aussi bien qu’à elle, des présents dignes de vous.

55. Le roi Ptolémée lui répondit : Heureux le jour auquel vous êtes rentré dans le pays de vos pères, et où vous vous êtes assis sur le trône de leur royaume !

56. Je suis prêt à vous accorder ce que vous m’avez demandé ; mais venez jusqu’à Ptolémaïde, afin que nous nous voyions, et que je vous donne ma fille comme vous le désirez.

57. Ptolémée sortit donc d’Egypte avec sa fille Cléopâtre, et vint à Ptolémarde, l’an cent soixante-deux.

58. Le roi Alexandre l’y vint trouver, et Ptolémée lui donna sa fille Cléopâtre, et les noces furent célébrées à Ptolémaïde, avec une grande magnificence, selon la coutume des rois.

59. Le roi Alexandre écrivit aussi à Jonathas, afin qu’il les vînt trouver à Ptolémaïde.

60. Jonathas y alla avec grand éclat, et salua les deux rois ; il leur apporta quantité d’or et d’argent, et leur fit de grands présents ; et il fut fort bien reçu de ces deux princes.

61. Alors quelques gens d’Israël qui étaient des hommes couverts d’iniquités, et comme des pestes publiques. s’unirent ensemble pour présenter des chefs d’accusation contre lui ; mais le roi ne voulut point les écouter.

64. Il ordonna même qu’on ôtàt à Jonathas ses vêtements, et qu’on le revêtît de pourpre ; ce qui fut fait. Et le roi le fit asseoir près de lui ;

65. Et il dit aux grands de sa cour : Allez avec lui au milieu de la ville, et dites tout haut : Que nul n’entreprenne de former aucune plainte contre lui, et ne lui fasse aucune peine pour quelque affaire que ce puisse être.

64. Ceux donc qui étaient venus pour l’accuser, voyant ce qu’on publiait de lui, l’éclat dans lequel il paraissait, et la pourpre dont il était revêtu, s’enfuirent tous.

65. Le roi l’éleva en grand honneur, le mit au nombre de ses principaux amis, et l’établit après lui chef et prince de la Judée.

66. Et Jonathas revint à Jérusalem en paix et avec joie.

67. En la cent soixante-cinquième année, Démétrius, fils de Démétrius, vint de Crète au pays de ses pères.

68. Le roi Alexandre en ayant été averti, fut extrêmement affligé, et retourna à Antioche.

69. Le roi Démétrius fit général de ses troupes Apollonius, gouverneur de la Célésyrie, lequel leva une grande armée ; et étant venu à Jamnia, il envoya dire à Jonathas, grand-prêtre,

70. Ces paroles : Vous êtes le seul qui nous résistez ; et je suis devenu un sujet de risée et d’opprobre, parce que vous vous prévalez contre nous de l’avantage que vous avez sur vos montagnes.

71. Si vous vous fiez donc maintenant en vos troupes, descendez à nous dans la plaine, et faisons là l’essai de nos forces ; car la valeur et la victoire m’accompagnent toujours.

72. Informez-vous, et apprenez qui je suis, et qui sont ceux qui combattent avec moi, lesquels disent hautement que vous ne pouvez tenir ferme devant nous, parce que vos pères ont été mis en fuite par deux fois dans leur pays.

73. Comment donc pourrez-vous soutenir présentement l’effort de ma cavalerie, et d’une si grande armée, dans une campagne où il n’y a ni pierres, ni rochers, ni aucun lieu pour vous enfuir ?

74. Jonathas ayant entendu ces paroles d’Apollonius, fut ému au fond de son cœur ; et il choisit aussitôt dix mille hommes, et partit de Jérusalem, et Simon son frère vint à son secours.

75. Ils vinrent camper près de Joppé, et ceux de la ville lui fermèrent les portes, parce qu’il y avait dedans une garnison d’Apollonius ; Jonathas assiégea donc cette ville.

76. Et ceux de dedans étant épouvantés, lui ouvrirent les portes, et il se rendit ainsi maître de Joppé.

77. Apollonius l’ayant su, prit avec lui trois mille chevaux et beaucoup de troupes.

78. Il marcha comme pour aller vers Azot, et il se jeta tout d’un coup dans la plaine, parce qu’il avait beaucoup de cavalerie, en qui il se fiait principalement. Jonathas le suivit vers Azot, et là ils se donnèrent bataille.

79. Apollonius avait laissé secrètement dans son camp mille chevaux derrière les ennemis.

80. Et Jonathas fut averti qu’il y avait derrière lui une embuscade. Les ennemis environnèrent donc son camp, et lancèrent beaucoup de traits contre ses gens, depuis le matin jusqu’au soir.

81. Mais les gens de Jonathas demeurèrent fermes, selon l’ordre qu’il leur en avait donné ; cependant les chevaux des ennemis se fatiguèrent beaucoup.

82. Alors Simon fit avancer ses troupes, et attaqua l’infanterie, parce que la cavalerie était déjà fatiguée ; et l’ayant rompue, elle prit la fuite.

83. Et ceux qui se dispersèrent par la campagne se réfugièrent à Azot, et entrèrent dans le temple de Dagon leur idole, pour y être en sûreté.

84. Mais Jonathas brûla Azot et les villes des environs, et il en emporta les dépouilles : et il brûla aussi le temple de Dagon avec tous ceux qui s’y étaient réfugiés.

85. Il y périt près de huit mille hommes, tant de ceux qui furent tués par l’épée, que de ceux qui furent brûlés.

86. Jonathas ayant décampé de ce lieu, marcha contre Ascalon ; mais ceux de la ville sortirent au-devant de lui, et le reçurent avec de grands honneurs.

87. Il revint ensuite à Jérusalem avec ses gens chargés de butin.

88. Le roi Alexandre, ayant appris ces heureux succès de Jonathas, l’éleva encore en plus grande gloire ;

89. Et il lui envoya une agrafe d’or, telle que l’on en donnait d’ordinaire aux princes du sang royal ; il lui donna de plus Accaron avec tout son territoire, afin qu’il la possédât en propre.



Ptolémée Philopator usurpe le royaume d’Alexandre son gendre. Jonathas, allié avec Démétrius, affranchit la Judée.


1. Après cela le roi d’Egypte assembla une armée qui était comme le sable du rivage de la mer, et un grand nombre de vaisseaux ; et il cherchait à se rendre maître par surprise du royaume d’Alexandre, et à l’ajouter à son royaume.

2. Il marcha d’abord comme ami dans la Syrie ; et les habitants des villes lui ouvraient les portes, et venaient au-devant de lui, selon l’ordre qu’Alexandre leur avait donné, parce que le roi d’Égypte était son beau-père.

3. Mais aussitôt que Ptolémée était entré dans une ville, il y mettait garnison de ses gens.

4. Lorsqu’il fut venu près d’Azot, on lui montra le temple de Dagon qui avait été brûlé, les ruines de la ville d’Azot, plusieurs corps qui étaient encore sur la terre, et tous les autres qui avaient été tués dans la guerre, et qu’on avait amassés dans des sépultures communes le long du chemin.

5. Et ils dirent au roi que c’était Jonathas qui avait fait tous ces maux, voulant ainsi le rendre odieux dans son esprit ; mais le roi ne répondit rien.

6. Jonathas vint ensuite avec grand éclat trouver le roi à Joppé ; ils se saluèrent, et passèrent la nuit en ce lieu.

7. Et Jonathas ayant accompagné le roi jusqu’au fleuve qu’on nomme Éleuthère, revint à Jérusalem.

8. Le roi Ptolémée se rendit ainsi maître des villes jusqu’à Séleucie qui est au bord de la mer, et il avait de mauvais desseins contre Alexandre.

9. Il envoya des ambassadeurs à Démétrius, pour lui dire de sa part : Venez, afin que nous fassions alliance ensemble ; et je vous donnerai ma fille qu’Alexandre a épousée, et vous rentrerez dans le royaume de votre père ;

10. Car je me repens de lui avoir donné ma fille en mariage, parce qu’il a cherché les moyens de me tuer.

11. Il l’accusait de la sorte, par le désir qu’il avait de lui enlever son royaume.

12. Et enfin lui ayant ôté sa fille, il la donna à Démétrius, et s’éloigna tout à fait d’Alexandre ; et alors son inimitié se manifesta publiquement.

13. Ptolémée entra ensuite dans Antioche, et se mit sur la tète deux diadèmes, celui d’Égypte et celui d’Asie.

14. Le roi Alexandre était pour lors en Cilicie, parce que ceux de cette province s’étaient révoltés contre lui.

15. Ayant donc appris ces choses, il marcha avec ses troupes pour le combattre, et le roi Ptolémée fit marcher aussi ses gens, et vint au-devant de lui avec une puissante armée, et le défit.

16. Alexandre s’enfuit en Arabie. pour y trouver quelque protection ; et le roi Ptolémée fut élevé en grande gloire.

17. Mais Zabdiel, prince des Arabes, fit couper la tête à Alexandre, et l’envoya à Ptolémée.

18. Trois jours après le roi Ptolémée mourut ; et ses gens qui étaient dans les forteresses furent tués par ceux du camp.

19. Démétrius rentra donc dans son royaume en la cent soixante-septième année.

20. En ce même temps Jonathas assembla ceux qui étaient dans la Judée, pour prendre la forteresse de Jérusalem ; et ils dressèrent plusieurs machines de guerre pour la forcer.

21. Mais quelques méchants qui haïssaient leur nation allèrent trouver le roi Démétrius, et lui rapportèrent que Jonathas assiégeait la forteresse.

22. Démétrius l’ayant su, entra en colère ; il vint aussitôt à Ptolémaïde, et il écrivit à Jonathas de ne point assiéger la forteresse, mais de le venir trouver promptement pour conférer avec lui.

23. Jonathas ayant reçu cette lettre, commanda qu’on continuât le siége ; et il choisit quelques-uns des anciens du peuple et des prêtres, et il alla avec eux s’exposer au péril.

24. Il prit avec lui quantité d’or et d’argent, de riches vêtements, et beaucoup d’autres présents, et se rendit près du roi à Ptolémaïde, et il trouva grâce devant lui.

25. Quelques hommes perdus de sa nation formèrent encore des plaintes et des accusations contre lui.

26. Mais le roi le traita comme l’avaient traité les princes ses prédécesseurs, et l’éleva en grand honneur à la vue de ses amis.

27. Il le confirma dans la souveraine sacrificature, et dans toutes les autres marques d’honneur qu’il avait eues auparavant, et le fit le premier de tous ses amis.

28. Jonathas supplia le roi de donner la franchise et l’immunité à la Judée, aux trois toparchies, à Samarie, et à tout son territoire ; et il lui promit trois cents talents.

29. Le roi y consentit ; et il fit expédier des lettres-patentes à Jonathas, touchant toutes ces affaires, qui étaient conçues en ces termes :

30. Le Roi Démétrius, à son frère Jonathas, et à la nation des Juifs, salut.

31. Nous vous avons envoyé une copie de la lettre que nous avons écrite à Lasthène, notre père, touchant ce qui vous regarde, afin que vous en fussiez informés.

32. Le Roi Démétrius, à Lasthène, son père, salut.

33. Nous avons résolu de faire du bien à la nation des Juifs, qui sont nos amis, et qui nous conservent la fidélité qu’ils nous doivent, à cause de la bonne volonté qu’ils ont pour nous.

34. Nous avons donc ordonné que les trois villes Lyda, Ramatha et Aphœrema, qui sont annexées à la Judée du territoire dé Samarie, avec toutes leurs appartenances, soient destinées pour les prêtres de Jérusalem, au lieu des impositions que le roi en retirait chaque année, et de ce qui lui revenait des fruits de la terre et des arbres.

35. Nous leur remettons aussi, dès à présent, les autres choses qui nous appartenaient, comme les dîmes et les tributs ; et de même les impôts des salines, et les couronnes qu’on nous apportait.

36. Nous leur donnons toutes ces choses ; et cette concession demeurera ferme dès maintenant, et pour toujours.

37. Ayez donc soin de faire faire une copie de cette ordonnance, et qu’elle soit donnée à Jonathas, et qu’on l’expose sur la montagne sainte, en un lieu où elle soit vue de tout le monde.

38. Le roi Démétrius voyant que tout son royaume était paisible, et que rien ne lui résistait, congédia toute son armée, et renvoya chacun en sa maison, excepté les troupes étrangères qu’il avait levées des peuples des îles ; et ceci lui attira la haine de toutes les troupes qui avaient servi ses pères.

39. Alors Tryphon, qui avait été auparavant du parti d’Alexandre, voyant que tous les gens murmuraient contre Démétrius, alla trouver Émalchuel, roi des Arabes, qui nourrissait auprès de lui Antiochus, fils d’Alexandre ;

40. Et il le pressa longtemps afin qu’il lui donnât ce jeune prince, pour le faire régner en la place de son père : il lui rapporta tout ce que Démétrius avait fait, et la haine que les gens de guerre avaient conçue contre lui ; et il demeura longtemps en ce lieu.

41. Cependant Jonathas envoya vers Démétrius, pour le prier de chasser ceux qui étaient en garnison dans la forteresse de Jérusalem, et dans les autres forteresses, parce qu’ils faisaient beaucoup de maux à Israël.

42. Démétrius envoya dire à Jonathas : Non seulement je ferai pour vous, et pour votre nation, ce que vous me demandez, mais je vous élèverai en gloire, vous et votre peuple, aussitôt que le temps me le permettra.

43. Vous ferez donc maintenant une action de justice de m’envoyer de vos gens pour me secourir, parce que toute mon armée m’a abandonné.

44. Alors Jonathas envoya à Antioche trois mille hommes très-vaillants qui vinrent trouver le roi ; et le roi reçut une grande joie de leur arrivée.

45. En ce même temps il s’assembla, des habitants de la ville, six-vingt mille hommes qui voulaient tuer le roi.

46. Le roi s’enfuit dans le palais ; et ceux de la ville se saisirent de toutes les rues, et commencèrent à l’attaquer.

47. Le roi fit venir les Juifs à son secours, et ils s’assemblèrent tous près de lui, et firent des courses dans la ville ;

48. Et ils tuèrent en ce jour-là cent mille hommes : ils mirent aussi le feu à la ville, en remportèrent un grand butin, et délivrèrent le roi.

49. Ceux de la ville, voyant que les Juifs s’en étaient rendus les maîtres pour y faire tout ce qu’ils voulaient, demeurèrent tout consternés ; et étant venus crier miséricorde au roi, ils lui firent cette prière :

50. Tendez-nous une main favorable, et que les Juifs cessent de nous attaquer, nous et notre ville.

51. Ils mirent en même temps les armes bas, et firent la paix. Les Juifs s’acquirent une grande gloire dans l’esprit du roi et de ceux de son royaume ils devinrent célèbres dans tout le royaume, et revinrent à Jérusalem chargés de dépouilles.

52. Le roi Démétrius fut ainsi affermi sur son trône et dans son royaume ; et tout le pays demeura paisible.

53. Mais ce prince ne tint rien de tout ce qu’il avait promis ; il s’éloigna de Jonathas, et bien loin de lui témoigner aucune reconnaissance de toutes les obligations qu’il lui avait, il lui fit même tout le mal qu’il put.

54. Après cela Tryphon revint, et avec lui le jeune Antiochus, qui commença à se faire reconnaître pour roi. et qui se mit le diadème sur la tête.

55. Toutes les troupes que Démétrius avait congédiées s’assemblèrent aussitôt pris d’Antiochus ; elles combattirent contre Démétrius, qui fut défait, et qui s’enfuit.

56. Tryphon se saisit alors des éléphants, et se rendit maître d’Antioche.

57. Le jeune Antiochus écrivit ensuite à Jonathas en ces termes : Je vous confirme dans la souveraine sacrificature, et je vous établis sur les quatre villes, afin que vous soyez des amis du roi.

58. Il lui envoya des vases d’or pour son service, et lui donna le pouvoir de boire dans une coupe d’or, d’être vêtu de pourpre, et de porter une agrafe d’or ;

59. Et il établit son frère Simon gouverneur depuis la côte de Tyr jusqu’aux frontières de l’Egypte.

60. Jonathas alla ensuite dans les villes qui sont au-delà du fleuve, et toute l’armée de Syrie vint à son secours ; il marcha vers Ascalon, et ceux de la ville vinrent au-devant de lui en lui faisant de grands honneurs.

61. Il alla de là à Gaza ; mais ceux de la ville lui fermèrent les portes : il y mit le siège, et il pilla et brûla tous les environs de la ville.

62. Alors ceux de Gaza demandèrent à Jonathas à capituler, et il le leur accorda ; il prit leurs fils pour otages, et les envoya à Jérusalem ; et il alla dans tout le pays jusqu’à Damas.

63. Mais ayant appris que les généraux de Démétrius étaient venus avec une armée puissante soulever ceux de la ville de Cadès, qui est en Galilée, pour l’empêcher de se mêler davantage de ce qui regardoit le royaume de Syrie,

64. Il marcha au-devant d’eux, et laissa dans la province son frère Simon.

65. Simon mit le siége devant Bethsura, et il l’attaqua longtemps, et tint ceux qui étaient dedans investis.

66. Ils lui demandèrent ensuite à faire composition, et il le leur accorda ; il les fit sortir hors de la ville, s’en rendit le maître, et y mit garnison.

67. Jonathas vint avec son armée sur le bord de l’eau de Génésar ; et s’étant levés la nuit, ils se rendirent avant le jour dans la plaine d’Asor.

68. Il y trouva l’armée des étrangers qui venaient au-devant de lui, et qui lui dressaient des embuscades sur les montagnes ; il marcha droit à eux.

69. Et cependant ceux qui étaient cachés sortirent de leur embuscade, et vinrent charger ses gens.

70. Tous ceux du côté de Jonathas s’enfuirent sans qu’il en demeurât un seul, sinon Mathathias, fils d’Absalom, et Judas, fils de Calphi, général de son armée.

71. Alors Jonathas déchira ses vêtements, se mit de la terre sur la tête, et fit sa prière.

72. Et Jonathas retourna au combat, chargea les ennemis, et les fit fuir devant lui, et ils furent mis en déroute.

73. Et ses gens qui avaient fui le voyant combattre, revinrent le joindre, et poursuivirent avec lui les ennemis jusqu’à Cadès où était leur camp ; et ils ne passèrent pas plus loin.

74. Il demeura sur la place en ce jour-là trois mille hommes de l’armée des étrangers ; et Jonathas retourna à Jérusalem.



Jonathas renouvelle l’alliance avec les Romains et les Lacédémoniens. Il fortifie Jérusalem. Trahison de Tryphon.


1. Jonathas voyant que le temps lui était favorable, choisit des hommes qu’il envoya à Rome, pour affermir et renouveler l’amitié avec les Romains.

2. Il envoya aussi vers les Lacédémoniens et en d’autres lieux des lettres toutes semblables.

3. Ses gens allèrent donc à Rome, et étant entrés dans le sénat, ils dirent : Jonathas, grand-prêtre, et le peuple juif, nous ont envoyés pour renouveler avec vous l’amitié et l’alliance, selon qu’elle a été faite auparavant entre nous.

4. Et les Romains leur donnèrent des lettres adressées à leurs officiers dans chaque province, pour les faire conduire en paix jusqu’au pays de Juda.

5. Voici la copie des lettres que Jonathas écrivit aux Lacédémoniens :

6. Jonathas, grand-prêtre, les anciens de la nation, les prêtres, et le reste du peuple juif, aux Lacédémoniens leurs frères, salut.

7. Il y a déjà longtemps qu’Arius, qui régnait à Lacédémone, envoya des lettres au grand-prêtre Onias, qui témoignaient que vous êtes nos frères, comme on peut le voir par la copie de ces lettres que nous avons jointe à celles-ci.

8. Et Onias reçut avec grand honneur celui que le roi avait envoyé, et ses lettres où il lui parlait de cette alliance et de cette amitié que nous avons avec vous.

9. Quoique nous n’eussions aucun besoin de ces choses, ayant pour notre consolation les saints livres qui sont entre nos mains,

10. Nous avons mieux aimé néanmoins envoyer vers vous pour renouveler cette amitié et cette union fraternelle, de peur que nous ne devenions comme étrangers à votre égard, parce qu’il s’est déjà passé beaucoup de temps depuis que vous avez envoyé vers nous.

11. Sachez donc que nous n’avons jamais cessé depuis ce temps-là de nous souvenir de vous dans les fêtes solennelles, et les autres jours où cela se doit, dans les sacrifices que nous offrons, et dans toutes nos saintes cérémonies, selon qu’il est du devoir et de la bienséance de se souvenir de ses frères.

12. Nous nous réjouissons de la gloire dans laquelle vous vivez.

13. Mais pour nous autres, nous nous sommes vus dans de grandes afflictions et en diverses guerres ; et les rois qui nous environnent nous ont souvent attaqués.

14. Cependant nous n’avons voulu être à charge ni à vous, ni à nos autres alliés, dans tous ces combats ;

15. Car nous avons reçu du secours du ciel, nous avons été délivrés, et nos ennemis se sont vus humiliés.

16. Ayant donc choisi Numénius, fils d’Antiochus, et Antipater, fils de Jason, pour les envoyer vers les Romains renouveler l’alliance et l’amitié ancienne que nous avons avec eux ;

17. Nous leur avons donné ordre d’aller aussi vers vous, de vous saluer de notre part, et de vous rendre nos lettres touchant le renouvellement de notre union fraternelle.

18. C’est pourquoi vous ferez bien de répondre à ce que nous vous avons écrit.

19. Voici la copie des lettres qu’Arius avait envoyées à Onias :

20. Abius, roi des Lacédémoniens, au grand-prêtre Onias, salut.

21. Il a été trouvé ici, dans un écrit touchant les Lacédémoniens et les Juifs, qu’ils sont frères, et qu’ils sont tous de la race d’Abraham.

22. Maintenant donc que nous avons su ces choses, vous ferez bien de nous écrire si toutes choses sont en paix parmi vous.

23. Et voici ce que nous vous avons écrit nous autres : Nos bestiaux, et tous nos biens, sont à vous ; et les vôtres sont à nous : c’est ce que nous avons ordonné qu’on vous déclarât de notre part.

24. Cependant Jonathas apprit que les généraux de l’armée de Démétrius étaient revenus pour le combattre avec une armée beaucoup plus grande qu’auparavant.

25. Ainsi il partit de Jérusalem, et alla au-devant d’eux dans le pays d’Amathite, parce qu’il ne voulait pas leur donner le temps d’entrer sur ses terres.

26. Et il envoya dans leur camp des espions, qui rapportèrent qu’ils avaient résolu de le venir surprendre pendant la nuit.

27. Après donc que le soleil fut couché, Jonathas commanda à ses gens de veiller, et de se tenir toute la nuit sous les armes et prêts à combattre ; et il mit des gardes autour du camp.

28. Les ennemis ayant su que Jonathas se tenait avec ses gens prêt au combat, eurent peur, et leurs cœurs furent saisis de frayeur ; ainsi ayant allumé des feux dans leur camp, ils se retirèrent.

29. Jonathas, et ceux qui étaient avec lui, voyant ces feux allumés, ne s’aperçurent point de leur retraite jusqu’au matin.

30. Et Jonathas les poursuivit ; mais il ne put les atteindre, parce qu’ils avaient déjà passé le fleuve Éleuthère.

31. Il marcha de là vers les Arabes, qui sont appelés Zabadéens ; il les défit, et en rapporta les dépouilles.

32. Il partit ensuite de là, et vint à Damas ; et il faisait des courses dans tout le pays.

33. Cependant Simon alla jusqu’à Ascalon, et jusqu’aux forteresses voisines ; il marcha de là vers Joppé, et la prit ;

34. Car il avait su qu’ils voulaient livrer la place à ceux du parti de Démétrius ; et il y mit garnison pour garder la ville.

35. Jonathas étant revenu, assembla les anciens du peuple, et il résolut avec eux de bâtir des forteresses dans la Judée,

36. De bâtir les murs de Jérusalem, et de faire aussi élever un mur d’une très-grande hauteur entre la forteresse et la ville, afin que la forteresse en fût séparée, et sans communication, et que ceux de dedans ne pussent ni acheter ni vendre.

37. On s’assembla donc pour bâtir la ville ; et la muraille qui était le long du torrent du côté de l’orient étant tombée, Jonathas la rétablit, et elle fut appelée Caphetetha.

38. Simon bâtit aussi Adiada dans la plaine de Séphéla, et la fortifia ; et il y mit des portes et des serrures.

39. Mais Tryphon ayant résolu de se faire roi d’Asie, de prendre le diadème, et de tuer le roi Antiochus,

40. Et craignant que Jonathas ne l’en empêchât, et ne lui déclarât la guerre, cherchait les moyens de se saisir de sa personne, et de le tuer. Il s’en alla donc dans cette pensée à Bethsan.

41. Jonathas marcha au-devant de lui avec quarante mille hommes de guerre choisis, et vint à Bethsan.

42. Tryphon voyant que Jonathas était venu avec une grande armée pour le combattre, fut saisi de crainte ;

43. Il le reçut avec grand honneur, le recommanda à tous ses amis, lui fit des présents, et ordonna à toute son armée de lui obéir comme à lui-même.

44. Il dit ensuite à Jonathas : Pourquoi avez-vous fatigué inutilement tout ce peuple, puisque nous n’avons point de guerre ensemble ?

45. Renvoyez-les donc dans leurs maisons : choisissez seulement quelque peu d’entre eux pour être avec vous, venez avec moi à Ptolémaïde, et je vous la mettrai entre les mains, avec les autres forteresses, les troupes, et tous ceux qui ont la conduite des affaires, et je m’en retournerai ensuite ; car c’est pour cela que je suis venu.

46. Jonathas le crut, et fit ce qu’il lui avait dit ; il renvoya ses gens, qui s’en retournèrent au pays de Juda.

47. Il ne retint avec lui que trois mille hommes, dont il renvoya encore deux mille en Galilée ; et mille l’accompagnèrent.

48. Aussitôt que Jonathas fut entré dans Ptolémaïde, ceux de la ville fermèrent les portes, et le prirent ; et ils passèrent au fil de l’épée tous ceux qui étaient venus avec lui.

49. Et Tryphon envoya ses troupes et sa cavalerie en Galilée et dans la grande plaine, pour tuer tous ceux qui avaient accompagné Jonathas.

50. Mais ceux-ci, ayant appris que Jonathas avait été arrêté, et qu’il avait péri avec tous ceux qui l’accompagnaient, s’encouragèrent les uns les autres, et se présentèrent pour combattre avec une grande assurance.

51. Ceux qui les avaient poursuivis, les voyant très-résolus à vendre bien cher leur vie, s’en retournèrent :

52. Ainsi ils revinrent tous dans le pays de Juda sans être attaqués. Ils pleurèrent beaucoup Jonathas, et ceux qui étaient avec lui, et tout Israël en fit un grand deuil.

53. Alors tous les peuples dont ils étaient environnés firent un nouvel elfort pour les perdre, en disant :

54. Ils n’ont aucun chef qui les commande, ni personne qui les assiste ; attaquons-les donc maintenant, exterminons-les, et effaçons leur nom de la mémoire des hommes.



Simon succède à Jonathas. Antiochus est tué par Tryphon ; la ville de Gaza est prise.


1. Cependant Simon fut averti que Tryphon avait levé une grande armée pour venir tout ravager dans le pays de Juda.

2. Et voyant le peuple saisi de frayeur, il monta à Jérusalem, et fit assembler tout le monde.

3. Il leur dit pour les encourager : Vous savez combien nous avons combattu, mes frères et moi, et toute la maison de mon père, pour nos lois et pour le saint temple, et en quelles afflictions nous nous sommes vus :

4. C’est pour cela que tous mes frères sont péris en voulant sauver Israël ; et je suis demeuré seul.

5. Mais à Dieu ne plaise que je veuille épargner ma vie tant que nous serons dans l’affliction ! car je ne suis pas meilleur que mes frères.

6. Je vengerai donc mon peuple et le sanctuaire, nos enfants et nos femmes, parce que toutes les nations se sont assemblées pour nous opprimer, par la seule haine qu’elles nous portent.

7. A ces paroles tout le peuple fut animé de courage ;

8. Ils lui répondirent en haussant leur voix : Vous être notre chef en la place de Judas et de Jonathas, votre frère :

9. Conduisez-nous dans nos combats ; et nous ferons tout ce que vous nous ordonnerez.

10. Aussitôt il fit assembler tous les gens de guerre, et il rebâtit en diligence toutes les murailles de Jérusalem, et la fortifia tout autour.

11. Il envoya Jonathas, fils d’Absasalom, à Joppé, avec une nouvelle armée ; et après qu’il en eut chassé tous ceux qui étaient dedans, il y demeura avec ses troupes.

12. Cependant Tryphon partit de Ptolémaïde avec une grande armée, pour venir dans le pays de Juda ; et il menoit avec lui Jonathas qu’il avait retenu prisonnier.

13. Simon se campa près d’Addus, vis-à-vis de la plaine.

14. Et Tryphon ayant su que Simon avait été établi en la place de Jonathas. son frère, et qu’il se disposait à lui livrer bataille, lui envoya des ambassadeurs,

15. Et lui fit dire : Nous avons retenu Jonathas, votre frère, parce qu’il devait de l’argent au roi, à cause des affaires dont il a eu la conduite.

16. Mais envoyez-moi présentement cent talents d’argent, et ses deux fils pour otages, et pour assurance qu’étant mis en liberté il ne s’enfuira pas vers nos ennemis, et nous vous le renverrons.

17. Quoique Simon reconnût qu’il ne lui parlait ainsi que pour le tromper, il commanda néanmoins que l’on envoyât l’argent avec les enfants, de peur d’attirer sur lui une grande haine de la part du peuple d’Israël, qui aurait dit :

18. Jonathas est péri, parce qu’on n’a pas envoyé cet argent et ses enfants.

19. Il envoya donc et les enfants et les cent talents ; et Tryphon manqua à sa parole, et ne renvoya point Jonathas.

21. Il entra ensuite dans le pays pour tout ravager ; et il tourna par le chemin qui mène à Ador ; mais Simon le côtoyait avec son armée par tous les lieux où il marchait.

22. Alors ceux qui étaient dans la forteresse envoyèrent des gens à Tryphon, pour le prier de se hâter de venir par le désert, et de leur envoyer des vivres. Tryphon tint toute sa cavalerie prête pour partir cette nuit-là même ; mais comme il y avait une grande quantité de neige, il n’alla point au pays de Galaad.

23. Et lorsqu’il fut proche de Bascaman, il tua là Jonathas avec ses fils.

24. Ensuite tournant visage tout d’un coup, il s’en retourna en son pays.

25. Alors Simon envoya quérir les os de son frère Jonathas, et les ensevelit à Modin, qui était la ville de ses pères.

26. Tout Israël fit un grand deuil à sa mort, et ils le pleurèrent pendant plusieurs jours.

27. Et Simon fit élever sur le sépulcre de son père et de ses frères un haut édifice qu’on voyait de loin, dont toutes les pierres étaient polies devant et derrière.

28. Il fit dresser sept pyramides, dont l’une répondait à l’autre : une à son père, une à sa mère, et quatre à ses frères.

29. Il fit dresser tout autour de grandes colonnes ; et sur les colonnes, des armes, pour servir d’un monument éternel ; et auprès des armes, des navires en sculpture, pour être vus de loin par tous ceux qui navigueraient sur la mer.

30. C’est là le sépulcre qu’il fit à Modin, et que l’on voit encore.

31. Or Tryphon, étant en voyage avec le jeune roi Antiochus, le tua en trahison.

32. Et il régna en sa place, s’étant mis sur la tête le diadème d’Asie ; et il fit de grands maux dans tout le pays.

33. Simon cependant réparait les places de la Judée, les fortifiant avec de autes tours, de grandes murailles, des portes et des serrures ; et il faisait mettre des vivres dans tous les lieux fortifiés.

34. Il choisit aussi des hommes qu’il envoya vers le roi Démétrius, le priant de rétablir la Judée dans ses franchises, parce que toute la conduite de Tryphon n’avait été jusqu’alors qu’une violence et un brigandage.

35. Le roi Démétrius répondit à la demande qu’il lui avait faite, et lui récrivit en ces termes :

36. Le Roi Démétrius, à Simon, grand-prêtre et ami des rois, aux anciens, et à tout le peuple des Juifs, salut.

37. Nous avons reçu la couronne et la palme d’or que vous nous avez envoyées ; et nous sommes disposés à faire avec vous une paix solide et durable, et à écrire à nos intendants qu’ils vous fassent les remises selon les grâces que nous vous avons accordées.

38. Tout ce que nous avons ordonné en votre faveur, demeurera ferme et inviolable ; les places que vous avez fortifiées seront à vous.

39. Nous pardonnons aussi toutes les fautes et les manquements qui auraient pu se commettre jusqu’à aujourd’hui ; nous vous déchargeons de la couronne que vous deviez : que si l’on payait quelque autre impôt dans Jérusalem, on ne le paiera plus à l’avenir.

40. S’il s’en trouve parmi vous qui soient propres à être enrôlés dans nos troupes, ils y entreront ; et nous voulons qu’il y ait entre nous une bonne paix.

41. En l’année cent soixante-dixième, Israël fut affranchi du joug des nations.

42. Et le peuple d’Israël commença à mettre cette inscription sur les tables et sur les registres publics : La première année sous Simon, souverain pontife, grand chef et prince des Juifs.

45. Vers ce temps-là Simon alla mettre le siège devant Gaza, l’investit avec son armée, dressa des machines, s’approcha des murailles de la ville, et en ayant attaqué une tour, il l’emporta.

44. Ceux qui étaient dans une de ces machines, étant entrés tout d’un coup dans la ville, il s’excita un grand tumulte parmi le peuple.

45. Ceux de la ville vinrent donc, avec leurs femmes et leurs enfants, sur les murailles, ayant leurs habits déchirés ; et ils jetèrent de grands cris, en demandant à Simon qu’il les reçût à composition,

46. Et lui disant : Ne nous traitez pas selon notre malice, mais selon vos miséricordes.

47. Simon, touché de compassion, ne voulut point les exterminer ; mais il les chassa seulement hors de la ville, et il purifia les maisons où il y avait eu des idoles ; il entra ensuite dans Gaza, en chantant des hymnes, et bénissant le Seigneur :

48. Et après qu’il eut ôté de la ville toutes les impuretés, il y établit des hommes pour y observer la loi ; il la fortifia, et il y fit sa demeure.

49. Or ceux qui étaient dans la forteresse de Jérusalem, ne pouvant ni en sortir, ni entrer dans le pays, ni rien acheter, ni rien vendre, parce qu’on les en empêchait, sévirent réduits à une grande famine, et plusieurs d’entre eux moururent de faim :

50. Ils crièrent donc vers Simon pour lui demander composition ; et il la leur accorda ; il les chassa de la forteresse, et la purifia de toutes souillures.

51. Simon et ses gens y entrèrent ensuite le vingt-troisième du second mois, l’année cent soixante et onzième, ayant à la main des branches de palmes, et louant Dieu avec des harpes, des cymbales et des lyres, et chantant des hymnes et des cantiques, parce qu’un grand ennemi avait été exterminé d’Israël.

52. Et il ordonna que ces jours se célébreraient tous les ans avec grande réjouissance.

53. Il fortifia aussi la montagne du temple qui était près de la forteresse, et il y habita avec ses gens.

54. Ensuite Simon voyant que Jean, son fils, était un homme de guerre très-vaillant, le fit général de toutes les troupes ; et Jean demeura à Gaza.



Démétrius est fait prisonnier par le roi de Perse. Les Romains et les Lacédémoniens renouvellent l’alliance avec les Juifs.


1. En la cent soixante-douzième aimée, le roi Démétrius assembla son armée, et s’en alla en Médie, pour s’y fortifier par un nouveau secours, et être en état de combattre contre Tryphon.

2. Et Arsacès, roi des Perses et des Mèdes, ayant appris que Démétrius était entré sur ses états, envoya l’un des généraux de ses armées pour le prendre vif, et le lui amener.

3. Il marcha donc contre Démétrius, défit son armée, le prit, et le mena à Arsacès, qui le fit mettre en prison.

4. Tout le pays de Judée demeura paisible pendant tout le temps de Simon ; il ne chercha qu’à faire du bien a sa nation, et sa puissance et sa gloire furent agréables aux Juifs tant qu’il vécut.

5. Outre toutes les actions glorieuses qu’il fit, il prit Joppé, pour lui servir de port, et il en fit un passage pour aller dans les îles de la mer.

6. Il étendit les limites de sa nation, et se rendit maître de tout le pays.

7. Il fit un grand nombre de prisonniers ; il s’empara de Gazara, de Bethsura, et de la forteresse de Jérusalem ; il en ôta toutes les impuretés, et il n’y avait personne qui lui résistât.

8. Chacun cultivait alors sa terre en paix ; le pays de Juda était couvert de blé, et les arbres de la campagne produisaient leurs fruits.

9. Les vieillards étaient tous assis dans les places publiques, et s’entretenaient de l’abondance des biens de la terre ; les jeunes hommes se paraient de vêtements magnifiques et d’habits de guerre.

10. Il distribuait des vivres dans les villes, et il en faisait des places d’armes ; enfin son nom devint célèbre jusqu’aux extrémités de la terre.

11. Il établit la paix dans tout son pays, et tout Israël fut comblé de joie.

12. Chacun se tenait assis sous sa vigne et sous son figuier ; et nul n’était en état de leur donner de la crainte.

13. Il ne se trouva plus dans le pays aucun ennemi qui osât les attaquer ; et les rois furent abattus dans tout ce temps-là.

14. Il protégea tous les pauvres de son peuple, il fut zélé pour l’observation de la loi, et il extermina tous les injustes et tous les méchants :

15. Il rétablit la gloire du sanctuaire, et il multiplia les vases saints.

16. Or la nouvelle de la mort de Jonathas ayant été portée jusqu’à Rome, et à Lacédémone, ils en furent fort affligés.

17. Mais lorsqu’ils apprirent que Simon, son frère, avait été fait grand-prêtre en sa place, et qu’il était maître de tout le pays et de toutes les villes,

18. Ils lui écrivirent sur des tables d’airain, pour renouveler l’amitié et l’alliance qu’ils avaient faite avec Judas et Jonathas, ses frères.

19. Ces lettres furent lues dans Jérusalem devant tout le peuple. Et voici ce que contenaient celles que les Lacédémoniens envoyèrent :

20. Les Princes et les villes des Lacédémoniens, à Simon, grand-prêtre, aux anciens, aux prêtres, et à tout le peuple des Juifs, leurs frères, salut.

21. Les ambassadeurs que vous avez envoyés vers notre peuple nous ayant informés de la gloire, de l’honneur, et de la joie où vous êtes présentement, nous nous sommes réjouis beaucoup de leur arrivée.

22. Et nous avons écrit en ces termes dans les registres publics ce qu’ils nous avaient dit de votre part : Numénius, fils d’Antiochus, et Antipater, fils de Jason, sont venus nous trouver pour renouveler l’ancienne amitié qui est entre nous.

23. Et le peuple a trouvé bon de recevoir ces ambassadeurs avec grand honneur, et d’écrire leurs paroles dans les registres publics, afin qu’elles servent de monument au peuple de Lacédémone. Et nous avons envoyé une copie de cet écrit à Simon, grand-prêtre.

24. Après cela Simon envoya à Rome Numénius avec un grand bouclier d’or du poids de mille mines, pour renouveler l’alliance avec eux. Ce que le peuple romain ayant appris,

25 Il dit : Comment témoignerons nous notre reconnaissance à Simon et à ses fils ?

26. Car il a rétabli ses frères, et il a exterminé d’Israël ses ennemis ; et ils lui donnèrent le privilège d’une entière liberté ; et cela fut écrit sur des tables d’airain, et mis dans une inscription publique sur la montagne de Sion.

27. Voici ce que contenait cet écrit : Le Dix-huitième jour du mois d’élul, l’an cent soixante-douze, la troisième année sous Simon, grand-prêtre,

28. Cette déclaration fut faite à Asaramel, dans la grande assemblée des prêtres et du peuple, des premiers de la nation et des anciens du pays : Tout le monde sait que le pays de Judée ayant été affligé de beaucoup de guerres,

29. Simon, fils de Mathathias, de la race de Jarib, et ses frères, se sont abandonnés au péril, et ont résisté aux ennemis de leur nation, pour soutenir leur saint temple et leur loi, et ont élevé leur peuple en grande gloire.

30. Jonathas a rassemblé ceux de sa nation, est devenu leur grand-pontife, et a été réuni à son peuple.

31. Et les ennemis des Juifs se sont efforcés ensuite de les fouler aux pieds, de ravager leur pays, et de profaner leur saint temple.

32. Mais Simon leur a résisté alors ; il a combattu pour son peuple ; il a distribué beaucoup d’argent ; il a armé les plus vaillants de sa nation, et les a entretenus à ses dépens.

33. Il a fortifié les villes de Judée, et la ville de Bethsura qui était sur la frontière de Judée, dont les ennemis avaient fait auparavant leur place d’armes ; et il y a mis une garnison de Juifs.

34. Il a fortifié Joppé sur la côte de la mer, et Gazara qui est sur la frontière d’Azot, où les ennemis demeuraient auparavant ; il y a mis des Juifs pour les garder, et les a pourvues de toutes les choses nécessaires pour leur défense.

35. Le peuple a vu la conduite de Simon, et tout ce qu’il faisait pour relever la gloire de sa nation ; et ils l’ont établi leur chef, et prince des prêtres, parce qu’il avait fait toutes ces choses, qu’il avait conservé toujours la justice et une exacte fidélité envers son peuple, et qu’il s’était efforcé par toute sorte de moyens de relever l’honneur de sa nation.

36. Les affaires ont réussi de son temps très-heureusement sous sa conduite, en sorte que les étrangers ont été bannis du pays d’Israël, et qu’il a chassé de la ville de David et de la forteresse de Jérusalem ceux qui y étaient en garnison, qui faisaient des sorties. profanaient tout aux environs du sanctuaire, et faisaient une grande plaie à la pureté et sainteté des lieux :

37. Et il y a établi des Juifs pour la sûreté du pays et de la ville, et a relevé les murs de Jérusalem.

38. Le roi Démétrius l’a confirmé dans la souveraine sacrificature ;

39. Et en même temps il l’a déclaré son ami, et l’a élevé dans une haute gloire.

40. Car il avait su que les Romains avaient appelé les Juifs leurs amis, leurs alliés, et leurs frères, et qu’ils avaient reçu avec grand honneur les ambassadeurs de Simon ;

41. Que les Juifs et les prêtres avaient consenti qu’il fût leur chef, et leur souverain prêtre pour toujours, jusqu’à ce qu’il s’élevât parmi eux un prophète fidèle ;

42. En sorte qu’ayant sur eux l’autorité de chef, il prit le soin des choses saintes, qu’il établit ceux qui devaient avoir l’intendance sur les ouvrages publics, sur la province, sur les armes, et sur les garnisons ;

43. Qu’il veillât à la garde des lieux saints : que tous lui obéissent ; que tous les actes publics fussent écrits en son nom dans le pays, et qu’il fût vêtu de pourpre et d’or ;

44. Qu’il ne fût permis à aucun ni du peuple, ni des prêtres, de violer aucune de ces choses, ni de contredire à ce qu’il aurait ordonné, ni de convoquer aucune assemblée dans la province sans son autorité, ni de se vêtir de pourpre, et de porter une agrafe d’or ;

45. Et que quiconque agirait contre cette ordonnance, ou en violerait quelque chose, serait tenu pour coupable.

46. Tout le peuple agréa donc que Simon fût établi dans cette grande autorité, et qu’on exécutât tout le contenu de cette déclaration.

47. Simon accepta le gouvernement, et il consentit à faire les fonctions de la souveraine sacrificature, et à être chef et prince de la nation des Juifs et des prêtres, et à avoir le commandement sur toutes choses.

48. Il fut ordonné que cette déclaration serait écrite sur des tables d’airain, qu’on la placerait dans les galeries du temple, en un lieu exposé à la vue de tous ;

49. Et qu’on en mettrait une copie dans le trésor, pour servir à Simon et à ses enfants.



Antiochus assiège Tryphon, puis il rompt l’alliance qu’il avait faite avec Simon.


1. Alors le roi Antiochus, fils de Démétrius, écrivit, des îles qui sont sur la côte de la mer, des lettres à Simon, grand-prêtre et prince des Juifs, et à toute la nation ;

2. Et voici ce que contenaient ces lettres : Le Roi Antiochus, à Simon, grand-prêtre, et à la nation des Juifs, salut.

3. Quelques corrupteurs de nos peuples s’étant rendus maîtres du royaume de nos pères, j’ai entrepris d’y rentrer, et de le rétablir comme il était auparavant ; c’est pourquoi j’ai levé une grande armée de gens choisis, et j’ai fait construire des vaisseaux de guerre.

4. Ainsi j’ai dessein d’entrer dans mes états, pour me venger de ceux qui ont ravagé mes provinces, et qui ont désolé plusieurs villes dans mon royaume.

5. Je vous remets donc maintenant tous les tributs que tous les rois mes prédécesseurs vous ont remis, et je vous confirme dans toutes les immunités qu’ils vous ont données.

6. Je vous permets de faire battre monnaie à votre coin dans votre pays.

7. J’ordonne que Jérusalem soit une ville sainte, et libre, et que vous demeuriez maîtres de toutes les armes que vous avez fait faire, et de toutes les places fortes que vous avez rétablies, et que vous occupez.

8. Toutes les dettes du roi, tant pour le passé que pour l’avenir, depuis ce temps et pour toujours vous sont remises.

9. Et lorsque nous serons rentrés dans la possession de notre royaume, nous relèverons de telle sorte votre gloire, et celle de votre peuple et de votre temple, qu’elle éclatera dans toute la terre.

10. En la cent soixante-quatorzième année, Antiochus entra dans le pays de ses pères, et toutes les troupes vinrent aussitôt se donner à lui, de sorte qu’il n’en demeura que très-peu avec Tryphon.

11. Le roi Antiochus le poursuivit, et il vint à Dora en s’enfuyant le long de la côte de la mer ;

12. Car il vit bien qu’il allait être accablé de malheurs, l’armée l’ayant abandonné.

13. Antiochus vint se camper au-dessus de Dora avec six-vingt mille hommes de guerre et huit mille chevaux ;

14. Et il investit la ville, et fit avancer les vaisseaux qui étaient sur mer ; et il la pressait par mer et par terre, sans permettre que personne y entrât ou en sortit.

15. Cependant Numénius, et ceux qui avaient été avec lui, en revinrent avec des lettres écrites aux rois et aux divers peuples, qui contenaient ce qui suit :

16. Lucius, consul des Romains, au roi Ptolémée, salut.

17. Les ambassadeurs des Juifs qui sont nos amis sont venus vers nous, ayant été envoyés par Simon, prince des prêtres, et par le peuple des Juifs, pour renouveler l’ancienne alliance et amitié qui est entre nous.

18. Ils ont aussi apporté un bouclier d’or de mille mines.

19. Nous avons donc résolu d’écrire aux rois et aux peuples, qu’ils ne leur fassent aucun mal, qu’ils n’attaquent ni eux, ni leurs villes, ni leur pays ; et qu’ils ne donnent aucun secours à ceux qui leur font la guerre.

20. Or nous avons cru devoir recevoir le bouclier qu’ils ont apporté.

21. Si donc quelques gens corrompus sont sortis de leur pays pour se réfugier vers vous, remettez-les entre les mains de Simon, prince des prêtres, afin qu’il en fasse la punition selon sa loi.

22. Ils écrivirent ces mêmes choses au roi Démétrius, à Attale, à Ariarathès, à Arsacès,

23. Et dans tous les pays qui leur étaient alliés ; à Lampsaque, aux Lacédémoniens, à Délos, à Myndos, à Sicyone, en Carie, en Samos, en Pamphylie, en Lycie, à Halicarnasse, à Cos, à Siden, à Aradon, à Rhodes, à Phaselides, à Gortyne, à Gnide, à Chypre, et à Cyrène.

24. Les Romains envoyèrent une copie de ces lettres à Simon, prince des prêtres, et au peuple des Juifs.

25. Or Antiochus mit une seconde fois le siège devant Dora, et la serra toujours de plus près, ayant fait diverses machines ; et il y renferma tellement Tryphon, qu’il n’en pouvait plus sortir.

26. Alors Simon lui envoya un secours de deux mille hommes choisis, avec de l’argent et de l’or et beaucoup de vases précieux ;

27. Mais il ne voulut point les recevoir, et il ne garda aucun des articles du traité qu’il avait fait avec lui auparavant, et s’éloigna tout à fait de lui.

28. Antiochus envoya ensuite Athénobius, l’un de ses confidents, pour traiter avec Simon, et lui dire de sa part : Vous avez entre vos mains Joppé, Gazara, et la forteresse de Jérusalem, qui sont des villes de mon royaume.

29. Vous en avez désolé tous les environs, vous avez fait un grand ravage dans le pays, et vous vous êtes rendus maîtres de beaucoup de lieux qui étaient de ma dépendance.

30. Ou rendez donc maintenant les villes que vous avez prises, et les tributs des différents lieux où vous avez dominé hors les frontières de la Judée :

31. Ou payez pour les villes que vous retenez cinq cents talents d’argent, et pour les dégâts que vous avez faits, et les tributs des villes, cinq cents autres talents d’argent, autrement nous viendrons à vous, et vous traiterons comme ennemis.

32. Athénobius, favori du roi, vint donc à Jérusalem ; il vit la gloire de Simon, l’or et l’argent qui brillaient chez lui de toutes parts, et la magnificence de sa maison, et il en fut fort surpris : il lui rapporta ensuite les paroles du roi.

33. Et Simon lui répondit en ces termes : Nous n’avons point usurpé le pays d’un autre, et nous ne retenons point le bien d’autrui ; mais nous avons seulement repris l’héritage de nos pères, qui avait été possédé injustement par nos ennemis pendant quelque temps.

34. Ainsi le temps nous ayant été favorable, nous nous sommes remis en possession de l’héritage de nos pères.

35. Pour ce qui est des plaintes que vous faites, touchant Joppé et Gazara, c’étaient elles-mêmes qui causaient beaucoup de maux parmi le peuple et dans tout notre pays ; cependant nous sommes prêts à donner cent talents. Athénobius ne lui répondit pas un mot.

36. Mais il retourna tout en colère vers le roi : il lui rapporta cette réponse de Simon, la magnificence où il était, et tout ce qu’il avait vu ; et le roi en fut extraordinairement irrité.

37. Cependant Tryphon s’enfuit par le moyen d’un vaisseau à Orthosiade.

38. Et le roi Antiochus donna à Cendébée le commandement de toute la côte de la mer, avec une armée composée d’infanterie et de cavalerie.

39. Il lui ordonna de marcher contre la Judée, de bâtir Gédor, de boucher les portes de la ville, et de réduire le peuple par la force de ses armes. Cependant le roi alla poursuivre Tryphon.

40. Cendébée étant arrivé à Jamnia, commença à vexer le peuple, à ravager la Judée, à faire un grand nombre de prisonniers, à eu tuer d’autres, et à fortifier Gédor.

41. Il y mit de la cavalerie, et des gens de pied, pour faire des courses dans le pays de la Judée, selon que le roi le lui avait commandé.



Cendébée est chassé par les fils de Simon. Ptolémée tue Simon et ses fils, excepté Jean.


1. Jean étant venu de Gazara, avertit Simon, son père, de tout ce que Cendébée avait fait contre leur peuple.

2. Et Simon ayant fait venir ses deux fils aînés, Judas et Jean, il leur dit : Nous avons battu et humilié, mes frères et moi, et toute la maison de mon père, les ennemis d’Israël, depuis notre jeunesse jusqu’à ce jour ; et les affaires ayant réussi sous notre conduite, nous avons délivré Israël diverses fois.

3. Me voilà maintenant devenu vieux, mais prenez ma place, tenez-moi lieu de frères, et allez combattre pour notre peuple ; je prie Dieu qu’il vous envoie son secours du ciel.

4. Après cela il choisit de tout le pays vingt mille hommes de pied et de cavalerie ; et ils marchèrent contre Cendébée, et reposèrent à Modin.

5. Et s’étant levés dès la pointe du jour, ils se rendirent dans la plaine ; et il parut tout d’un coup une grande armée de gens de pied et de cheval qui marchait contre eux, et un torrent séparait les deux armées.

6. Jean fit avancer ses troupes vers eux et voyant que ses gens craignaient de passer le torrent, il le passa le premier ; ce que ses troupes ayant vu, elles le passèrent après lui.

7. Il divisa son infanterie en deux corps, et mit au milieu sa cavalerie ; quant aux ennemis, ils avaient un très-grand nombre de gens de cheval.

8. Dans le moment que l’on eut fait retentir les sacrées trompettes, Cendébée prit la fuite avec toutes ses troupes : plusieurs furent blessés et tués, et le reste s’enfuit dans la forteresse.

9. Judas, frère de Jean, fut blessé en cette occasion ; et Jean poursuivit les ennemis, jusqu’à ce qu’il arrivât à Cédron qu’il avait bâtie.

10. Ils s’enfuirent jusqu’aux tours qui étaient dans la campagne d’Azot, et Jean fit brûler ces tours ; et il y eut deux mille des ennemis qui furent tués ; ensuite Jean retourna en paix en Judée.

11. Or Ptolémée, fils d’Abobus, avait été établi gouverneur de la plaine de Jéricho, et il avait beaucoup d’or et d’argent ;

12. Car il était gendre du grand-prêtre.

13. Et son cœur s’éleva d’orgueil ; il voulait se rendre maître de tout le pays, et il cherchait quelque moyen de se défaire en trahison de Simon et de ses fils.

14. Simon faisait alors la visite des villes qui étaient dans le pays de la Judée, et avait un fort grand soin d’y régler toutes choses. Étant arrivé à Jéricho, lui et ses deux fils Mathathias et Judas, l’an cent soixante-dix-sept, et l’onzième mois appelé sabath,

15. Le fils d’Abobus les reçut avec un mauvais dessein, dans un petit fort qu’il avait fait bâtir, appelé Doch, et il leur fit un grand festin, ayant caché auparavant plusieurs hommes en ce lieu.

16. Après donc que Simon et ses fils eurent fait grande chère, Ptolémée se leva avec ses gens, et ayant pris leurs armes, ils entrèrent dans la salle du festin, et tuèrent Simon, ses deux fils et quelques uns de ses serviteurs.

17. Il commit ainsi dans Israël une grande perfidie, et rendit le mal pour le bien.

18. Ptolémée écrivit ceci au roi, et lui manda de lui envoyer une armée pour le secourir, promettant de lui livrer le pays avec toutes les villes, et de lui payer le tribut.

19. Il envoya en même temps d’autres gens à Gazara pour tuer Jean ; et il écrivit aux officiers de l’armée de venir se joindre à lui, et de recevoir de l’argent et de l’or, et plusieurs présents qu’il voulait leur faire.

20. Il en envoya encore d’autres pour se rendre maîtres de Jérusalem et pour se saisir de la montagne où était le temple.

21. Mais un homme les ayant prévenus arriva à Gazara, et avertit Jean que son père et ses frères avaient été tués par Ptolémée, et qu’il avait envoyé des gens pour le tuer.

22. Cette nouvelle l’effraya extrêmement ; il fit ensuite arrêter ceux qui venaient pour le perdre, et les fit mourir ; car il reconnut qu’ils avaient dessein de le tuer.

23. Le reste de la vie de Jean, ses guerres, les grandes actions qu’il fit avec un courage extraordinaire, le soin qu’il eut de rebâtir les murailles de Jérusalem, et enfin tout ce qu’il fit pendant son gouvernement,

24. Est écrit au livre des annales de son sacerdoce, depuis qu’il fut établi prince des prêtres en la place de son père.


◄   Judith sommaire II Machabées   ►