Clotilde

La bibliothèque libre.
 
Aller à : navigation, rechercher
Paris : Éditions de la Nouvelle Revue française, troisième édition, 1920 (p. 53).
CORTÈGE  ►
CLOTILDE
CLOTILDE


L’anémone et l’ancolie
Ont poussé dans le jardin
Où dort la mélancolie
Entre l’amour et le dédain

Il y vient aussi nos ombres
Que la nuit dissipera
Le soleil qui les rend sombres
Avec elles disparaîtra

Les déités des eaux vives
Laissent couler leurs cheveux
Passe il faut que tu poursuives
Cette belle ombre que tu veux