Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Appui

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Application <
Index alphabétique - A
> Arbalétrier
Index par tome
APPUI, s. m. C’est la tablette supérieure de l’allége des fenêtres (voy. Allège); on désigne aussi par barres d’appui les pièces de bois ou de fer que l’on scelle dans les jambages des fenêtres, et qui permettent de s’accouder pour regarder à l’extérieur, lorsque ces fenêtres sont ouvertes jusqu’au niveau du sol des planchers.
Coupe.appui.medieval.png
Appui.tour.Carcassonne.png
Les barres d’appui ne sont guère en usage avant le XVIe siècle, ou si elles existent, elles ne sont composées que d’une simple traverse sans ornements. Par extension, on donne généralement le nom d’appui à l’assise de pierre posée sous la fenêtre dans les édifices religieux, militaires ou civils, quand même ces fenêtres sont très-élevées au-dessus du sol.
Appui.fenetre.roman.png
Appui.fenetre.roman.2.png
L’appui, dans les édifices élevés du XIIIe au XVIe siècle, est toujours disposé de façon à empêcher la pluie qui frappe contre les vitraux de couler le long des parements intérieurs. Il est ordinairement muni à l’extérieur d’une pente fortement inclinée, d’un larmier et d’une feuillure intérieure qui arrête les eaux pénétrant à travers les interstices des vitraux et les force de s’épancher en dehors (1). Quelquefois l’appui porte un petit caniveau à l’intérieur, avec un ou deux orifices destinés à rejeter en dehors les eaux de pluie ou la buée qui se forme contre les vitres. Cette disposition, qui fait ressortir le soin que l’on apportait alors dans les moindres détails de la construction, se trouve particulièrement appliquée aux appuis des fenêtres des habitations.
Appui.fenetre.Semur.en.Auxois.png
On remarque dans la plupart des fenêtres des tours de la Cité de Carcassonne, qui datent de la fin du XIIIe siècle, des appuis ainsi taillés (2). Dans les édifices de l’époque romane du XIe au XIIe siècle ces précautions ne sont pas employées ; les appuis des fenêtres ne sont alors qu’une simple tablette horizontale (3), comme dans les bas côtés de la nef de l’église de Vézelay par exemple, ou taillée en biseau des deux côtés, extérieurement pour faciliter l’écoulement des eaux, intérieurement pour laisser pénétrer la lumière (4) (voy. Fenêtre). Dans les églises élevées pendant la première moitié du XIIIe siècle, les appuis forment souvent comme une sorte de cloison mince sous les meneaux des fenêtres supérieures, dans la hauteur du comble placé derrière le triforium sur les bas côtés ; telles sont disposées la plupart des fenêtres hautes des édifices bourguignons bâtis de 1200 à 1250, et notamment celles de l’église de Semur en Auxois (5), dont nous donnons ici un dessin. Ces appuis, contre lesquels est adossé le comble des bas côtés doubles du chœur, n’ont pas plus de 0m,15 d’épaisseur. Ces sortes d’appuis sont fréquents aussi en Normandie, et la nef de l’église d’Eu nous en donne un bel exemple.

Dans l’architecture civile des XIIe et XIIIe siècles les appuis des fenêtres forment presque toujours un bandeau continu, ainsi qu’on peut le voir dans un grand nombre de maisons de Cordes, de Saint-Antonin (Tarn-et-Garonne), sur les façades de la maison romane de Saint-Gilles (6), de la maison des Musiciens à Reims, des charmantes maisons de la ville de Cluny. Plus tard, au XIVe siècle, les appuis font une saillie portant larmier au droit de chaque fenêtre (7), et sont interrompus parfois sous les trumeaux.

Appui.fenetre.Saint.Gilles.png
Appui.fenetre.XIVe.siecle.png
Appui.fenetre.hotel.de.ville.compiegne.png
Dans les édifices civils et habitations du XVe siècle, ils ne portent plus de larmiers et forment une avance horizontale profilée à ses extrémités, de manière à offrir un accoudoir plus facile aux personnes qui se mettent à la fenêtre ; nous en donnons ici un exemple tiré de l’hôtel de ville de Compiègne (8), Cette disposition ne se perd que vers la fin du XVIe siècle, lorsque les appuis en pierre sont remplacés, dans l’architecture civile, par des barres d’appui en fer façonné.
Appui.fenetre.rue.Malpalu.Rouen.png
Appui.fenetre.rue.Grosse.Horloge.Rouen.png
Les fenêtres des maisons de bois qui existent encore des XVe et XVIe siècles sont munies d’appuis qui se relient aux poteaux montants, et donnent de la force et de la résistance au pan-de-bois par une suite de petites croix de Saint-André qui maintiennent le dévers. Les pans-de-bois de face des maisons du XVIe siècle ne sont, la plupart du temps, que des claires-voies formées de poteaux dont l’aplomb n’est conservé qu’au moyen de la combinaison de la charpente des appuis. Voici un exemple d’appuis tiré d’une maison bâtie pendant le XVe siècle à Rouen, rue Malpalu (9). Au commencement du XVIe siècle, ce système de croix de Saint-André appliqué aux appuis est généralement abandonné ; les appuis ne sont portés au-dessus des sablières que par des petits potelets verticaux souvent enrichis de sculptures, entre lesquels sont disposés des panneaux plus ou moins ornés ; en voici un exemple (10) provenant d’une autre maison de Rouen, rue de la Grosse-Horloge (voy. Maison). On donne aussi le nom d’appui à la tablette qui couronne les balustrades pleines ou à jour (voy. Balustrade).