Discours de la méthode (éd. Cousin)

La bibliothèque libre.
 
Aller à : navigation, rechercher

Pour les autres éditions de ce texte, voir Discours de la méthode.

DISCOURS DE LA MÉTHODE (1637)
Œuvres de Descartes, Texte établi par Victor Cousin, Levrault, 1824, tome I (pp. 120-121).
DISCOURS DE LA MÉTHODE


Ce discours, écrit en français par Descartes, parut, pour première fois, avec la Dioptrique, les Météores et la Géométrie, à Leyde, 1637, in-4°. Il a été réimprimé à Paris in-12, 1724, avec la Dioptrique, les Météores, la Mécanique, et la Musique, et sans la Géométrie. Une traduction en fut publiée à Amsterdam en 1644, in-4°, et ibid., in-4°, 1656.


Si ce discours semble trop long pour être lu en une fois, on le pourra distinguer en six parties. Et, en la première, on trouvera diverses considérations touchant les sciences. En la seconde, les principales règles de la méthode que l’auteur a cherchée. En la troisième, quelques unes de celles de la morale qu’il a tirée de cette méthode. En la quatrième, les raisons par lesquelles il prouve l’existence de Dieu et de l’âme humaine, qui sont les fondements de sa métaphysique. En la cinquième, l’ordre des questions de physique qu’il a cherchées, et particulièrement l’explication du mouvement du cœur et de quelques autres difficultés qui appartiennent à la médecine ; puis aussi la différence qui est entre notre âme et celle des bêtes. Et en la dernière, quelles choses il croit être requises pour aller plus avant en la recherche de la nature qu’il n’a été, et quelles raisons l’ont fait écrire.


DISCOURS DE LA MÉTHODE 
 119