Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Discours touchant la méthode de la certitude et de l’art d’inventer pour finir les disputes et pour faire en peu de temps de grands progrès
(entre août 1688 et octobre 1690)





X.
Discours touchant
LA MÉTHODE DE LA CERTITUDE ET L’ART D’INVENTER
pour finir les disputes et pour faire en peu de temps de grands progrés.


Ce petit discours traite une des plus grandes matieres, où la felicité des hommes est extremement interessée, car on peut dire hardiment que [1] les connoissances solides et utiles sont le plus grand tresor du genre humain et le veritable heritage que nos ancetres nous ont laissé, que nous devons faire profiter et augmenter, non seulement pour le transmettre à nos successeurs en meilleur estat que nous ne l’avons receu, mais bien plus pour en jouir nous mêmes autant qu’il est possible pour la perfection de l’esprit, pour la santé du corps et pour les commodités de la vie.

Il faut avouer, en reconnoissant la bonté divine à nostre egard, qu’autant que l’on peut juger par l’histoire, jamais siecle a esté plus propre à ce grand ouvrage que le nostre, qui semble faire la recolte pour tous les autres. L’imprimerie nous a donné moyen d’avoir aisement les meditations et les observations les plus choisies des plus grands hommes tant de l’antiquité que de nos temps. La boussole nous a ouvert tous les recoins de la surface de la terre. Les lunettes à longue vue nous apprennent jusqu’aux secrets des cieux et donnent à connoistre le systeme merveilleux de l’univers visible. Les microscopes nous font voir dans le moindre atome un monde nouveau de creatures innumerables, qui servent sur tout à connoistre la structure des corps dont nous avons besoin. La Chymie, armée de tous les élémens, travaille avec un succès surprenant à tourner les corps naturels en mille formes, que la nature ne leur auroit jamais données ou bien tard. De sorte qu’il semble maintenant qu’il ne tient qu’à nous de finir avec assurance et par demonstration quantité de disputes, qui embarrassoient nos devanciers, de prevenir et de surmonter plusieurs maux qui nous menacent, et sur tout d’établir dans les ames la pieté et la charité, tant par l’education que par des raisons incontestables et de conserver et rétablir la santé des corps bien plus qu’on ne pouvoit faire autrefois, puisque nous avons asseurement des remedes, qui effacent tous ceux des anciens, et que la connoissance qu’ils avoient du corps humain, ne sçauroit entrer en comparaison avec la nostre.

Quant aux Mathematiques nous connoissons l’Analyse des Anciens, et nous en sçavons plus qu’eux et on va bien au delà. Les adresses secretes d’Archimede que les Geometres anciens mêmes ne connoissoient point (tant il les avoit cachées) sont toutes decouvertes.

Pour ce qui est des belles lettres, l’histoire sacrée et profane est si éclaircie, que nous sommes souvent capables de decouvrir les fautes des auteurs, qui écrivoient des choses de leur temps. On ne sçauroit considerer sans admiration cet amas prodigieux des restes de l’antiquité, ces suites des Medailles, cette quantité des Inscriptions, ce grand nombre de Manuscrits, tant Europeens qu’Orientaux, outre les lumieres qu’on a pû avoir des vieux papiers, chroniques, fondations et titres, qu’on a tirées de la poussiere, qui nous font connoistre mille particularités importantes sur les origines et changemens des familles illustres, peuples, estats, loix, langues et coustumes ; ce qui sert non seulement pour la satisfaction des curieux, mais bien plus pour la conservation et redressement de l’histoire, dont les exemples sont des leçons vives et des instructions agreables, mais surtout pour établir cette importante Critique, necessaire à discerner le supposé du veritable et la fable de l’histoire, et dont le secours est admirable pour les preuves de la religion.

Je ne diray rien de l’eloquence, de la poësie, de la peinture et des autres arts d’embellissement, ny de la science militaire et de toutes celles, qui apprennent aux hommes de faire du mal, qui avancent avec tant de succès, qu’il seroit à souhaiter que les sciences du reel et du salutaire pussent suivre celle du fard et du nuisible. J’adjouteray seulement que la decouverte de la poudre à canon me paroist estre plutost un present de la bonté du ciel, dont notre siècle lui doit encore des remerciements, qu’une marque de sa colère ; car c’est apparemment cette poudre à canon, qui a le plus contribué à arrêter le torrent des Ottomans, qui allaient inonder notre Europe et encore présentement c’est par là qu’il y a de l’apparence qu’on se pourra quelque jour délivrer entièrement de leur voisinage, ou peut être qu’on pourra retirer une partie de leurs peuples des ténèbres et de la barbarie, pour les faire jouir avec nous des douceurs d’une vie honnête et de la connaissance du souverain bien, en rendant à la Grèce, mère des sciences, et à l’Asie, mère de la religion, ces biens dont nous leur sommes redevables.

Enfin je compte pour l’un des plus grands avantages de notre siècle, qu’il y a un Monarque, qui par un concert rare et surprenant de mérite et de fortune, après avoir triomphé de tous côtés et rétabli le repos et l’abondance dans son royaume, s’est mis dans un état non seulement à ne rien craindre, mais encore à pouvoir exécuter chez lui tout ce qu’il voudra pour le bonheur des peuples, ce qui est un don du ciel bien rare et bien précieux. Car on voit qu’ordinairement les grands Princes et surtout les conquérants ont été dans des états d’agitation continuelle et peu en état de songer aux biens de la paix, et souvent quelqu’autre puissance les tenoit en échec. Pour ce qui est des princes médiocres, ils ne sont presque jamais à eux-mêmes et suivent malgré eux les mouvements des plus grands. J’en ai connu moi-même assez particulièrement, dont le mérite étoit assurémént fort extraordinaire, qui roulaient dans l’esprit des grands et beaux desseins pour le soulagement de leurs peuples, et même pour l’avancement des belles connaissances, mais ils ne pouvaient aller au delà des projets et des souhaits, quelque bonne volonté et quelque intelligence qu’ils eussent, parce que les troubles qu’ils voyaient naître à l’entour d’eux les obligeaient de ramasser tout leur esprit et toutes leurs forces pour s’en garantir, et encore ne le pouvaient-ils faire qu’avec peine. Mais ce grand Monarque qu’on reconnaît aisément à ce peu que je viens d’en dire, étant arbitre de son sort et de celui de ses voisins, et ayant déjà exécuté des choses qu’on tenoit impossibles et qu’on a de la peine à croire après le coup, que ne ferait-il point faire dans un siècle si éclairé, dans un royaume si plein d’esprits excellents, avec toute cette grande disposition qu’il y a présentement dans le monde pour les découvertes, que ne ferait-il point, dis-je, si quelque jour il prenoit la résolution de faire quelque puissant effort pour les sciences, je suis assuré que la seule volonté d’un tel Monarque feroit plus d’effet que toutes nos Méthodes et tout notre savoir pour abréger le temps, et pour nous faire obtenir en peu d’années ce qui ne seroit autrement qu’un fruit de plusieurs siècles. Ce qu’Alexandre fit faire par Aristote, n’entreroit point en comparaison et déjà les Mémoires de l’Académie et les productions de l’observatoire le passent infiniment. Mais ce seroit bien autre chose, si ce grand Prince faisoit faire pour les découvertes utiles tout ce qui se peut , et tout ce qui est dans le pouvoir des hommes, c’est à dire dans le sien, qui renferme comme en raccourci presque toute la puissance humaine à cet égard, d’autant qu’il n’y a guère d’exemples d’une seule personne qui puisse faire plus que lui. Sa bonne volonté ne cède point à son pouvoir, et le seul motif de la charité sans appeler la gloire à son secours lui suffisoit à s’abaisser jusqu’aux détails de quelque remède particulier, mais éprouvés par le soulagement des hommes, ce que le monde n’a appris que bien tard, et cependant je le tiens aussi glorieux que des conquêtes. J’oserai dire qu’il est en état de faire plus de découvertes que tous les Mathématiciens et plus de cures que tous les médecins feraient sans lui, parce qu’il peut donner des ordres et faire des règlements à mettre les sciences dans un train d’avancer en peu de temps d’une manière surprenante, qui rendroit son règne et son siècle aussi remarquable de ce côté, que de tous les autres, dont il auroit aussi principalement toute la gloire et dont la postérité lui demeureroit redevable à jamais. Outre que les autres grandes choses qu’il fait, de quelque éclat et de quelque étendue qu’elles soient, n’appartiennent point à tous les hommes, les seules découvertes utiles qui servent à démontrer des vérités importantes pour la piété et la tranquillité de l’esprit, à diminuer nos maux et à augmenter la puissance des hommes sur la nature, sont de toutes les nations et de tous les ages. Il ne reste donc que d’informer ce grand Prince de tout ce qu’il peut ; ce soin appartient aux illustres qui l’approchent de plus près, mais comme ils sont tous chargés de grandes occupations, il est du devoir des autres de leur fournir des mémoires, et si ce petit papier pouvoit y servir parmi d’autres, il auroit été assez bien employé.

Cependant il me semble, que nous ne profitons pas encore assez des graces du ciel ni des lumières et dispositions avantageuses de notre siècle, et du penchant que les plus grands Princes témoignent à proteger et faire fleurir les sciences. Je suis obligé quelques fois de comparer nos connaissances à une grande boutique ou à un magasin ou comptoir sans ordre et sans inventaire ; car nous ne savons pas nous mêmes ce que nous possédons déjà et ne pouvons pas nous en servir au besoin. Il y a une infinité de belles pensées et observations utiles, qui se trouvent dans les auteurs, mais il y en a encore bien plus qui se trouvent dispersées parmi les hommes dans la pratique de chaque profession. Et si le plus exquis et le plus essentiel de tout cela se voyoit recueilli et rangé par ordre, avec plusieurs indices propres à trouver et à employer chaque chose là où elle peut servir, nous admirerions peut-être nous-mêmes nos richesses, et plaindrions notre aveuglement d’en avoir si peu profité. Et comme ceux qui ont déjà sont bien plus capables de gagner que les autres, au lieu que ceux qui ont peu, bien loin de gagner à proportion, perdent plutôt quelques fois ce peu qu’ils ont, qui ne leur suffit pas à faire aucune entreprise, et les oblige à se consumer à petit feu, de même tandis que nous sommes pauvres au mileu de l’abondance et ne jouissons pas de nos avantages, et même ne les connaissons point, bien loin d’avancer nous reculons et par un désespoir de faire quelque bon effet, nous négligeons tout et nous laissons dépérir inutilement ce qui est déjà entre nos mains. Aussi voit-on que plus de personnes travaillent par coutume, par manière d’acquis, par un intérêt mercenaire, par divertissement et par vanité, que dans l’espérance et dans le dessein d’avancer les sciences.

Afin donc de parler distinctement de ce qu’il y a à faire, on peut partager les vérités utiles en deux sortes, savoir en celles qui sont déjà connues des hommes de notre temps, et au moins de notre Europe, et à celles qui restent encore à connaître. Les premières sont écrites ou non écrites. Celles qui sont écrites dans les livres imprimés ou Manuscrits anciens ou modernes, occidentaux ou orientaux, se trouvent dans leur place ou hors de leur place. Ceux qui se trouvent dans leur place ou à peu près sont ceux que les auteurs des systèmes ou traités particuliers ont marqués là où la matière le demandait. Mais ce qui se dit en passant, ou bien tout ce qui est mis dans un lieu où on auroit de la peine à le trouver, est hors de sa place. Pour obvier à ce désordre, il faudroit des Renvois et des Arrangements. Quant aux renvois, il faudroit faire faire des catalogues accomplis de ce qui se trouve de livres dignes de remarque, en ajoutant quelques fois le lieu où ils se trouvent, particulierement s’ils sont Manuscrits et fort rares, item leur grandeur et rareté mais bien plus leur qualité, leur contenu et leur usage, au moins à l’égard des meilleurs, en suivant le beau dessein que Photius qui tenoit le Patriarchat de Constantinople entreprit le premier, et que les Journaux des Modernes imitent en quelque façon. Mais il faudroit s’attacher bien plus aux choses, que Photius qui s’amuse trop de raisonner de leur style. Il faudroit aussi des Répertoires universels tant Alphabétiques que systématiques, pour y indiquer sur chaque matière les endroits des auteurs dont on peut profiter le plus. Cela se pratique déjà assez en matière de droit, mais c’est justement là où il est moins nécessaire, puique la raison et les lois suffiraient quand il n’y auroit point d’autre auteur, et quand nous serions les premiers à y écrire ; mais dans la Médecine on ne sauroit avoir trop de livres de pratique ni trop en profiter, tout y roule sur les observations, et comme un seul ne peut observer que peu, c’est là où l’on a le plus besoin de l’expérience et des lumières d’autrui, et même de plusieurs témoins d’une observation importante, puisqu’une grande partie de cette doctrine est encore empirique. Cependant c’est là où on manque le plus de répertoires, au lieu que les Jurisconsultes en fourmillent. C’est aussi dans la Médecine qu’il seroit fort nécessaire de faire et tirer des auteurs des Règles ou Aphorismes en aussi grand nombre qu’il seroit possible, quand même ces règles ne seraient encore certaines ni assez universelles et quand elles ne seraient formées que sur des conjectures pourvu qu’on avoue de bonne foi quel degré de certitude ou d’apparence on leur doit attribuer et sur quoi on les a appuyées ; puis avec le temps on y joindroit les exceptions et on verroit bientôt si la règle n’a peut-être plus d’exceptions que d’exemples, ou bien si elle peut être de quelque usage. Cependant les médecins ne le font pas assez, et quelques Ictes de la première race (depuis Irnerius jusqu’à Jason) le font trop, car ils nous accablent par le grand de règles ou brocardiques qu’ils ramassent outre toute mesure, avec leurs exceptions ou fallences, jointes aux ampliations, limitations,restrictions, distinctions, pour ne rien dire des réplications répliquées. Ces sortes de renversements et périergies sont fort ordinaires aux hommes, ils ont la coutume de faire trop ou trop peu, et de ne pas employer les bonnes méthodes là où elles pourraient le plus servir.

Or les répertoires sont de deux sortes, les uns ne marquent que les termes simples en disant qu’un tel a traité une telle matière, les autres descendant dans le détail, marquent ceux qui ont traité quelque question ou avancé, remarqué et soutenu ou bien réfuté quelque opinion, thèse ou observation considérable, et ce sont là les meilleurs. Je crois que le premier genre de Répertoires pourroit être Alphabétique, mais le second sera plutôt systématique, en fournissant la matière prochaine de l’aarangement d’un Système accompli, qui outre les assertions en contiendra encore les raisons ou preuves. On sera le plus embarassé sur l’ordre des systèmes, où il y a ordinairement autant de sentiments que de têtes, mais il y en aura un provisionnel, qui suffira quand il ne seroit pas dans la dernière perfection, et le système lui-même aura beaucoup de renvois d’un endroit à l’autre, la plupart des choses pouvant être regardées de plusieurs faces et de plus l’index servira de supplément. L’ordre scientifique parfoit est celui, où les propositions sont rangées suivant les démonstrations les plus simples, et de la manière qu’elles naissent les unes des autres, mais cet ordre n’est pas connu d’abord, et il se découvre de plus en plus à mesure que la science se perfectionne. On peut même dire que les sciences s’abrègent en s’augmentant, qui est un paradoxe très véritable, car plus ondécouvre des vérités et plus on est en état d’y remarquer une suite réglée et de se faire des propositions toujours plus universelles dont les autres ne sont que des exemples ou corollaires, de sorte qu’il se pourra faire qu’un grand volume de ceux qui nous ont précédé se réduira avec le temps à deux ou trois thèses générales. Aussi plus une science est perfectionnée et moins a-t-elle besoin de gros volumes, car selon que ses Eléments sont suffisamment établis, on y peut tout trouver par le secours de la science générale ou de l’art d’inventer. Cependant lors même qu’on peut arriver à ces Eléments accomplis, les systèmes les plus étendus ne sont pas à négliger, car en nous donnant un catalogue des meilleurs théorèmes déjà trouvés, non seulement ils nous épargnent la peine de les chercher au besoin et nous fournissent le même usage que les Tables de nombres déjà calculés, mais ils donnent encore occasion des nouvelles pensées et applications. Outre que la belle harmonie des vérités que l’on envisage tout d’un coup, dans un système réglé, satisfoit l’esprit bien plus que la plus agréble Musique et sert surtout à admirer l’auteur de tous les êtres, qui est la fontaine de la vérité, en quoi consiste le principal usage des sciences. Pour ce qui est des connaissances non-écrites qui se trouvent dispersées parmi les hommes de différents professions, je suis persuadé qu’ils passent de beaucoup tant à l’égard de la multitude que de l’importance, tout ce qui se trouve marqué dans les livres, et que la meilleure partie de notre trésor n’est pas encore enregistrée. Il y en a même toujours qui sont particulières à certaines personnes et se perdent avec elles. Il n’y a point d’art mécanique si petit et si méprisable, qui ne puisse fournir quelques observations ou considérations remarquables, et toutes les professions ou vocations ont certaines adresses ingénieuses dont il n’est pas aisé de s’aviser et qui néanmoins peuvent servir à des conséquences bien plus relevées. On peut ajouter que la matière importante des manufactures et du commerce ne sauroit être bien réglée que par une exacte description de ce qui appartient à toutes sortes d’arts, et que les affaires de milice et finances et de marine dépendent dépendent beaucoup des mathématiques et de la physique particulière. Et c’est là le principal défaut de beaucoup de savants qu’ils ne s’amusent qu’à des discours vagues et rebattus, pendant qu’il y a un si beau champ à exercer leur esprit dans des objets solides et réels à l’avantage du public. Les chasseurs, les pêcheurs, les mariniers, les marchands, les voyageurs et même les jeux tant d’adresse que de hasard fournissent de quoi augmenter considérablement les sciences utiles. Il y a jusque dans les exercices des enfants ce qui pourroit arrêter le plus grand Mathématicien ; apparemment nous devons l’aiguille aimantée à leurs amusements, car qui se seroit avisé d’aller regarder, comment elle se tourne, et il est constant que nous leur devons l’arquebuse à vent, qu’ils pratiquaient avec un simple tuyau de plume qu’ils bouchaient par les deux bouts en perçant tantôt avec l’un bout et tantôt avec l’autre la tranche d’une pomme, forçant par après un bouchon de se rapprocher de l’autre et de la chasser à force de l’air pressé entre deux, longtemps avant qu’un habile ouvrier Normand s’avisa de les imiter en grand. Enfin sans négliger aucune observation extraordinaire, il nous faut un véritable théâtre de la vie humaine tiré de la pratique des hommes bien différent de celui que quelques savants hommes nous ont laissé, dans lequel tout grand qu’il est, il n’y a guère que ce qui peut servir à des harangues et à des sermons. Pour concevoir ce qu’il nous faudroit choisir pour ces descriptions réelles et propres à la pratique, on n’a qu’à se figurer de combien de lumières on auroit besoin pour se pouvoir faire à soy même dans une île déserte, ou faire faire par des peuples barbares, si on s’y trouvoit transporté par un coup de vent, tout ce qui nous peut fournir d’utile et de commode l’abondance d’une grande ville toute pleine des meilleurs ouvriers et des plus habiles de toutes sortes de conditions ; ou bien il faut s’imaginer qu’un art fut perdu et qu’il le faudroit retrouver, à quoi souvent toutes nos Bibliothèques ne pourraient suppléer, car bien que je ne disconvienne pas qu’il y a en revanche beaucoup de belles choses dans les livres, que les gens de profession ignorent encore eux-mêmes et dont ils pourraient profiter, il est constant néanmoins que les plus considérables observations et tours d’adresse en toutes sortes de métiers et de professions sont encore non-écrits. Ce qu’on trouve par expérience lorsqu’en passant de la théorie à la pratique on veut exécuter quelque chose. Ce n’est pas que cette pratique ne se puisse écrire aussi, puisqu’elle n’est dans le fond qu’une autre théorie, plus composée et plus particulière que la commune ; mais les ouvriers pour la plupart outre qu’ils ne sont pas d’humeur à enseigner autres que leurs apprentis, ne sont pas des gens à s’expliquer intelligiblement par écrit, et nos auteurs sautent par dessus ces particularités lesquelles bien qu’essentielles ne passent chez eux que pour des minuties, dont ils ne daignent pas de s’informer, outre la peine qu’il y a de les bien décrire.

Mais mon dessein n’est pas à présent d’expliquer en détail tout ce qu’il faudroit pour faire l’Inventaire Général de toutes les connaissances qui se trouvent déjà parmi les hommes. Ce projet, quelqu’important qu’il soit pour notre bonheur, demande trop de concourants, pour qu’on le puisse espérer bientôt sans quelque ordre supérieur : outre qu’il va principalement aux observations et vérités historiques ou faits de l’histoire sacrée, civile ou naturelle, car ce sont les faits qui ont le plus de besoins de collections, autorités et inventaires, et la meilleure Méthode qu’il y a c’est de faire le plus de comparaisons qu’on peut et des indices les plus exacts, les plus particularisés et les plus diversifiés qu’il est possible. Ce n’est pas cette Méthode de bien enregistrer les faits dont je me sois proposé de parler ici principalement, mais plutôt la méthode de diriger la raison pour profiter tant des faits donnés par les sens ou rapport d’autrui que de la lumière naturelle, afin de trouver ou établir des Vérités importantes qui ne sont pas encore assez connues ou assurées, ou au moins qui ne sont pas mises en oeuvre comme il faut pour éclairer la raison. Car les vérités qui ont encore besoin d’être bien établies, sont de deux sortes, les unes ne sont connues que confusément et imparfaitement, et les autres ne sont point connues du tout. Pour les premières, il faut employer la méthode de la certitude ou de l’art de démontrer, les autres ont besoin de l’art d’inventer. Quoique ces deux arts ne diffèrent pas tant qu’on croit comme il paraîtra dans la suite. Or il est manifeste que les hommes se servent en raisonnant de plusieurs maximes qui ne sont pas encore assez sûres, on voit aussi tous les jours qu’ils agitent avec ardeur plusieurs questions philosophiques, qui sont de conséquence dans la religion, dans la morale et dans la science naturelle, sans chercher les vrais moyens de finir la dispute. Mais on voit surtout, que l’art d’inventer est peu connu hors des Mathématiques, car les Topiques ne servent ordinairement que de lieux mémoriaux pour anger passablement nos pensées, ne contenant qu’un catalogue des Termes vagues et des Maximes apparentes communément reçues. J’avoue que leur usage est très grand dans la rhétorique et dans les questions qu’on traite populairement, mais lorsqu’il s’agit de venir à la certitude, et de trouver des vérités cachées dans la théorie et par conséquent des avantages nouveaux pour la pratique, il faut bien d’autres artifices. Et une longue expérience de réflexions sur toutes sortes de matières accompagnée d’un succès considérable dans les inventions et dans les découvertes m’a foit connaître qu’il y a des secrets dans l’Art de penser, comme dans les autres Arts. Et c’est là l’objet de la Science Générale que j’entreprends de traiter.


  1. Leibniz hat die Worte : Ce petit discours.... que eingeklammert, vielleicht damit sie in der Abschrift wegbleiben.