Documents relatifs au projet de déporter dans la Louisiane cinq ou six cents Bohémiens

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Archives du Consulat
Documents relatifs au projet de déporter dans la Louisiane cinq ou six cents Bohémiens[1]



Projet de déporter dans la Louisiane cinq ou six cents bohémiens :

Marine à Justice

Paris, le 23 pluviose an XI[2].

Je réponds, citoyen grand-juge, à vos deux lettres, dont l'une du 5 de ce mois et l'autre sans date de jour.

Vous m'y prévenez des ordres du gouvernement pour la déportation à la Louisiane d'environ 600 bohémiens de tout sexe et de tout âge, qui ont été arrêtés dans le département des Basses-Pyrénées.

C'est à Bayonne que vous avez fixé le point de réunion de ces individus, et c'est là que vous désirez qu'ils soient conduits et gardés à Rochefort, jusqu'à leur départ; comme vous vous réservez de prendre les ordres du premier consul pour les frais de conduite, de subsistance et d'entretien, je juge que je n'ai pas à m'occuper de leur transport à Rochefort, qui, dans cette saison, ne serait pas sans embarras par mer.

Mais quant à leur garde, je vous observerai que la seule maison d'arrêt dont je puisse disposer à Rochefort, est hors d'état de recevoir les nouveaux détenus que vous m'annoncez ; le bagne lui-même est rempli hors de mesure.

Il en est de même dans tous les ports de mer, dont les prisons et dépôts ont peine à contenir les nègres déportés qui arrivent journellement des colonies.

Peut-être le département de la guerre possède-t-il en ce moment plus de moyens que moi pour remplir l'objet que vous vous proposez. Je n'ai, toutefois, aucune certitude à cet égard.

À quelque parti que vous jugiez à propos de vous arrêter, relativement à la translation à Rochefort et à la garde des 600 bohémiens, jusqu'à leur embarquement, je vous prie de m'adresser le plus tôt possible l'état nominatif de ceux-ci, accompagné d'apostilles que vous m'avez annoncées sur chacun d'eux.

Je n'attends que cet envoi pour prendre de mon côté les mesures que comporteront les détails que j'aurai reçu de vous.


Marine à justice

25 ventôse an XI[3].

...Votre seconde lettre (16 de ce mois) relative aux 600 bohémiens destinés à la déportation, m'informe de la demande que vous avez faite au ministre de la guerre, d'un local à Rochefort, propre à recevoir ces détenus. Vous ajoutez qu'aussitôt l'envoi, par le préfet des Basses-Pyrénées, de l'état nominatif et apostillé de ces bohémiens, vous m'en transmettrez ampliation...

Notes[modifier]

  1. publiés p.199-301 de Jean Destrem, « Les déportations du Consulat & de l'Empire », Jeanmaire, 1885.
    Jean Destrem ne le précise pas explicitement, mais il s'agit vraisemblablement de documents trouvés dans les archives du ministère de la marine : voir en particulier p. 294 : « je trouve, dans les dossiers de la marine (...) ».
  2. 12 février 1803
  3. 16 mars 1803