L’Heptaméron

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis L'Heptaméron)
 
Aller à : navigation, rechercher
L’Heptaméron des nouvelles
Texte établi par Antoine Le Roux de Lincy et Anatole de Montaiglon, Auguste Eudes, 1880 (p. TdM).
L’Heptaméron
L’HEPTAMÉRON DES NOUVELLES
DE LA REINE DE NAVARRE.
PREMIÈRE JOURNÉE.
I. Histoire lamentable d’un Procureur d’Alençon, nommé Saint- Aignan, & de sa femme, qui lui fit assassiner son amant, fils du Lieutenant-Général 
 251
II. Vertu d’une Muletière d’Amboise, qui aima mieux être tuée par son valet que lui céder 
 265
III. Vengeance que la Reine de Naples, femme du Roi Alphonse, tire de l’infidélité de son mari avec la femme d’un Gentilhomme 
 273
IV. Déconvenue d’un Gentilhomme flamand qui ne réussit ni à obtenir ni à prendre de force l’amour d’une grande Princesse 
 285
V. Comment une batelière de Coulon, près de Niort, trouva moyen d’échapper aux entreprises de deux Cordeliers 
 299
VI. Comment la femme d’un vieux Valet de chambre du Duc d’Alençon, qui était borgne, réussit à faire échapper son amant 
 307
VII Finesse d’un Marchant de Paris, qui sauve l’honneur de la fille en ayant l’air de s’en prendre à la mère 
 313
VIII. Mésaventure de Bornet, qui, croyant abuser de sa Chambrière & ayant mis de moitié un ami dans sa tromperie, reconnaît trop tard qu’ils ont eu affaire à sa propre femme 
 319
IX. Malheureux sort d’un Gentilhomme du Dauphiné, qui meurt de desespoir de ne pouvoir se marier avec une Damoiselle plus noble & plus riche que lui 
 331
X. Histoire espagnole de Floride, veuve du comte d’Aranda, qui, après avoir résisté à l’amour d’un Gentilhomme nommé Amadour, entre en Religion 
 341
DEUXIÈME JOURNÉE.
Prologue 
 3
XI. Mésaventure de Madame de Roncex dans le couvent des Cordeliers de Thouars 
 5
XI bis. Propos facétieux d’un Cordelier Tourangeau 
 9
XII. Histoire du Duc de Florence Alexandre de Médicis, assassiné par son cousin, Lorenzino de Médicis, pour sauver l’honneur de sa sœur 
 15
XIII. Honnête finesse de la Dame à qui un Capitaine des Galères envoie des lettres & un anneau de diamant, & qui, en les adressant à la femme du Capitaine comme s’ils lui étaient destinés, remet ensemble les époux en bonne amitié 
 29
XIV. Le Seigneur de Bonnivet, après avoir fait réussir l’amour d’un Gentilhomme Italien pour une Dame de Milan, trouve le moyen de se substituer à lui & de le supplanter auprès de la Dame qui l’avait auparavant éconduit 
 49
XV. Ennuis & mauvaise fortune d’une honnête Dame qui, après avoir été longtemps négligée par le Gentilhomme son mari, est ensuite poursuivie par la jalousie de celui-ci 
 60
XVI. Histoire d’une Comtesse Milanaise qui, après avoir longtemps repoussé l’amour d’un Gentilhomme Français, ne récompense sa fidélité qu’après avoir mis sa bravoure à l’épreuve 
 85
XVII. Noble façon dont le Roi François premier montre au Comte Guillaume de Furstemberg qu’il connaît ses projets contre sa vie & le force ainsi à se faire justice & à quitter la France 
 95
XVIII. Un jeune Gentilhomme écolier obtient enfin l’amour d’une Dame après avoir triomphé des deux épreuves qu’elle lui avait imposées 
 103
XIX. Honnêtes amours d’un Gentilhomme Navarrais qui, par désespoir de la défense de sa Dame de lui parler, se fait Religieux de l’Observance, & de la Dame, qui, pour s’appareiller à lui, se fait Religieuse de Sainte-Claire 
 113
XX. Comment le Seigneur de Ryant est guéri de l’amour d’une belle veuve pour l’avoir surprise entre les bras d’un Palefrenier 
 131
TROISIÈME JOURNÉE.
Prologue 
 141
XXI. Touchante histoire de Rolandine qui, ne pouvant se marier à cause de l’avarice de son père, se fiance à un Gentilhomme auquel, malgré son infidélité, elle tient sa parole donnée & ne se marie enfin qu’après sa mort 
 143
XXII. Comment Sœur Marie Heroet échappe vertueusement aux entreprises du Prieur de Saint-Martin-des-Champs. 
 175
XXIII. La confiance imméritée d’un Gentilhomme du Périgord envers des Religieux de l’Ordre de Saint-François est cause de sa mort, de celle de sa femme & de leur petit enfant 
 195
XXIV. De l’amour inutile pour la Reine de Castille d’un Gentilhomme nommé Elisor, qui finit par se faire ermite. 
 209
XXV. Comment un jeune Prince trouva le moyen de couvrir ses amours avec la femme d’un Avocat de Paris. 
 225
XXVI. Comment les conseils d’une sage Dame retirèrent heureusement le jeune Seigneur d’Avannes des périls de son fol amour pour une Dame de Pampelune 
 235
XXVII. Comment, à Amboise, la femme du Valet de chambre d’une Princesse se débarrassa des importunités d’un serviteur de la même Princesse, hôte de son mari 
 259
XXVIII. Comment ung Marchand Gascon, nommé Bernard du Ha, de passage à Paris, trompe un Secrétaire de la Reine de Navarre, qui avait cru lui extorquer un pâté. 
 263
XXIX. Comment un Curé de Carelles, dans le Maine, surpris avec la jeune femme d’un vieux laboureur, se tire d’embarras en ayant l’air de lui rapporter un van 
 269
XXX. Comment un Gentilhomme se trouve, sans le savoir, épouser sa fille & sa sœur 
 275
QUATRIÈME JOURNÉE.
Prologue 
 289
XXXI. Punition de la méchanceté d’un Cordelier qui avait voulu abuser de la femme d’un Gentil homme 
 293
XXXII. Comment un Ambassadeur de Charles VIII, touché de la pénitence d’une Damoiselle d’Allemagne, forcée par son mari de boire dans le crâne de son amant, réconcilia les deux époux 
 303
XXXIII. Hypocrisie d’un Curé, qui, sous le manteau de sainteté, avait abusé de sa propre sœur, découverte & punie par la sagesse du Comte d’Angoulême 
 313
XXXIV. Terreurs imaginaires de deux Cordeliers, croyant qu’un Boucher les voulait assassiner, alors que le pauvre homme ne parlait que de ses cochons 
 321
XXXV. Comment la prudence d’un mari réussit à sauver sa femme des dangers qu’elle courait en croyant ne s’abandonner qu’à un amour spirituel 
 329
XXXVI. Histoire du Président de Grenoble, qui sauve l’honneur de sa maison en empoisonnant sa femme au moyen d’une salade 
 341
XXXVII. Comment Madame de Loué reconquit l’affection de son mari 
 351
XXXVIII. La bonté d’une Bourgeoise de Tours pour une pauvre Métayère, maîtresse de son mari, fait tellement honte à celui-ci de son infidélité qu’elle le fait revenir à elle 
 359
XXXIX. Manière dont le Seigneur de Orignaux délivre une de ses maisons de faux revenants 
 365
XL. Malheureuse histoire de la sœur du Comte de Jossebelin, qui s’enferme dans un ermitage parce que son frère fait tuer son mari 
 369
CINQUIÈME JOURNÉE.
Prologue 
 3
XLI. Juste punition d’un Cordelier pour l’étrançe pénitence qu’il avait voulu faire faire à une jeune Demoiselle. 
 5
XLII. La vertueuse résistance d’une jeune Tourangelle fait que le jeune Prince, qui en était amoureux, change son désir en estime & la marie honnêtement 
 13
XLIII. Comment un petit trait de craie découvrit l’hypocrisie d’une Damoiselle Janbicque, qui couvrait la satisfaction de son plaisir sous les apparences de l’austérité 
 31
XLIIII. Pour avoir dit la vérité, un Cordelier reçoit en aumône, du Seigneur de Sedan, deux pourceaux au lieu d’un 
 41
XLIIII bis. Honnêteté d’un jeune Bourgeois de Paris qui, après avoir subitement joui de son amie, arrive heureusement à l’épouser 
 47
XLV. Adresse d’un Tapissier Tourangeau qui, pour cacher qu’il a donné les innocents à sa Chambrière, s’arrange pour les donner ensuite à sa femme 
 61
XLVI. Méchancetés d’un Cordelier d’Angouléme nommé de Valle, qui ne réussit pas vis-à-vis de la femme du Juge des exempts & auquel la crédulité confiante d’une mère abandonne sottement sa fille 
 69
XLVI. bis. Sermons du Cordelier de Valle, d’abord contre & ensuite pour les maris qui battent leurs femmes 
 75
XLVII. La jalousie imméritée d’un Gentilhomme du Perche contre un Gentilhomme, son ami, amène celui-ci à le tromper 
 81
XLVIII. Méchant tour d’un Cordelier du Périgord, qui, à une noce, pendant que le Marié continuait à danser, alla prendre sa place auprès de sa femme 
 89
XLIX. Histoire d’une Comtesse étrangère qui, ne se contentant pas du roi Charles, y ajouta trois seigneurs : Astillon, Duracier & Bonneval 
 95
L. Triste aventure de Messire Jean Piètre, gentilhomme Crémonais, mort au moment où il devait obtenir l’amour de la dame qu’il aimait 
 107
SIXIÈME JOURNÉE.
Prologue 
 117
LI. Cruauté du duc d’Urbin, qui, malgré sa parole donnée à la Duchesse, fait pendre une pauvre Damoiselle qui avait consenti à remettre des lettres de son fils à la sœur de l’Abbé de Farse, dont il était amoureux 
 119
LII. Plaisant tour joué par le Valet d’un apothicaire d’Alençon au Seigneur de la Tirelière & à l’avocat Antoine Bacheré, qui, croyant déjeuner à ses dépens, trouvent qu’ils lui ont volé tout autre chose qu’un petit pain de sucre fin. 
 127
LIII. Histoire, à la Cour de François Ier, d’une veuve, Madame de Neufchâtel, qui, pour ne pas convenir qu’elle avait engagé sa foi au Seigneur de Cheriots, arrive à lui faire jouer un méchant tour par le Prince de Belhoste 
 133
LIIII. Plaisante aventure d’une Chambrière & d’un Gentilhomme, nommé Thogas, dont sa femme ne se défiait point. 
 145
LV. La veuve d’un Marchant de Saragosse, pour ne pas perdre la valeur d’un cheval dont son mari lui avait ordonné de donner le prix aux pauvres, trouve le moyen de vendre le cheval seulement un ducat, en ajoutant au marché un chat pour quatre-vingt-dix-neuf ducats 
 151
LVI. Insigne tromperie d’un vieux Cordelier de Padoue qui, chargé par une veuve de lui trouver un mari pour sa fille, l’avait, pour avoir la dot, fait épouser à un jeune Cordelier, dont la qualité fut bientôt découverte 
 157
LVII. Singularité d’un seigneur anglais se contentant, sans plus, de garder & de porter sur son vêtement le gant d’une dame qu’il aimait 
 167
LVIII. Une Dame de la Cour de François Ier, pour prouver qu’elle n’avait pas de relations avec un Gentilhomme qui l’aimait, lui donne faussement un rendez-vous, & le fait passer pour un voleur 
 175
LIX. Histoire de la même Dame qui, sachant par sa Fille de chambre l’amour de son mari pour celle-ci, s’arrange pour le surprendre & lui faire ses conditions 
 181
LX. Un Parisien, croyant bien & dûment morte sa femme, se remarie & est au bout de quinze ans forcé de reprendre sa première femme, bien qu’elle vécût avec un des Chantres du roi Louis XII 
 103
SEPTIÈME JOURNÉE.
Prologue 
 203
LXI. Grande bonté d’un mari qui consent à reprendre deux fois sa femme, malgré le fol amour de celle-ci pour un Chanoine d’Autun 
 207
LXII. Comment une Damoiselle, faisant un conte sous le nom d’une autre, se coupa de manière à montrer que ce qu’elle racontait lui était arrivé à elle même 
 219
LXIII. Comment l’honnêteté d’un jeune seigneur, qui pour rester fidèle à sa femme, feignit d’être malade, fit manquer une partie où il devait être avec le Roi & sauva ainsi l’honneur de quatre filles de Paris 
 225
LXIIII. Histoire d’un Gentilhomme de Valence, en Espagne, qu’une Dame força par désespoir de se faire Religieux & qu’elle voulut ensuite, mais inutilement, faire revenir à elle 
 251
LXV. Plaisante méprise d’une bonne femme qui, dans l’église Saint-Jean de Lyon, prend un soldat endormi pour une des statues du Sépulcre & loi met sur le front un cierge allumé 
 241
LXVI. Comment une vieille Chambrière, croyant surprendre ensemble un Protonotaire & une Damoiselle, se trouve faire affront à Antoine de Bourbon & à sa femme Jeanne d’Albret 
 245
LXVII. Comment le sieur de Roberval qui, accordant a vie d’un traître aux prières de sa femme, les déposa dans une île déserte, & comment, après la mort du mari, la femme fut recueillie & ramenée à La Rochelle 
 251
LXVIII. La femme d’un Apothicaire de Pau, ayant entendu qu’il donnait à sa commère de la poudre de cantharides, en fît prendre en cachette une telle dose à son mari qu’il faillit en mourir 
 257
LXIX. Comment la femme d’un Escuyer de l’Ecurie du Roi surprit son mari affublé du sarreau de leur Chambrière & blutant à la place de celle-ci 
 263
LXX. De l’amour d’une Duchesse de Bourgogne pour ung Gentilhomme. Comme il se refuse à ses avances, elle l’accuse près de son mari, qui ne croit aux serments du Gentilhomme que quand il est assuré par lui-même de son amour pour la Dame du Vergier, nièce du Duc. La Duchesse, qui finit par tirer du Duc la connaissance de cet amour, fait à la Dame du Vergier une allusion publique qui cause la mort des deux Amans. Le Duc, désespéré de son indiscrétion, poignarde lui-même la Duchesse 
 269
HUITIÈME JOURNÉE.
Prologue 
 307
LXXI, La femme d’un sellier d’Amboise, étant au lit de mort, est sauvée par un accès de colère en voyant son mari caresser une servante 
 311
LXXII. Bonté de la Duchesse d’Alençon pour une pauvre Religieuse des environs de Paris, qu’elle rencontre à Lyon, allant à Rome pour confesser au Pape comment un Religieux l’avoit mise à mal & en obtenir son pardon 
 317