Lais de Marie de France/Guigemar

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Texte établi par Karl Warnke, Max Niemeyer (Blibliotheca Normannica), 1900 (pp. 5-40).
◄  Prolog
Equitan  ►
Guigemar


I.

Guigemar.


Ki de bone matire traite,
mult li peise, se bien n’est faite.
Oëz, seignur, que dit Marie,
ki en sun tens pas ne s’oblie.
5 Celui deivent la genz loër,
ki en bien fait de sei parler.
Mais quant il a en un païs
hume ne femme de grant pris,
cil ki de sun bien unt envie
10 sovent en diënt vileinie.
Sun pris li vuelent abaissier :
pur ceo comencent le mestier
del malvais chien coart, felun,
ki mort la gent par traïsun.
15 Nel vueil mie pur ceo laissier,
se jangleür u losengier
le me vuelent a mal turner ;
ceo est lur dreiz de mesparler.


Les contes que jo sai verais,
20 dunt li Bretun unt fait les lais,
vos conterai assez briefment.

El chief de cest comencement
sulunc la letre e l’escriture
vos mosterrai une aventure,
25 ki en Bretaigne la Menur
avint al tens anciënur.


En cel tens tint Hoilas la terre,
sovent en pais, sovent en guerre.
Li reis aveit un suen barun,
30 ki esteit sire de Liün.
Oridials esteit apelez.
De sun seignur ert mult amez ;
chevaliers ert pruz e vaillanz.
De sa moillier out dous enfanz,
35 un fiz e une fille bele.
Noguent ot nun la dameisele ;
Guigemar noment le dancel :
el reialme nen out plus bel.
A merveille l’amot sa mere,
40 e mult esteit bien de sun pere.
Quant il le pout partir de sei,
si l’enveia servir le rei.
Li vadlez fu sages e pruz ;
mult se faiseit amer de tuz.
45 Quant fu venuz termes e tens

que il aveit eage e sens,
li reis l’adube richement ;
armes li dune a sun talent.
Guigemar se part de la curt ;
50 mult i dona ainz qu’il s’en turt.
En Flandres vait pur sun pris querre :
la out tuz jurs estrif e guerre.
En Lohereigne n’en Burguigne
ne en Anjou ne en Gascuigne
55 a cel tens ne pout hom truver
si bon chevalier ne sun per.
De tant i out mespris nature
que unc de nule amur n’out cure.
Suz ciel n’out dame ne pucele,
60 ki tant par fust noble ne bele,
se il d’amer la requeïst,
que volentiers nel retenist.
Plusurs l’en requistrent suvent,
mais il n’aveit de ceo talent ;
65 nuls ne se pout aparceveir
que il volsist amur aveir.
Pur ceo le tienent a peri
e li estrange e si ami.


En la flur de sun meillur pris
70 s’en vait li ber en sun païs
veeir sun pere e sun seignur,

sa bone mere e sa sorur,
ki mult l’aveient desiré.
Ensemble od els a sujurné,
75 ceo m’est a vis, un meis entier.
Talenz li prist d’aler chacier.
La nuit somunt ses chevaliers,
ses veneürs e ses berniers.
Al matin vait en la forest ;
80 kar cil deduiz forment li plest.
A un grant cerf sunt aruté,
e li chien furent descuplé.
Li veneür current devant ;
li dameisels se vait tarjant.
85 Sun arc li portot uns vaslez,
sun hansac e sun berserez.
Traire voleit, se mes eüst,
ainz que d’iluec se remeüst.
En l’espeisse d’un grant buissun
90 vit une bisse od sun foün.
Tute fu blanche cele beste ;
perches de cerf out en la teste.
Pur l’abai del brachet sailli.
Il tent sun arc, si trait a li.
95 En l’esclot la feri devant ;
ele chaï demeintenant.
La saiete resort ariere :

Guigemar fiert en tel maniere
en la quisse desqu’al cheval,
100 que tost l’estuet descendre a val.
A terre chiet sur l’erbe drue
de lez la bisse qu’out ferue.
La bisse, ki nafree esteit,
anguissuse ert, si se plaigneit.
105 Aprés parla en itel guise :
’Oï, lasse ! Jo sui ocise !
E tu, vassal, ki m’as nafree,
tels seit la tue destinee :
ja mais n’aies tu medecine !
110 Ne par herbe ne par racine,
ne par mire ne par poisun
n’avras tu ja mes guarisun
de la plaie qu’as en la quisse,
des i que cele te guarisse,
115 ki suferra pur tue amur
si grant peine e si grant dolur,
qu’unkes femme tant ne sufri ;
e tu referas tant pur li,
dunt tuit cil s’esmerveillerunt,
120 ki aiment e amé avrunt

u ki puis amerunt aprés.
Va t’en de ci ! Lai m’aveir pes !’


Guigemar fu forment blesciez.
De ceo qu’il ot est esmaiez.
125 Comença sei a purpenser
en quel terre purra aler
pur sa plaie faire guarir ;
kar ne se volt laissier murir.
Il set assez e bien le dit
130 qu’unkes femme nule ne vit,
a qui il aturnast s’amur
ne kil guaresist de dolur.
Sun vaslet apela avant.
’Amis’, fait il,’va tost poignant !
135Fai mes compaignuns returner ;
kar jo voldrai a els parler.’
Cil point avant, e il remaint.
Mult anguissusement se pleint.
De sa chemise estreitement
140 bende sa plaie fermement.
Puis est muntez, d’iluec s’en part ;
qu’esloigniez seit, mult li est tart ;
ne vuelt que nuls des suens i vienge,
kil desturbast ne kil retienge.

145 Le travers del bois s’en ala
un vert chemin, ki l’en mena
fors de la landë. En la plaigne
vit la faleise e la muntaigne
d’une ewe ki desuz cureit.
150 Braz fu de mer ; hafne i aveit.
El hafne out une sule nef,
dunt Guigemar choisi le tref.
Mult esteit bien aparilliee ;
defors e dedenz fu peiee,
155 nuls huem n’i pout trover jointure.
N’i out cheville ne closture
ki ne fust tute d’ebenus ;
suz ciel n’a or ki vaille plus.
La veile fu tute de seie :
160 mult est bele, ki la despleie.
Li chevaliers fu mult pensis ;
en la cuntree n’el païs
n’out unkes mes oï parler
que nes i peüst ariver.
165 Il vait avant, si descent jus ;
a grant anguisse munta sus.
Dedenz quida humes truver,
ki la nef deüssent guarder :
n’i aveit nul, ne nul ne vit.
170 En mi la nef trova un lit,

dunt li pecol e li limun
furent a l’oevre Salemun
taillié a or, tut a trifoire,
de ciprés e de blanc ivoire.
175 D’un drap de seie a or teissu
ert la coilte ki desus fu.
Les altres dras ne sai preisier ;
mes tant vos di de l’oreillier :
ki sus eüst sun chief tenu,
180 ja mais le peil n’avreit chanu.
Li coverturs de sabelin
volz fu de purpre Alexandrin.
Dui chandelabre de fin or
(li pire valeit un tresor)
185 el chief de la nef furent mis ;
desus out dous cirges espris.
De ceo s’esteit il merveilliez.
Il s’est sur le lit apuiez ;
repose sei, sa plaie duelt.
190 Puis est levez, aler s’en vuelt.
Il ne pout mie returner ;
la nes est ja en halte mer,
od lui s’en va delivrement.
Bon oré ot e suef vent,
195 n’i a niënt de sun repaire ;

mult est dolenz, ne set que faire.
N’est merveille se il s’esmaie,
kar grant dolur a en sa plaie.
Sufrir li estuet l’aventure.
200 A deu prie qu’en prenge cure,
qu’a sun poeir l’ameint a port,
e sil defende de la mort.
El lit se colche, si s’endort.
Hui a trespassé le plus fort ;
205 ainz la vespree arivera
la u sa guarisun avra,
desuz une antive cité,
ki esteit chiés de cel regné.


Li sire, ki la mainteneit,
210 mult fu vielz huem e femme aveit,
une dame de halt parage,
franche, curteise, bele e sage.
Gelus esteit a desmesure ;
car ceo purporte la nature
215 que tuit li vieil seient gelus ;
mult het chascuns que il seit cus.
Tels est d’eage li trespas !
Il ne la guardout mie a gas.
En un vergier suz le donjun
220 la out un clos tut envirun.

De vert marbre fu li muralz,
mult par esteit espés e halz.
N’i out fors une sule entree ;
cele fu nuit e jur guardee.
225 De l’altre part fu clos de mer ;
nuls n’i pout eissir ne entrer,
se ceo ne fust od un batel,
se busuin eüst al chastel.
Li sire out fait dedenz le mur,
230 pur metre i sa femme a seür,
chambre ; suz ciel n’aveit plus bele.
A l’entree fu la chapele.
La chambre ert peinte tut en tur.
Venus, la deuesse d’amur,
235 fu tresbien mise en la peinture ;
les traiz mustrot e la nature
cument hom deit amur tenir
e leialment e bien servir.
Le livre Ovide, u il enseigne
240 coment chascuns s’amur estreigne,
en un fu ardant le getout,
e tuz icels escumenjout,
ki ja mais cel livre lirreient
ne sun enseignement fereient.
245 La fu la dame enclose e mise.

Une pucele a sun servise
li aveit sis sire bailliee,
ki mult ert franche e enseigniee ;
sa niece ert, fille sa sorur.
250 Entre les dous out grant amur ;
od li esteit quant il errout.
De ci la que il repairout,
hume ne femme n’i venist
ne fors de cel murail n’issist.
255 Uns vielz prestre blans e floriz
guardout la clef de cel postiz ;
les plus bas membres out perduz :
altrement ne fust pas creüz.
Le servise Deu li diseit
260 e a sun mangier la serveit.


Cel jur meïsme ainz relevee
fu la dame el vergier alee.
Dormi aveit aprés mangier,
si s’ert alee esbaneier,
265 ensemble od li ot la meschine.
Guardent a val vers la marine ;
la nef virent al flot muntant,
ki el hafne veneit siglant ;

ne veient rien ki la cunduie.
270 La dame vuelt turner en fuie :
se ele a poür, n’est merveille ;
tute en fu sa face vermeille.
Mes la meschine, ki fu sage
e plus hardie de curage,
275 la recunforte e aseüre.
Cele part vunt grant aleüre.
Sun mantel oste la pucele,
entre en la nef ki mult fu bele.
N’i trova nule rien vivant
280 fors sul le chevalier dormant.
Arestut sei, si l’esguarda ;
pale le vit, mort le quida.
Ariere vait la dameisele,
hastivement sa dame apele.
285 Tute l’aventure li dit,
mult pleint le mort que ele vit.
Respunt la dame :’Or i aluns !
Se il est morz, nus l’enforruns ;
nostre prestre nus aidera.
290 Se vif le truis, il parlera.’
Ensemble vunt, ne targent mes,
la dame avant e cele aprés.
Quant ele est en la nef entree,

devant le lit est arestee.
295 Le chevalier a esguardé ;
mult pleint sun cors e sa belté.
Pur lui esteit triste e dolente
e dit que mar fu sa juvente.
Desur le piz li met sa main ;
300 chalt le senti e le quer sein,
ki suz les costes li bateit.
Li chevaliers, ki se dormeit,
s’est esveilliez, si l’a veüe.
Mult en fu liez, si la salue ;
305 bien set qu’il est venuz a rive.
La dame, pluranz e pensive,
li respundi mult bonement ;
demanda li cumfaitement
il est venuz e de quel terre,
310 e s’il est eissilliez pur guerre.
’Dame’, fet il,’ceo n’i a mie !
Mes se vus plest que jeo vus die
m’aventure, vus cunterai ;
niënt ne vus en celerai.
315 De Bretaigne la Menur sui.
En bois alai chacier jehui.

Une blanche bisse feri,
e la saiete resorti ;
en la quisse m’a si nafré,
320 ja mes ne quid aveir santé.
La bisse se pleinst e parla,
mult me maldist e si ura,
que ja n’eüsse guarisun
se par une meschine nun.
325 Ne sai u ele seit trovee !
Quant jeo oï la destinee,
hastivement del bois eissi.
En un hafne ceste nef vi ;
dedenz entrai, si fis folie ;
330 od mei s’en est la nes ravie.
Ne sai u jeo sui arivez,
coment a nun ceste citez.
Bele dame, pur deu vus pri,
cunseilliez mei, vostre merci !
335 Kar jeo ne sai quel part aler,
ne la nef ne puis governer.’
El li respunt :’Bels sire chiers,
cunseil vus durrai volentiers.
Ceste citez est mun seignur
340 e la cuntree tut en tur.
Riches huem est de halt parage,
mes mult par est de grant eage.
Anguissusement est gelus,

par cele fei que jeo dei vus.
345 Dedenz cest clos m’a enserree.
N’i a fors une sule entree ;
uns vielz prestre la porte guarde :
ceo doinse deus que mals feus l’arde !
Ici sui nuit e jur enclose ;
350 ja nule feiz nen iere si ose
que j’en isse, s’il nel comande,
se mis sire ne me demande.
Ci ai ma chambre e ma chapele,
ensemble od mei ceste pucele.
355 Se vus i plest a demurer,
tant que vus mielz puissiez errer,
volentiers vus sojurnerum
e de bon quer vus servirum.’
Quant il a la parole oïe,
360 dulcement la dame en mercie ;
od li sujurnera, ceo dit.
En estant s’est dreciez del lit ;
celes li aïent a peine.
La dame en sa chambre l’en meine.
365 Desur le lit a la meschine,
triers un dossal ki pur cortine
fu en la chambre apareilliez,
la est li dameisels culchiez ;

En bacins d’or ewe aporterent :
370 sa plaie e sa quisse laverent,
A un bel drap de cheinsil blanc
li osterent en tur le sanc ;
puis l’unt estreitement bendé.
Mult le tienent en grant chierté.
375 Quant lur mangier al vespre vint,
la pucele tant en retint,
dunt li chevaliers out asez :
bien est peüz e abevrez.
Mes amurs l’ot feru al vif ;
380 ja ert sis quers en grant estrif,
kar la dame l’a si nafré,
tut a sun païs ublié.
De sa plaie nul mal ne sent ;
mult suspire anguissusement.
385 La meschine, kil deit servir,
prie qu’ele le laist dormir.
Cele s’en part, si l’a laissié.
Puis qu’il li a duné cungié,
devant sa dame en est alee,
390 ki alkes esteit reschalfee
del feu dunt Guigemar se sent
que sis quers alume e esprent.


Li chevaliers fu remés sous.
Pensis esteit e anguissous ;
395 ne set uncore que ceo deit ;
mes nepurquant bien s’aparceit :
se par la dame n’est guariz,
de la mort est seürs e fiz.
’A las !’fet il, quel le ferai ?
400 Irai a li, si li dirai
que ele ait merci e pitié
de cest chaitif descunseillié.
S’ele refuse ma preiere
e tant seit orgoilluse e fiere,
405 dune m’estuet il a doel murir
u de cest mal tuz jurs languir.’
Lors suspira ; en poi de tens
li est venuz novels purpens,
e dit que sufrir li estoet ;
410 kar issi fait ki mielz ne poet.
Tute la nuit a si veillié
e suspire e travaillié ;
en sun quer alot recordant
les paroles e le semblant,
415 les uiz vairs e la bele buche,
dunt la dolçurs al quer li tuche.
Entre ses denz merci li crie ;
pur poi ne l’apele s’amie.

Se il seüst qu’ele senteit
420 e cum l’amurs la destreigneit,
mult en fust liez, mien esciënt ;
un poi de rasuagement
li tolist alques la dolur
dunt il ot pale la colur.
425 Se il a mal pur li amer,
el ne s’en puet niënt loër.
Par matinet einz l’ajurnee
esteit la dame sus levee.
Veillié aveit, de ceo se pleint ;
430 ceo fet amurs ki la destreint.
La meschine, ki od li fu,
al semblant a apareceü
de sa dame, que ele amout
le chevalier ki sojurnout
435 en la chambre pur guarisun ;
mes el ne set s’il l’aime u nun.
La dame est entree el mustier,
e cele vait al chevalier.
Asise s’est devant le lit ;
440 e il l’apele, si li dit :
’Amie, u est ma dame alee ?
Pur quei est el si tost levee ?’
A tant se tut, si suspira.
La meschine l’araisuna.
445’Sire’, fet ele, vus amez !

Guardez que trop ne vus celez !
Amer poëz en itel guise,
que bien iert vostre amurs assise.
Ki ma dame voldreit amer,
450 mult devreit bien de li penser.
Ceste amurs sereit covenable,
se vus amdui fussiez estable,
Vus estes bels, e ele est bele !’
Il respundi a la pucele :
455Jeo sui de tel amur espris,
bien me purra venir a pis,
se jeo n’ai sucurs e aïe.
Cunseilliez mei, ma dulce amie !
Que ferai jeo de ceste amur ?’
460 La meschine par grant dulçur
le chevalier a conforté
e de s’aïe aseüré,
de tuz les biens qu’ele puet faire ;
mult ert curteise e de bon aire.


465 Quant la dame a la messe oïe,
ariere vait, pas ne s’ublie.
Saveir voleit que cil faiseit,
se il veillout u il dormeit,
pur qui amur sis quers ne fine.

470 Avant l’apele la meschine ;
al chevalier la fait venir :
bien li purra tut a leisir
mustrer e dire sun curage,
turt li a pru u a damage.
475 Il la salue e ele lui.
En grant esfrei erent amdui.
Il ne l’osot niënt requerre ;
pur ceo qu’il ert d’estrange terre,
aveit poür, s’il li mustrast,
480 qu’el l’enhaïst e esloignast
Mes ki ne mustre s’enferté,
a peine puet aveir santé.
Amurs est plaie dedenz cors,
e si ne piert niënt defors ;
485 ceo est uns mals ki lunges tient,
pur ceo que de nature vient.
Plusur le tienent a gabeis,
si cume cil vilain curteis,
ki jolivent par tut le mund,
490 puis se vantent de ceo que funt ;
n’est pas amurs, einz est folie
e malvaistiez e lecherie.
Ki en puet un leial trover,
mult le deit servir e amer
495 e estre a sun comandement.

Guigemar aime durement :
u il avra hastif sucurs,
u li estuet vivre a reburs.
Amurs li dune hardement :
500 il li descuevre sun talent.
‘Dame’, fet il, ‘jeo muere pur vus ;
mis quers en est mult anguissus.
Se vus ne me volez guarir,
dunc m’estuet il en fin murir.
505 Jo vus requier de druërie :
bele, ne m’escundites mie !’
Quant ele l’a bien entendu,
avenantment a respundu.
Tut en riant li dit :‘Amis,
510 cist cunseilz sereit trop hastis,
d’otreier vus ceste preiere ;
jeo ne sui mie custumiere.’
‘Dame’, fet il,’pur deu merci,
ne vus ennuit, se jol vus di !
515 Femme jolive de mestier
se deit lunc tens faire preier,
pur sei cherir, que cil ne quit
que ele ait usé cel deduit.
Mes la dame de bon purpens,
520 ki en sei ait valur ne sens,

s’ele trueve hume a sa maniere,
ne se fera vers lui trop fiere,
ainz l’amera, si’n avra joie.
Ainz que nuls le sace ne l’oie,
525 avrunt il mult de lur pru fait.
Bele dame, finum cest plait !’
La dame entent que veir li dit,
e li otreie senz respit
l’amur de li, e il la baise.
530 Des ore est Guigemar a aise.
Ensemble juënt e parolent
e sovent baisent e acolent ;
bien lur covienge del surplus,
de ceo que li altre unt en us !


535 Ceo m’est a vis, an e demi
fu Guigemar ensemble od li.
Mult fu delituse la vie.
Mes fortune, ki ne s’oblie,
sa roe turnë en poi d’ure,
540 l’un met desuz, l’altre desure.
Issi est il d’els avenu ;
kar tost furent aparceü.


Al tens d’esté par un matin
jut la dame lez le meschin.

La buche li baise e le vis ;
puis si li dit :’Bels, dulz amis,
mis quers me dit que jeo vus pert ;
veü serum e descovert.
Se vus murez, jeo vueil murir ;
550 e se vus en poëz partir,
vus recoverrez altre amur,
e jeo remeindrai en dolur.’
‘Dame’, fet il,‘nel dites mes !
Ja n’aie jeo joie ne pes,
555 quant vers nule altre avrai retur !
N’aiez de ceo nule poür !’
‘Amis, de ceo m’aseürez !
Vostre chemise me livrez !
El pan desuz ferai un pleit ;
560 cungié vus doins, u que ceo seit,
d’amer cele kil desfera
e ki despleier le savra.’
Il li baille, si l’aseüre ;
le pleit i fet en tel mesure,
565 nule femme nel desfereit,
se force u cultel n’i meteit.
La chemise li dune e rent.
Il la receit par tel covent,
qu’el le face seür de li
570 par une ceinture altresi,

dunt a sa char nue la ceint ;
par mi les flans alkes restreint,
Ki la bucle purra ovrir
senz depescier e senz partir,
575 il li prie que celui aint.
Puis l’a baisë ; a tant remaint.


Cel jur furent aparceü,
descovert, trové e veü
d’un chamberlenc mal vezié,
580 que sis sire i out enveié.
A la dame voleit parler,
ne pout dedenz la chambre entrer.
Par une fenestre les vit ;
vait a sun seignur, si li dit.
585 Quant li sire l’a entendu,
unques mes tant dolenz ne fu.
De ses privez demande treis.
A la chambre vait demaneis ;
il en a fet l’us depescier :
590 dedenz trova le chevalier.
Pur la grant ire que il a
a ocire le cumanda.
Guigemar est en piez levez ;
ne s’est de niënt esfreez.

Une grosse perche de sap,
u suleient pendre li drap,
prist en ses mains, e sis atent.
Il en fera alkun dolent :
ainz que il d’els seit aprismiez,
600 les avra il tuz mahaigniez.
Li sire l’a mult esguardé ;
enquis li a e demandé
ki il esteit, e dunt fu nez,
e coment ert laienz entrez.
605 Cil li cunte cum il i vint,
e cum la dame le retint ;
tute li dist la destinee
de la bisse ki fu nafree
e de la nef e de sa plaie.
610 Ore est del tut en sa manaie.
Il li respunt que pas nel creit,
e s’issi fust cum il diseit,
se il peüst la nef trover,
il le metreit giers en la mer ;
615 s’il guaresist, ceo li pesast,
e bel li fust, se il neiast.
Quant il l’a bien aseüré,
al hafne sunt ensemble alé.
La barge truevent, enz l’unt mis :

620 od lui s’en vet en sun païs.
La nes eire, pas ne demure.
Li chevaliers suspire e plure ;
la dame regrete sovent,
e prie deu omnipotent
625 que il li doinst hastive mort
e que ja mes ne vienge a port,
s’il ne repuet aveir s’amie,
qu’il desire plus que sa vie.
Tant a cele dolur tenue,
630 que la nes est a port venue
u ele fu primes trovee.
Asez ert pres de sa cuntree.
Al plus tost qu’il pout s’en issi.
Uns damisels, qu’il ot nurri,
635 errot aprés un chevalier ;
en sa mein menot un destrier.
Il le conut, si l’apela,
e li vaslez se reguarda.
Sun seignur veit, a pié descent ;
640 le cheval li met en present.
Od lui s’en vait ; joius en sunt
tuit si ami ki trové l’unt.
Mult fu preisiez en sun païs ;
mes tuz jurs ert maz e pensis.
645 Femme voleient qu’il presist ;
mes il del tut les escundist :
ja ne prendra femme nul jur,

ne pur aveir ne pur amur,
se ele ne puet despleier
650 sa chemise senz depescier.
Par Bretaigne vait la novele ;
il n’i a dame ne pucele
ki n’i alast pur asaier :
unc ne la porent despleier.


650 De la dame vus vueil mustrer,
que Guigemar puet tant amer.
Par le cunseil d’un suen barun
sis sire l’a mise en prisun
en une tur de marbre bis.
660 Le jur a mal e la nuit pis.
Nuls huem el mund ne purreit dire
la grant peine ne le martire
ne l’anguisse ne la dolur
que la dame suefre en la tur.
665 Dous anz i fu e plus, ceo quit ;
une n’i ot joie ne deduit.
Sovent regrete sun ami :
‘Guigemar, sire, mar vus vi !
Mielz vueil hastivement murir
670 que lungement cest mal sufrir !
Amis, se jeo puis eschaper,
la u vus fustes mis en mer

me neierai !’Dunc lieve sus ;
tute esbaïe vient a l’us ;
675 n’i trueve clef ne serreüre :
fors s’en eissi par aventure.
Unques nuls ne la desturba.
Al hafne vint, la nef trova ;
atachiee fu al rochier,
680 u ele se voleit neier.
Quant el la vit, enz est entree ;
mes d’une rien s’est purpensee
qu’iluec fu sis amis neiez.
Dunc ne puet ester sur ses piez :
685 se desqu’al bort peüst venir,
el se laissast defors chaïr !
Asez suefre travail e peine.
La nes s’en vet, ki tost l’en meine.
En Bretaigne est venue al port
690 suz un chastel vaillant e fort.
Li sire qui li chastels fu
aveit a nun Meriadu.
Il guerreiot un suen veisin ;
pur ceo fu levez par matin,
695 sa gent voleit fors enveier
pur sun enemi damagier.
A une fenestre s’estot

e vit la nef ki arivot.
Il descendi par un degré ;
700 sun chamberlein a apelé.
Hastivement a la nef vunt ;
par l’eschiele muntent a munt.
Dedenz unt la dame trovee,
ki de belté resemble fee.
705 Il la saisist par le mantel ;
od lui l’en meine en sun chastel.
Mult fu liez de la troveüre,
kar bele esteit a desmesure ;
ki que l’eüst mise en la barge,
710 bien set qu’ele est de grant parage.
A li aturna tel amur,
unques a femme n’ot greignur.
Il out une serur pucele ;
en sa cbambre, ki mult fu bele,
715 la dame li a comandee.
Bien fu servie e honuree,
richement la vest e aturne ;
mes tuz jurs est pensive e murne.
Il vait sovent a li parler,
720 kar de bon quer la puet amer.
Il la requiert ; el n’en a cure,
ainz li mustre de la ceinture :
ja mes hume nen amera
se celui nun ki l’uverra

725 senz depescier. Quant il l’entent,
si li respunt par maltalent :
’Altresi a en cest païs
un chevalier de mult grant pris,
de femme prendre en itel guise
730 se defent par une chemise,
dunt li destre pans est pleiez ;
il ne puet estre desliez,
force u cultel n’i metreit.
Vus feïstes, ceo quit, cel pleit !’
735 Quant el l’oï, si suspira,
pur un petit ne se pasma.
Il la reçut entre ses braz.
De sun blialt trencha les laz ;
la ceinture voleit ovrir,
740 mes n’en poeit a chief venir.
Puis n’ot el païs chevalier,
que il n’i feïst essaier.


Issi remest bien lungement
de ci qu’a un turneiement,
745 que Meriadus afia
cuntre celui qu’il guerreia.
Mult i ot semuns chevaliers ;
Guigemar fu tuz li primiers.

Il l’i manda par gueredun
750 si cum ami e cumpaignun,
qu’a cel busuin ne li faillist
e en s’aïe a lui venist.
Alez i est mult richement ;
chevaliers meine plus de cent,
755 Meriadus dedenz sa tur
le herberja a grant honur.
Encuntre lui sa serur mande ;
par dous chevaliers li comande
qu’ele s’aturt e vienge avant,
760 la dame meint qu’il aime tant.
Cele a fet sun comandement.
Vestues furent richement,
main a main vienent en la sale ;
la dame fu pensive e pale.
765 Ele oï Guigemar nomer :
ne pout desur ses piez ester ;
se cele ne l’eüst tenue,
ele fust a terre chaüe.
Li chevaliers cuntre els leva ;
770 la dame vit e esguarda
e sun semblant e sa maniere.
Un petitet se traist ariere.
’Est ceo’, fet il,’ma dulce amie,
m’esperance, mis quers, ma vie,

775 ma bele dame ki m’ama ?
Dunt vient ele ? Ki l’amena ?
Ore ai pensé mult grant folie ;
bien sai que ceo n’est ele mie :
femmes se resemblent asez.
780 Pur niënt change mis pensez.
Mes pur cele qu’ele resemble,
pur qui mis quers suspire e tremble,
a li parlerai volentiers !’
Dunc vet avant li chevaliers.
785 Il la baisa, lez lui l’asist ;
unques nul altre mot ne dist
fors tant que seeir la rova.
Meriadus les esguarda ;
mult li pesa de cel semblant.
790 Guigemar apele en riant.
’Sire’, fet il,’se vus plaiseit,
ceste pucele essaiereit
vostre chemise a despleier,
s’ele i purreit rien espleitier.’
795 Il li respunt :’E jeo l’otrei !’
Un chamberlenc apele a sei,
ki la chemise ot a guarder ;
il li comande a aporter.
A la pucele fu bailliee ;
800 mes ne l’a mie despleiee.

La dame conut bien le pleit.
Mult est sis quers en grant destreit ;
kar volentiers s’i essaiast,
s’ele peüst u ele osast.
805 Bien s’aparceit Meriadus ;
dolenz en fu, ainz ne fu plus.
‘Dame’, fait il,’kar assaiez,
se desfaire le purriëz !’
Quant ele ot le comandement,
810 le pan de la chemise prent ;
legierement le despleia.
Li chevaliers s’esmerveiila.
Bien la conut ; mes nequedent
nel poeit creire fermement.
815 A li parla en tel mesure :
‘Amie, dulce creature,
estes vus ceo ? Dites mei veir !
Laissiez m’en vostre cors veeir
la ceinture dunt jeo vus ceins
820 A ses costez li met ses meins,
si a trovee la ceinture.
’Bele’, fet il,’quels aventure
que jo vus ai ici trovee !
Ki vus a ici amenee ?’
825 Ele li cunte la dolur,
les granz peines e la tristur

de la prisun u ele fu,
e coment li est avenu,
coment ele s’en eschapa,
830 neier se volt, la nef trova,
dedenz entra, a cel port vint,
e li chevaliers la retint ;
guardee l’a a grant honur,
mes tuz jurs la requist d’amur.
835 Ore est sa joie revenue.
‘Amis, menez en vostre drue !’
Guigemar s’est en piez levez.
‘Seignur’, fet il,’or m’escultez !
Ci ai m’amie cuneüe
840 que jeo quidoue aveir perdue.
Meriadu requier e pri,
rende la mei, sue merci !
Sis huem liges en devendrai ;
dous anz u treis le servirai
845 od cent chevaliers u od plus.’
Dunc respundi Meriadus.
‘Guigemar’, fet il,’bels amis,
jeo ne sui mie si suzpris
ne si destreiz pur nule guerre,
850 que de ceo me deiez requerre.
Jeo la trovai, si la tendrai !
Encuntre vus la defendrai !’

Quant il l’oï, hastivement
comanda a munter sa gent.
855 D’iluec se part ; celui desfie.
Mult li peise qu’il lait s’amie.
En la vile n’out chevalier,
ki fust venuz pur turneier,
que Guigemar n’en meint od sei.
860 Chescuns li afie sa fei :
od lui irunt quel part qu’il alt ;
mult est huniz ki or li falt.
La nuit sunt al chastel venu,
ki guerreiout Meriadu.
865 Li sire les a herbergiez,
ki mult en fu joius e liez
de Guigemar e de s’aïe ;
bien set que sa guerre est finie.
El demain par matin leverent,
870 par les ostels se cunreerent.
De la vile issent a grant bruit ;
Guigemar primes les cunduit.
Al chastel vienent, si l’asaillent ;
mes forz esteit, al prendre faillent.
875 Guigemar a la vile assise ;
n’en turnera, si sera prise.
Tant li crurent ami e genz,
que tuz les afama dedenz.

Le chastel a destruit e pris
880 e le seignur dedenz ocis.
A grant joie s’amie en meine.
Ore a trespassee sa peine.


De cest cunte qu’oï avez
fu Guigemar li lais trovez,
885 que hum dit en harpe e en rote ;
bone en est a oïr la note.