Page:Pascal - Pensées, édition de Port-Royal, 1670.djvu/249

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’incertitudes ; gloire, et rebut de l’univers. S’il se vante, je l’abaisse ; s’il s’abaisse, je le vante, et le contredis toujours, jusqu’à ce qu’il comprenne, qu’il est un monstre incompréhensible.

XXII.

Connaissance générale de l’homme.



La première chose qui s’offre à l’homme, quand il se regarde, c’est son corps, c’est à dire une certaine portion de matière qui lui est propre. Mais pour comprendre ce qu’elle est, il faut qu’il la compare avec tout ce qui est au-dessus de lui, et tout ce qui est au-dessous, afin de reconnaître ses justes bornes.

Qu’il ne s’arrête donc pas à regarder simplement les objets qui l’environnent. Qu’il contemple la nature dans sa haute et pleine majesté. Qu’il considère cette éclatante lumière, mise comme une lampe