Page:Émile Nelligan et son œuvre.djvu/72

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
22
EMILE NELLIGAN


DANS L’ALLÉE





Toi-même, éblouissant comme un soleil ancien
Les Regrets des solitudes roses,
Contemple le dégât du Parc magicien
Où s’effeuillent, au pas du Soir musicien,
Des morts de camélias, de roses.

Revisitons le Faune à la flûte fragile
Près des bassins au vaste soupir,
Et le banc où, le soir, comme un jeune Virgile,
Je venais célébrant sur mon théorbe agile
Ta prunelle au reflet de saphir.