Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, I.djvu/259

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.






UNE DOUBLE FAMILLE.




À MADAME LA COMTESSE LOUISE DE TÜRHEIM,


Comme une marque du souvenir et de l’affectueux respect
de son humble serviteur,
de Balzac.




La rue du Tourniquet-Saint-Jean, naguère une des rues les plus tortueuses et les plus obscures du vieux quartier qui entoure l’Hôtel-de-Ville, serpentait le long des petits jardins de la Préfecture de Paris et venait aboutir dans la rue du Martroi, précisément à l’angle d’un vieux mur maintenant abattu. En cet endroit se voyait le tourniquet auquel cette rue a dû son nom, et qui ne fut détruit qu’en 1823, lorsque la ville de Paris fit construire, sur l’emplacement d’un jardinet dépendant de l’Hôtel-de-Ville, une salle de bal pour la fête donnée au duc d’Angoulême à son retour d’Espagne. La partie la plus large de la rue du Tourniquet était à son débou-