Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


AVERTISSEMENT VII

grand nombre de ses recueils à l’abbé d’Étemare son cousin ; c’est ainsi seulement que nous a été conservé l’Abrégé de la vie de Jésus-Christ de Pascal. M. Kenninck, président du séminaire des vieux-catholiques d’Amersfoort, a bien voulu nous communiquer ce précieux manuscrit.

Nous ne possédons aucun recueil du XVIIe siècle renfermant les fragments sur l’ Esprit géométrique. Faugère les a publiés d’après un manuscrit du XVIII e siècle que possédait Sainte-Beuve, mais dont nous n’avons pu retrouver la trace 1 (cf. la description de ce manuscrit dans Faugère, Pensées, 1897, T. I, p. LXIV). — Dans les manuscrits de Leibniz conservés à la Bibliothèque royale de Hanovre se trouve un fragment important, qui a déjà été publié par Gerhardt {Vide infra T. IX, p. 291).

Pour les documents annexés aux écrits de Pascal et de ses sœurs, nous avons consulté les manuscrits mêmes où les religieuses de Port-Royal avaient recopié les lettres et noté les faits les plus importants de leur histoire. M. A. Gazier en possède quelques-uns; d’autres se trouvent à la Bibliothèque Nationale, ils semblent faire partie des manuscrits que Mlle de Joncoux se fit donner par d’Argenson après 1709. L’étude de ces manuscrits montre quel intérêt il y aurait à éditer à nouveau les lettres des amis de Port-Royal, en particulier celles de la Mère Angélique, tronquées et corrigées, selon les habitudes du temps, par les éditeurs de 1742-1744.

Les riches recueils Vallant de la Bibliothèque Nationale, si souvent compulsés au XIXe siècle et de nos jours, nous ont fourni de précieuses indications et des documents originaux 2 .

____________________________________________________________

1. Nous devons mentionner ici, parmi les diverses éditions classiques de ces fragments, l’édition de Fouillée, apud Fragments philosophiques de Pascal, Paris, Belin, 1876 ; et surtout celle de M. Charles Adam, dont nous avons tiré le plus grand profit, apud Opuscules philosophiques de Pascal, Paris, Hachette, 1887.

2. C’est encore à la Bibliothèque Nationale que M. Batiffol a trouvé