Page:Adresse à l'Assemblée nationale pour les citoyens libres de couleur, des isles & colonies françoises 18 octobre 1789.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
4

évidente rendroit une pareille repréſentation abſurde & contradictoire.

C’eſt à vous, Noſſeigneurs, à peſer ces conſidérations ; c’eſt à vous à rendre, à des Citoyens opprimés, les droits dont on les a injuſtement dépouillés ; c’eſt à vous d’achever glorieuſement votre ouvrage, en aſſûrant la liberté des Citoyens François dans l’un & l’autre Hémiſphère.

Inſtruits par la Déclaration des Droits de l’Homme & du Citoyen, les Colons de Couleur ont ſenti ce qu’ils étoient ; ils ſe ſont élevés à la dignité que vous leur aviez aſſignée ; ils ont connu leurs droits, & ils en ont uſé.

Ils ſe ſont réunis ; ils ont rédigé un Cahier qui contient toutes leurs demandes ; ils y ont conſigné des réclamations, dont les bâſes ſont établies dans le Code que vous avez donné à l’Univers ; ils en ont chargé leurs Députés ; & ils ſe bornent, en ce moment, à ſolliciter, dans cette auguſte Aſſemblée, une repréſentation néceſſaire, pour être en état d’y faire valoir