Page:Allais - Le Boomerang.djvu/237

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE DIX-NEUVIÈME.Dans lequel l’auteur n’est pas fâché d’en finir avec toutes ces histoires à dormir debout.


— Pan, pan, pan.

— Entrez… Ah, c’est vous, mon cher duc.

— Moi-même, monsieur Le Briquetier. Qu’y a-t-il pour votre service ?

Il y a pour mon service que M. Berg-op-Zoom m’a chargé de vous remettre cette enveloppe.

L’enveloppe, on le devine, recelait l’enjeu stipulé. Raoul Le Briquetier ouvrit alors le tiroir de sa table de nuit, en sortit un revolver qu’il mania fébrilement.

— Mon cher Richelieu, vous voyez cette arme ?

— Je la vois.