Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





Amphithéos

Voici enfin une trêve de trente ans sur terre et sur mer.



Dikæopolis

Ô Dionysia ! En voilà une qui sent l’ambroisie et le nectar. Elle ne dit pas : « Fais provision de vivres pour trois jours. » Mais elle a à la bouche : « Va où tu veux !  » Je l’accepte, je la ratifie, je bois à son honneur, et je souhaite mille joies aux Akharniens. Pour moi, délivré de la guerre et de ses maux, je vais à la campagne fêter les Dionysia.



Amphithéos

Et moi, j’échappe aux Akharniens.





Le Chœur

Par ici ! Que chacun suive ! Poursuis ! Informe-toi de cet homme auprès de tous les passants ! Il est de l’intérêt de la ville de se saisir de lui. Ainsi faites-moi savoir si quelqu’un de vous connaît l’endroit par où a passé le porteur de trêve.

Il a fui ; il a disparu. Hélas ! quel malheur pour mes armées ! Il n’en était pas de même dans ma jeunesse, lorsque, chargé de sacs de charbon, je suivais Phayllos à la course : ce porteur de trêve n’aurait pas alors si aisément échappé à ma poursuite ; il ne se serait pas dérobé comme un cerf. Mais maintenant que mon jarret est devenu roide, et que la jambe du vieux Lakrasidès s’est alourdie, il a filé.

Il faut courir après. Que jamais il ne nous nargue en disant qu’il a échappé aux vieux Akharniens, celui qui,