Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/108

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LYSISTRATA

(L’an 4I2 Avant j.-c.)

Cette pièce est une protestation contre la guerre, poussée aux dernières limites des hardiesses de l’ancienne comédie. Lysistrata, épouse d’u11 magistrat athénien, forme une ligue avec Calonice, Myrrhina, Lampito et d’autres femmes, pour hâter la conclusion d’une trêve entre les Athéniens et les Spartiates. Elles s’engagent par un serment solennel à se séparer de leurs maris, jusqu’à ce que la paix soit faite. Elles s’emparent ensuite de la citadelle et résistent à toute proposition qui ne tend pas à une trêve immédiate. On conclut enfin un accommodement : le traité se négocie, les portes de la citadelle s’ouvrent, et la pièce se termine par des chants, des danses et des festins.