Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/110

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LYSISTRATA



lysistrata.

Ah ! si on les avait convoquées au temple de Bakkhos, ou de Pan, ou de Kolias, ou de Génétyllis, il serait impossible de passer, à cause des tambourins. Aujourd’hui, il n’y a ici pas une femme, sauf ma voisine, qui sort dechez elle. Bonjour, Kalonikè.


kalonikè.

Et à toi aussi, bonjour, Lysistrata. Qu’est-ce donc quite tracasse ? N’aie pas cet air sombre, chère enfant : celane te va pas de darder les sourcils.


lysistrata.

Moi, Kalonikè, le cœur me bout, et je souffre mille