Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/124

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


LYSISTRATA. I2!

LYSISTRATA. Prends-le et mets la main sur la victime : « Divine Per- suasion, et toi, Coupe amie de la ioie, fais un Favorable accueil aux offrandes des femmes. » xALoN11<t. Quel beau sang! Que la couleur en est vermeille! LAM1>1To. Et il a un bouquet délicieux, j’en jure par Kastorl Mvnnuxnx. ' Femmes, laissez-moi jurer la première. KALOMKE. Non pas, par Aphrodite! puisque le sort ne t’a pas dé- signée. 1.vs1s·rn,·.rA. Lampito, mettons toutes la main sur la coupe, et que l’une de vous répète, en votre nom, ce que moi je vais dire. Vous, Faites le même serment et observez-le. « Aucun amant ni aucun époux... i<ALoNii<è. « Aucun amant ni aucun époux... 1.vsxs·rnA·r,~.. « Qui vienne à moi, tete levée. » Dis. i<M.oN1i<E. << Qui vienne à moi, tête levée. » Hélas! mes genoux fléchissent, Lysistrata.