Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


rassemblons ici toutes les tribus des oiseaux au long cou. Un vieillard habile est venu, avec des idées neuves et de neuves entreprises. Venez tous à cette conférence, ici, ici, ici, ici. – Torotorotorotorotix. Kikkabau, kikkabau. Torotorotorotorolililix.




263 - 266 


pisthétæros.

Vois-tu quelque oiseau ?


evelpidès.

Non, par Apollôn ! pas un ; et pourtant je suis là bouche béante à regarder le ciel.


pisthétæros.

Ce n’était guère la peine, ce semble, que la Huppe allât couver dans le taillis, à la façon du pluvier.


267 - 309 


le phœnikoptère.

Torotix, tororix.


pisthétæros.

Mais, mon bon, on s’avance, c’est quelque oiseau qui arrive.


evelpidès.

Oui, de par Zeus ! un oiseau. Quel est-il ? N’est-ce pas un paon ?


pisthétæros.

La Huppe nous le dira. Quel est cet oiseau ?