Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


et, pour parler avec Æskhylos, non pas à l’aide des plumes d’autrui, mais avec les nôtres.


evelpidès.

Voyons, que faut-il faire ?


pisthétæros.

Il faut d’abord donner à notre ville un nom grand, magnifique, et ensuite sacrifier aux dieux.


evelpidès.

C’est aussi mon avis.


la huppe.

Voyons, quel nom donnerons-nous à la ville ?


pisthétæros.

Voulez-vous que ce grand nom soit emprunté à Lakédæmôn ? Lui donnerons-nous le nom de Spartè ?


evelpidès.

Par Hèraklès ! moi donner le nom de Spartè à ma cité ! Je ne voudrais pas du tout, même pour mon grabat, avoir de la sparterie.


pisthétæros.

Alors, quel nom lui donnerons-nous ?


evelpidès.

Un terme emprunté aux nuages et aux régions éthérées, quelque chose de bien ronflant.


pisthétæros.

Veux-tu Néphélokokkygia ?