Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


pas encore vu de corbeau muselé. Prêtre, fais ton office : sacrifie aux nouveaux dieux.


le prêtre.

Je le fais. Mais où est celui qui tient la corbeille ? Invoquez la Hèstia des oiseaux, le milan protecteur du Foyer, les oiseaux, olympiens et olympiennes, dieux et déesses, toutes et tous.


pisthétæros.

Ô Épervier de Sounion, salut, prince pélasgique.


le prêtre.

Salut encore au Cygne pythien et dèlien, à Lèto, mère des cailles, à Artémis Chardonneret.


pisthétæros.

Il n’y a plus d’Artémis Kolænis, mais Artémis Chardonneret.


le prêtre.

Et Sabazios Pinson, et l’Autruche, mère vénérée des hommes !…


pisthétæros.

Souveraine Kybélè, Autruche, mère de Kléokritos !


le prêtre.

Donne aux Néphélokokkygiens santé et prospérité, ainsi qu’aux citoyens de Khios.


pisthétæros.

Je suis heureux de voir des citoyens de Khios établis partout.