Page:Aristophane - Théâtre 1889 tome 2.djvu/445

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et qu’elle avait enrichi ; puis Mercure, qui, ne trouvant plus rien à gagner dans ses divers métiers, vient demeurer chez Chrémyle, sous prétexte qu’il y fait meilleur qu’au ciel, et que la patrie est partout où l’on vit heureux. Enfin le grand prêtre de Jupiter, mourant de faim, demande à s’installer dans la maison fortunée. Carion l’invite à substituer le culte de Plutus à celui du fils de Saturne. Tous s’apprêtent à conduire le dieu de la richesse à la place qu’il occupait autrefois, derrière le temple de Minerve. Là il veillera à jamais sur le trésor d’Athènes.