Page:Arrhenius - Recherches sur la conductibilité galvanique des électrolytes.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
24
ARRHENIUS, LA CONDUCTIBILITÉ GALVANIQUE DES ÉLECTROLYTES. I.

Quant aux sels du deuxième groupe, on ne saurait les écarter du récipient par des moyens mécaniques.

Selon M. Berthelot[1], si l’un (ou tous les deux) produit de décomposition d’un sel dissous, dissocié par l’eau, est volatil, ou peut l’éloigner par la distillation. Cette observation s’applique spécialement aux sels ammoniacaux. Cependant, pour faire distiller une partie tant soit peu considérable du sel, il faut que les deux produits de décomposition soient volatils, car si l’un d’eux reste dans la cornue, il empêche, par des relations bien connues, une décomposition continue du sel en question, ce qui limite le procédé (plus le sel est stable à l’égard de l’eau, plus vite ce procédé s’effectuera). Puis, des sels volatils peuvent s’évaporer avec l’eau. Ainsi on peut supposer, comme cause principale d’impureté chez de l’eau distillée, les sels, dont les produits de décomposition (acide ou base) par la présence de l’eau sont volatils, ou qui le sont eux-mêmes sans être décomposés. Parmi les sels inhérents à l’eau ordinaire (la matière brute pour la fabrication de l’eau distillée), ces deux caractères ne se présentent que chez les sels ammoniacaux ; le dernier seul chez l’azotate, le carbonate et le chlorure d’ammoniaque. Surtout, le sel AzH4AzO3 est distillable[2] (volatile). Voilà la raison de le supposer exister à un degré relativement considérable dans l’eau distillée. Le carbonate doit aussi se trouver en plus grande quantité dans de l’eau distillée que les autres sels ammoniacaux (excepté peut-être l’azotate), en raison de sa propriété d’être décomposé à un degré plus haut que les autres sels.


§ 9. Calcul des données observées aux expériences.


Après que, par des expériences, on a trouvé la résistance d’une certaine solution être w ohms, et la résistance du dissolvant être \scriptstyle\tilde{w} ohms à la même température, on calcule la conductibilité (en une unité arbitraire, que l’on peut réduire selon §7) selon la formule

l=\frac{10000}{w}-\frac{10000}{\tilde{w}}

Ici les résistances sont toujours déterminées dans le même vaisseau à résistance (voir § 7), c’est pourquoi elles sont par-

  1. Berthelot : Essai de mécanique chimique II, p. 219 (1879).
  2. Berthelot : l. c.