Page:Arrhenius - Recherches sur la conductibilité galvanique des électrolytes.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
5
BIHANG TILL K. SV. VET.-AKAD. HANDL. RAND 8. N:0 13.


CHAPITRE I.
Description de la méthode employée aux expériences ci-dessous.


§ 1. Les instruments nécessaires.


Les instruments que nous avons employés dans nos recherches, sont les suivants :

a) Un galvanomètre différentiel, fabriqué par M. P. M. Sörensen à Stockholm. La résistance de l’une des bobines du galvanomètre est de 310 ohms ; de l’autre, de 294 ohms. La déviation a été appréciée, comme de coutume, moyennant une lunette et une règle divisée, placées à une distance de 2,5 mètres environ du miroir du galvanomètre. Pour donner une idée approximative de la sensibilité du galvanomètre, il suffira de dire qu’à une force électromotrice de 1 Daniell et à une résistance du circuit de 100,000 ohms, les deux bobines étant à la suite l’une de l’autre et coopérant, il a présenté une déviation de 5° 21’.

b) Un dépolarisateur, fabriqué par M. Sörensen. L’instrument dont nous nous sommes servi, a déjà été décrit par M. Edlund[1]. Cependant, la méthode par laquelle nous avons procédé, dépendant entièrement de l’emploi de cet appareil, nous allons en donner une courte description. Il consiste (fig. 1) d’une planche de buis, couverte des deux côtés de disques de métal B et C, soigneusement isolés l’un de l’autre. Les disques de métal sont liés chacun à sa partie X et X’ de l’axe de la planche de buis cylindrique, et contre chacune de ces parties de l’axe s’appuie l’un des ressorts f et f’, qui

  1. Edlund : Annales de Poggendorff. T. 156, p. 279 (1875).