Page:Audubon - Scènes de la nature, traduction Bazin, 1868, tome 1.djvu/319

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sectes, vers, baies et toutes sortes de fruits. Elle est friande de figues, et partout où il y a des poires, on est certain de la trouver. En hiver, elle se rabat sur les baies du cornouiller, du sumac et du houx, et monte jusqu’aux dernières branches des plus hauts arbres pour chercher du raisin. On en prend facilement aux trappes dans cette saison, et on en voit quantité sur les marchés du sud. Mais rarement les vieux oiseaux peuvent-ils vivre longtemps en captivité. Quelques planteurs se plaignent de l’habitude qu’ils ont de gratter la terre pour en arracher le blé nouvellement semé ; quant à moi, je crois qu’ils n’en veulent qu’aux vers et aux larves du hanneton ; du moins, leurs fortes jambes et leurs pieds semblent conformés pour cela. Disons qu’en général on les voit d’un bon œil, parce qu’ils commettent peu de dégât dans les moissons.

Ces grives, ainsi que le robin et quelques autres du même genre, souffrent beaucoup à la mue d’automne ; et si alors elles sont en cage, elles perdent presque toutes leurs plumes qui ne sont entièrement poussées, chez les jeunes, que dans le courant du premier hiver.