Page:Audubon - Scènes de la nature, traduction Bazin, 1868, tome 1.djvu/379

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ces oiseaux roulent en petites pelotes les parties dures des ailes, des jambes et de l’abdomen des insectes, et les rejettent, ainsi que font les hiboux, les engoulevents et les hirondelles.




SCIPION ET L’OURS.


L’ours noir (ursus americanus), tout lourd et gauche qu’il paraisse, n’en est pas moins un animal actif, vigilant, persévérant, doué d’une grande force, plein de courage et d’adresse, et qui, pour échapper aux attteintes du chasseur, peut supporter, sans presque en souffrir, d’incroyables fatigues et les plus dures privations. Comme les daims, les cerfs et les chevreuils, il change de canton suivant les saisons, pour se procurer ainsi qu’eux une abondante nourriture, ou se retirer dans les endroits les plus inaccessibles, et qui lui offrent un asile sûr, loin des poursuites de l’homme, le plus dangereux de tous ses ennemis. Durant les mois du printemps, on le voit d’ordinaire, soit dans les bas et riches terrains d’alluvion qui s’étendent au long des rivières, soit au bord de ces lacs de l’intérieur qu’à cause de leur peu d’étendue on appelle des étangs. Là, il trouve quantité de succulentes racines et des tiges de plantes tendres et gonflées de sève, qui font à