Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/227

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


bien plus en état de juger ce qui est convenable, qu’une jeune personne comme vous. Et il la quitta, avec une profonde révérence, pour aller aborder Mr. Darcy, dont l’étonnement fut évident à cette attaque inopinée. Mr. Collins fit précéder son discours d’introduction d’un salut solennel, et quoiqu’Elisabeth qui les observoit de loin, ne pût entendre ses paroles, elle les devinoit toutes ; les mots d’apologie de Hunsford, de Lady Catherine, etc., revenoient souvent ; elle étoit fâchée de le voir découvrir ses ridicules devant un tel homme. Mr. Darcy le regardoit d’un air étonné, et lorsque enfin Mr. Collins lui laissa le tems de parler, il lui répondit avec une réserve dédaigneuse. Mr. Collins ne se laissa point déconcerter, il reprit la parole, et le dédain de Mr. Darcy parut augmenter beaucoup pendant le second discours, à la fin duquel il fit un léger