Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/231

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’elle, quoiqu’on vît bien, à son air triomphant, qu’elle ne pensoit pas qu’il y eût une grande probabilité.

En vain Elisabeth s’efforçoit-elle de réprimer la volubilité de sa mère, et de lui persuader de parler de sa félicité à voix basse. Elle s’aperçut avec une douleur inexprimable que la plus grande partie de cette conversation avait été entendue de Mr. Darcy qui étoit assis vis-à-vis d’elle. Sa mère la trouvoit fort ridicule, et la grondoit : car enfin, je vous prie, qu’est donc ce Mr. Darcy pour que j’en aie peur ? Certainement nous ne lui devons pas des égards si particuliers, que nous ne puissions rien dire devant lui qui lui déplaise.

— Pour l’amour du ciel, Madame, parlez plus bas ! Quel avantage pouvez-vous trouver à offenser Mr. Darcy ? Ce n’est pas une manière de vous recommander à son ami.