Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/232

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Mais c’étoit en vain, sa mère continuoit à parler de ses projets sur le même ton ; Elisabeth rougissent toujours plus de honte et d’inquiétude ; elle ne pouvoit s’empêcher de jeter souvent les yeux sur Mr. Darcy, et chaque fois elle étoit plus convaincue de ce qu’elle craignoit ; car malgré qu’il n’eût pas constamment les yeux tournés de leur côté, elle étoit persuadée que son attention étoit toujours fixée sur cette conversation ; elle vit sa physionomie passer de l’expression d’une colère dédaigneuse à une gravité composée et assurée, Enfin Mistriss Bennet, ayant tout dit, se tut, et Lady Lucas qui avoit beaucoup baillé pendant la description de délices qu’elle ne devoit probablement jamais goûter, s’abandonna aux consolations que pouvoient lui offrir une quantité de jambons et de poulets froids. Elisabeth commençoit à respirer, mais ce moment de tranquillité ne fut