Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mon cher Monsieur Bennet, dit un jour Mistriss Bennet à son mari, avez-vous ouï dire que Netherfield-Parck fût enfin loué ?

Monsieur Bennet répondit qu’il n’en avoit pas entendu parler.

Cela est ainsi cependant, car je le tiens de Mistriss Long, qui sort d’ici.

M. Bennet ne répondit pas.

Mais ne désirez-vous donc point savoir à qui, s’écria sa femme avec impatience ? — Vous désirez me le dire ; et je n’ai aucune raison de vous refuser de l’entendre. — C’étoit un encouragement suffisant pour Mistriss Bennet. Vous saurez donc, mon cher, que Metterfield-Parck vient d’être loué par un jeune seigneur fort riche ; il arriva lundi, en voiture à quatre chevaux, dans l’intention de voir la maison ; il en fut si enchanté que, de suite il convint du prix et des conditions avec M. Morris,