Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 2.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les plus énergiques de la violence de mon amour. Quant à la fortune elle m’est parfaitement indifférente, et je ne ferai à votre père aucune demande qui y ait rapport, parce que je suis parfaitement sûr, qu’il ne me l’accorderoit pas, et que mille livres au quatre pour cent sera toute votre fortune, seulement après le décès de votre mère ; je serai donc muet sur ce chapitre-là, et je puis vous assurer, que lorsque nous serons mariés, aucun reproche peu généreux ne s’échappera de mes lèvres. — Il devenoit cependant absolument nécessaire de l’interrompre.

— Vous êtes trop prompt, Monsieur, s’écria Elisabeth, et vous oubliez que je ne vous ai fait encore aucune réponse, permettez-moi donc, sans tarder plus long-temps, de vous en faire une positive. Recevez mes remerciemens, pour l’honneur que vous me faites, j’y suis très-sensible, mais je ne puis l’accepter.