Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 2.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Vous êtes vraiment charmante, s’écria-t-il avec une galanterie pleine d’affectation et de gaucherie, et je suis persuadé que lorsque mes offres seront appuyées par l’autorité de vos excellens parens, elles seront acceptées promptement.

Elisabeth vit qu’il étoit inutile de vouloir combattre une telle obstination à se tromper soi-même ; elle se retira en silence, déterminée, s’il persistoit à regarder ses réponses comme des encouragemens, à s’adresser à son père, dont le refus positif ne pourroit pas au moins être pris pour l’affectation et la coquetterie d’une femme du bon ton.