Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 3.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’à l’ordinaire, et à éviter toute réflexion qui pût l’empêcher de prendre part à la conversation.

On lui dit que les deux neveux de Lady Catherine étoient venus faire visite pendant son absence. Mr. Darcy avoit pris congé au bout de quelques minutes, mais le colonel Fitz-Williams étoit resté au moins une heure, espérant qu’elle reviendroit, et ne s’en étoit allé qu’avec l’intention de se promener jusqu’à ce qu’il l’eût rencontrée.

Elisabeth affecta quelque chagrin de ne l’avoir pas vu, quoique, dans le fond, elle en fut bien aise. Le colonel Fitz-Williams ne l’occupoit plus ; elle ne pouvoit penser qu’à la lettre qu’elle venoit de recevoir.