Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
ORGUEIL

vous a promis de nous le présenter ?

» — Je parie que Mme Long n’en fera rien, elle a deux nièces qui l’intéressent beaucoup ; d’ailleurs c’est une femme fausse et égoïste, dont je n’ai point bonne opinion.

» — Ni moi non plus, dit M. Bennet, je suis bien aise que vous ne comptiez pas sur ses bons offices. »

Mme Bennet ne daigna pas lui répondre ; mais, ne pouvant plus cacher son impatience, elle se mit à gronder une de ses filles :

« Ne toussez donc pas comme cela, Kitty ; pour l’amour de Dieu, ayez pitié de mes pauvres nerfs ; vous me mettez à la torture.

» — Il est vrai que Kitty tousse mal à propos, dit le père, elle n’a nulle discrétion.

» — Je ne tousse pas pour m’amuser, reprit Kitty d’un ton aigre.

» — Quand donne-t-on le premier bal, Lizzy ?

» — Dans quinze jours.