Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
2
ORGUEIL

» — Je puis vous assurer qu’on l’a loué, reprit sa femme, car Mme. Long sort d’ici, et m’a dit tout ce qu’il en était. »

M. Bennet ne fit point de réponse.

« — Ne désirez-vous pas savoir, dit sa femme très-vivement, quel est l’homme qui doit devenir notre voisin ? »

« — Vous désirez me le dire, et je veux bien vous écouter. »

Cet encouragement fut suffisant.

« — Eh bien ! mon cher, sachez qu’un jeune homme fort riche vient habiter Netherfield ; il y passa lundi dernier en voiture à quatre chevaux, il vit la maison, elle lui plut ; il parla sur-le-champ à M. Morris, et doit en prendre possession à la St. Michel.

» — Comment le nommez-vous ?

» — Bingley.

» — Est-il marié ?

» — Non bien certainement. Un jeune homme très-riche, quatre ou cinq mille livres sterlings de rente ; quel bonheur pour nos filles !