Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19
ET PRÉVENTION

jeune homme vif et enjoué soit toujours circonspect dans sa conduite ; notre vanité nous induit souvent en erreur : les femmes prennent trop facilement les soins de la galanterie pour ceux qu’inspire un sentiment plus réel.

» — Et les hommes en usent avec elles de manière à le leur faire croire.

» — S’ils le font à dessein, on ne saurait les justifier ; mais je suis loin de penser que cela arrive aussi souvent que bien des gens l’imaginent.

» — Je ne pense pas, reprit Élisabeth, que M. Bingley ait agi à dessein, mais, sans avoir le projet de mal faire ou de se jouer du bonheur d’autrui, on peut causer bien des chagrins ; souvent il suffit pour cela d’une étourderie, ou même d’un manque de résolution.

» — Vous persistez donc à croire qu’il se laisse conduire par ses sœurs ?

» — Oui, ainsi que par son ami.

» — Je ne le puis penser ; pourquoi voudraient-elles le contrarier ? Elle ne peuvent désirer que son bonheur et s’il