Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
23
ET PRÉVENTION

mais un homme moins aimable que lui fera mon affaire, tout le monde ne peut s’attendre à être si favorisée qu’Hélen.

» — Cela est vrai, dit M. Bennet ; mais il est consolant pour vous de savoir, que si rien de semblable vous arrivait, vous avez une tendre mère, qui ne vous le laissera pas facilement oublier. »

La société de M. Wickham venait fort à propos dissiper la tristesse que les derniers événemens causaient à quelques-uns des habitans de Longbourn ; il les voyait fort souvent, et à ses autres qualités s’unissait maintenant une parfaite franchise ; tout ce qu’Élisabeth avait déjà appris, ses droits à la bienveillance de M. Darcy, et les mauvais procédés que celui-ci avait eus pour lui furent librement avoués, et ouvertement discutés, et chacun se vantait d’avoir détesté M. Darcy, avant même de connaître tous ces détails.

La seule miss Bennet pensait qu’il y avait peut-être dans cette affaire quelques circonstances inconnues à la société de Herfordshire, mais qui pourraient ex-