Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
3
ET PRÉVENTION

de distance qu’il y avait de Hunsford à Londres.

Mme Bennet était, en effet, trop contrariée, pour parler beaucoup en présence de sir William ; mais à peine fut-il parti, qu’elle ne dissimula plus ses sentimens ; d’abord elle persistait à ne vouloir pas croire un mot de cette affaire ; secondement, elle était assurée que l’on avait séduit M. Colins ; troisièmement, elle espérait qu’ils ne pourraient être heureux ensemble ; et quatrièmement, que le mariage serait rompu ; deux choses cependant furent par elle positivement décidées, l’une qu’Élisabeth était cause de tout cela, l’autre qu’on la traitait elle-même sans nul ménagement ; et ces deux points devinrent le sujet de ses doléances, durant le reste du jour. En vain voulut-on la consoler, ou l’adoucir, et le jour entier n’épuisa point son ressentiment. Pendant plus d’une semaine, elle ne pouvait voir Élisabeth sans la gronder ; un mois s’était passé, qu’elle ne pouvait encore parler à sir William