Page:Aymar de Saint-Saud - Armorial des prélats français du XIXe siècle (1906).djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
INTRODUCTION
5

d’introduction auprès des supérieurs de congrégations. Cette lettre nous fut des plus utiles, de même qu’une semblable, que nous remit fort obligeamment un ami de notre famille, M. le chanoine Gardey, vicaire-général de S. Em. l’Archevêque de Paris, curé de la basilique de Sainte-Clotilde, et à qui nous renouvelons l'expression de notre gratitude.

Mgr Battandier, protonotaire apostolique, consulteur à la Congrégation des Evêques et Réguliers et membre de la Commission pour l’examen des nouveaux Instituts, — dont nous avons eu, à Rome, l’occasion d’apprécier l'exquise urbanité unie à une érudition profonde, — a été pour nous de la plus parfaite et constante obligeance, spécialement pour l'Essai qui suit, essai où nous citons souvent ses remarquables Annuaires pontificaux, commencés en 1899, et à la portée de tous par la variété et l’intérêt des articles qu’ils renferment, avec illustrations à la hauteur du texte[1]. A lui aussi nos homniages reconnaissants. Mgr Morel, le zélé directeur des Missions Catholiques a bien voulu insérer, sur la couverture de son intéressante revue, une demande d’armoiries d’évêques missionnaires ; si elle a été sans résultat, nous n’en devons pas moins savoir gré à ce pieux Prélat de S. S. de sa bonne volonté.

Notre érudit confrère, M. Henri Tausin, nous a gracieusement aidé de la plus efficace façon en nous permettant de puiser largement dans son Armorial des Cardinaux, Archevêques et Evêques contemporains, en nous autorisant à reproduire tous les écussons que nous voudrions prendre dans les deux éditions de son œuvre si excellente. Nous y avons été largement... Souvent aussi nous l’avons mis à contribution, de même qu’un digne et modeste Frère des Ecoles Chrétiennes, le F. Numat-Alexis. Collectionneur d’empreintes héraldiques épiscopales, ce dernier réunit depuis assez longtemps des documents variés sur ce sujet, avec dates à l’appui ; il nous en a fait profiter. Dans ses albums, nous avons relevé plusieurs variantes d’armoiries. Ce bon Frère a très aimablement rectifié des erreurs de notre texte primitif, de nos fac-similés ou de nos dessins ; nous lui devons une sincère reconnaissance.

L’aide la plus précieuse nous est venue de la part de l’ancien et du nouveau supérieurs des Missions-Etrangères de Paris, les RR. PP. Delpech et Fleury ; du R. P. Laugier, bibliothécaire ; du R. P. Gandar, assistant des Oblats ; du R. P. Duchêne, secrétaire général des Pères Blancs ; du R. P. Régis, de la Société de Marie ; enfin des supérieurs, ou de leur représentant, des ordres, congrégations ou sociétés dont nous avons eu à mettre à contribution l'inaltérable obligeance.

Nous devons une mention toute particulière à notre digne et excellent ami, le R. P. Dom Louis Anis, le jeune et sympathique abbé de la Trappe de Bonne-Espérance de la Double, à la fondation de laquelle notre père a grandement contribué, et qui est proche de notre demeure périgourdine. Grâce à lui nous avons obtenu, tant du R. P. Procureur des Cisterciens réfor-

  1. Ajoutons : avec un prix à la portée de toutes les bourses, 3 fr. 50. C’est une des meilleures publications de cette excellente Maison de la Bonne-Presse (5, rue Bayard, Paris), où paraissent la Croix, le Pèlerin, les Contemporains, les Questions actuelles, Rome, etc.