Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/274

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



XVI

IMPÉRIA

Aux longs baisers offrant sa joue imberbe,
Sous les lambris du palais Doria,
Un tout jeune homme en fleur, pâle et superbe,
Est aux genoux charmants d’Impéria,
Tenant ses mains qu’Amour coloria.
Dans les langueurs d’une molle paresse,
Il sait ravir la grande enchanteresse ;
La profondeur vague de l’Océan
En sa prunelle où rit une caresse
Joue, orgueilleuse et folle, et c’est don Juan.