Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/279

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



XXI

AVEU

 
Tes folles dents sont cruelles, dit-on,
Mais je te crois mieux qu’un docteur en chaire.
Égorge-moi d’ailleurs, je suis mouton,
Je suis gibier ; chasseresse ou bouchère
Comme on voudra, ta guenille m’est chère.
À manier les ciseaux, Dalila,
Tu fus experte, et le sang ruissela
Pour tes beaux yeux sous les murs de Pergame,
Je le sais bien ; mais quand tu n’es pas là,
Comme on s’ennuie, ô femme ! femme ! femme !