Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/316

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en les donnant aujourd’hui au public, j’obéis à la volonté formellement exprimée de Celle qui ne sera jamais absente de moi et dont les yeux me voient. D’ailleurs, en y réfléchissant, j’ai pensé qu’elle a raison, comme toujours ; car le poète qui veut souffrir, vivre avec la foule et partager avec elle les suprêmes espérances, n’a rien de caché pour elle, et doit toujours être prêt à montrer toute son âme.

THÉODORE DE BANVILLE.



Paris, le 19 novembre 1878.