Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/317

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ROSES DE NOËL


A MA MÈRE,
MADAME CLAUDE-THÉODORE DE BANVILLE
NÉE ÉLISABETH-ZÉLIE HUET

Le Ruisseau



MÈRE, tenant de toi l’orgueil essentiel,
Ta fille, (tu l’aurais entre toutes choisie!)
Belle enfant dont le cœur ingénu s’extasie,
N’aime rien de vulgaire et d’artificiel.