Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/320

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les Colombes



PUISQUE jusqu’à la fin et même autour des tombes,
La famille se serre et s’unit avec foi,
Aimons-nous ! Mes doux vers, ainsi que des colombes,
Ouvrent leur aile blanche et s’envolent vers toi.

Prends ces oiseaux pareils à la neige candide,
Et qui trouvent déjà l’oubli d’ombres voilé,
Après avoir brillé dans un azur splendide
Et plané dans les cieux de mon rêve étoilé.

La Muse, enfant craintive, et que le monde lasse,
Vient dormir à tes pieds sur un méchant coussin.
Ma mère, écoute-la te parler à voix basse
Et cache en souriant sa tête dans ton sein.



19 novembre 1844.