Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/323

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Primeur



TANDIS que les voix du foyer
Murmurent pour vous égayer
Et que le feu brille dans l’âtre,
Déjà, fugitif et discret,
Derrière la vitre apparaît
Le rire du Printemps folâtre.

Impatient, avec raison,
De nous donner sa floraison,
Voyez ! on dirait qu’il s’ennuie
De ne pas prendre son essor,
Et qu’il montre ses ailes d’or
Encor frissonnantes de pluie.