Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/331

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


 
Tant que nous te pressons dans nos bras tour à tour,
Notre âme au loin s'élance,
Et nous oublions tout le reste, ivres d'amour,
De joie et de silence!

16 février 1857.