Page:Banville - Camées parisiens, s3, 1873.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VIII

LA FEMME AU PERROQUET

____


Tout le monde a vu passer dans les rues du quartier latin une femme, quelque chose, un fantôme dont l’aspect inouï vous prend aux cheveux et vous traîne vivant dans la vague nuit du Rêve. La tête étroite, terreuse — elle est coiffée d’un vaste chapeau qui a dû appartenir à madame de Cayla, — est d’une invraisemblance shakspearienne (le crâne a disparu, usé sans doute par la lime du temps !) et s’est réduite à la