Page:Banville - Contes bourgeois, 1885.djvu/229

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et réconforté, comme si je m’étais assis à un festin dans le ciel.

— A la bonne heure, dit Eugénie rougissante et contente d’elle-même. Cela, du moins, monsieur Aguillaume ne le pèsera pas dans sa balance ! »