Page:Banville - Gringoire, 1890.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


liers avaient décroché par plaisanterie et mis dans la chambre de la vieille fille, pendant qu’elle était à vêpres.

LE ROI, riant.

À la bonne heure. Messire Olivier-Le-Daim, que dites-vous de cette plaisante histoire ?

OLIVIER-LE-DAIM.

Je dis, sire, que le jeune garçon avait été mal pendu.

LE ROI.

Naturellement. Tu vois d’abord le vrai des choses.(À Nicole Andry.) C’est égal, voilà un réjouissant propos. C’est plaisir de vous entendre, belle Nicole. Pourquoi vous tenir si loin de moi ?

NICOLE.

Par respect, Sire.

LE ROI.

Approchez !

NICOLE.

Je n’oserais.

LE ROI.

Eh ! bien, j’oserai, moi !

NICOLE.

Oh ! Sire !

LE ROI.

Quel âge avez-vous comme cela ?

NICOLE.

J’ai vingt-quatre ans, Sire.

LE ROI.

Ce n’est pas le bon âge pour rester veuve. Surtout quand on est la beauté la mieux fleurie de notre ville de Tours. N’est-ce pas vous qu’on nomme partout la belle Drapière !

NICOLE.

Oh ! Sire, on me nomme ainsi, parce que j’ai été célébrée sous ce nom-là dans une chanson qui est devenue fameuse aux veillées d’hiver.