Page:Banville - La Lanterne magique, 1883.djvu/183

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DIXIÈME DOUZAINE



CIX. — L’OUVRIÈRE

Elle a ouvert un grand, un immense trou dans la terre molle, qu’elle creuse agilement avec ses doigts de squelette, et penchant son torse ajouré et son blanc crâne ras, Elle entasse, glacés et pâlis, dans cet abîme, des vieillards, de jeunes hommes, des femmes, des enfants roidis, dont Elle ferme silencieusement les paupières.

— « Oh ! s’écrie le songeur, qui, triste et le cœur gonflé, la voit faire sa besogne, maudite, maudite sois-tu, destructrice des êtres, détestable et cruelle Mort, et puisses-tu être débordée et désolée par le flot toujours renaissant de l’immortelle Vie ! »

La fossoyeuse s’est relevée. Elle se retourne ; elle est faite maintenant de chairs roses et charmantes ; son front ami est couronné de corolles rosées. Elle porte dans ses bras de beaux enfants nus qui rient au ciel, et elle dit doucement au songeur, en le regardant avec des yeux pleins de joie :